Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était une fois le cinéma espagnol
Publié dans El Watan le 27 - 09 - 2007

Le nouveau cinéma espagnol s'est réellement imposé avec Pedro Almodovar dont tous les films sont des réussites magistrales, quoi qu'il fasse. Almodovar est né avec une cuillère d'argent dans la bouche, car il transcende à lui seul les limites de son pays, suscitant une admiration universelle qui pousse à le mettre au même niveau que le peintre Salvador Dali. Almodovar appartient, il est vrai, à cette génération de cinéastes espagnols qui n'ont pas connu, dans l'exercice de leur métier, la féroce dictature de Franco (1892-1975). Sous le règne du Caudillo, toute pensée divergente était exclue et pouvait valoir à son auteur de disparaître sans laisser de traces. Le général Franco a tenu l'Espagne dans une main d'acier, de 1939 à sa mort. Dans un documentaire diffusé sur Arte, on retrouve l'ombre menaçante du dictateur sur une Espagne encore tétanisée par les séquelles de la terrible guerre civile. C'est de cette Espagne misérable, selon le mot du réalisateur Fernando Trueba, que rendent compte les magnifiques œuvres de Juan-Antonio Bardem (1922-2002) ou Luis Garcia Berlanga, né en 1921, et qui continuait à tourner au début des années 2000. Almodovar, né en 1949, n'avait que 26 ans à la mort de Franco et l'évolution de la société espagnole vers la reconquête de la liberté d'expression allait aider à son ascension vertigineuse, absolument impossible quelques années plus tôt. Dès les années 1980, l'Espagne se libère de la pesante chape de plomb qui avait pesé sur la création artistique et littéraire. Pourtant, de la terrible époque de la dictature franquiste sont sorties des œuvres comme Le bourreau ou La mort d'un cycliste qui témoignent de la profondeur de l'humanisme espagnol. Les cinéaste Fernando Trueba est de ceux qui affirment le grand respect que méritent leurs aînés, plus particulièrement encore Luis Berlanga. Le cinéma espagnol n'a pas l'envergure du cinéma américain dont l'influence sur les futurs cinéastes est énorme. Le public espagnol lui-même préférait les grandes œuvres hollywoodiennes aux espagnolades dont il était distant. En fait, l'Espagne des années soixante était devenue une plaque tournante pour le cinéma américain qui avait fait d'Almeria un immense studio de tournage où l'Espagnol n'avait qu'une place secondaire.
C'était l'époque dorée des superproductions qui permettait de réaliser dans des conditions avantageuses des films qui aspiraient à la démesure. Les grands noms du cinéma mondial, comme Charlton Heston, George C. Scott, Clint Eastwood ou Sofia Loren, faisaient le voyage d'Almeria. Cette intrusion américaine n'a pas été d'un grand secours pour le cinéma espagnol dont l'essentiel de l'activité se concentrait autour de rares maîtres d'œuvre dont le plus méconnu reste le cinéaste Antonio Del Amo (1911-1991) qui fut le réalisateur attitré de l'immense star que fut Joselito, l'enfant à la voix d'or. Réalisateur prolifique, Antonio Del Amo a mis son savoir-faire au service de films chantants où l'apparition de Joselito arrachait des larmes au plus endurci des spectateurs. Dans ce genre, on doit à Del Amo un chef-d'œuvre absolu du mélo avec Les deux gamins. Même sous la censure la plus implacable, il s'est trouvé tout de même des scénaristes et des cinéastes espagnols pour décrire la grisaille d'un quotidien amer, plombé par l'absence de bonheur alors que les blessures de la guerre civile n'étaient pas encore cautérisées. Il en allait évidemment tout autrement pour l'Espagne des années 1980 qui allait intégrer l'Europe et entamer une véritable révolution qui faisait tomber les tabous un à un. Cela avait commencé avec des cinéastes tels que Carlos Saura, Bigas Luna et un peu avant le cosmopolite Jesus Franco, iconoclaste qui avait ouvert la voie à une génération qui ne connaît pas l'absence des libertés. C'est cette transition qui a permis à Pedro Almodovar de s'imposer comme le génie des lieux. Il serait ovationné même s'il filmait les pages de l'annuaire téléphonique. C'est aussi cela le paradoxe du cinéma espagnol que son identification à un seul cinéaste, Almodovar, faisant figure d'arbre qui cache la forêt.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.