Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Sonelgaz menace    179 milliards de créances impayées    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Images d'ailleurs, regards d'ici    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Entre avancées et entraves    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le commerce de psychotropes à El-Amria    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Kaboré en tête des résultats partiels    L'UNFA réitère son soutien à la femme sahraouie    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Mise en service prochaine de 66 forages    Le barrage de Bouhamdane rempli à 40%    Programme des rencontres    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Neuf communes bientôt alimentées à partir du barrage de Koudiate Acerdoune    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    "La sécurité, c'est mieux !"    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Sûreté de wilaya: 10.000 infractions aux mesures préventives en 15 jours    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    Le gouvernement entretient le suspense    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des mises en demeure aux enseignants grévistes
EDUCATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 11 - 2019

Retour à la normale, aujourd'hui, dans les écoles primaires en grève depuis trois jours. La trêve n'est que de courte durée, puisque les enseignants du primaire vont renouer avec la protestation dès la semaine prochaine. Les premières mises en demeure adressées aux grévistes pour rejoindre immédiatement leurs postes ne semblent pas entamer leur détermination puisqu'ils menacent de radicaliser leur mouvement et d'aller vers une grève illimitée.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Pas de trêve dans le secteur de l'éducation. Les enseignants du primaire en grève depuis trois jours vont reprendre les cours aujourd'hui mais la protestation va reprendre dès lundi prochain. Pour le moment, rien ne semble ébranler la détermination des protestataires. Les Directions de l'éducation de wilayas ont commencé à envoyer les premières mises en demeure aux enseignants grévistes depuis mardi soir.
Les enseignants sont priés de reprendre leurs postes dans l'immédiat avant que l'administration ne recoure à des mesures coercitives pour abandon de poste.
Une note administrative qui ne semble pas dissuader les grévistes qui risquent l'exclusion, mais qui rappellent que faire grève ne peut pas être considéré comme étant un abandon de poste. «Nous sommes en grève, un droit constitutionnel, garanti par la loi, et nous ne pouvons pas être accusé d'avoir abandonné nos postes de travail. La fonction publique précise qu'un employé considéré ayant abandonné son poste est celui qui s'absente au minimum durant 15 jours consécutifs sans motif acceptable», soulignent-ils.
D'ailleurs, ils étaient nombreux à répondre présents aux différents rassemblements tenus hier au niveau des Directions de l'éducation. A Alger, les grévistes ont choisi l'Académie d'Alger-Centre comme lieu de rassemblement.
Les estimations du suivi de la grève varient d'une wilaya à une autre et la moyenne reste entre 60 et 80%, selon les estimations de la Coordination des enseignants primaires qui applaudit la mobilisation des enseignants autour de ce mouvement qui ne semble pas faiblir. Au contraire, ces enseignants, jusque-là, sous aucune couverture syndicale, ont appelé à créer leur propre syndicat autonome. Un moyen, estiment-ils, pour mieux se défendre et se faire entendre. Car jusque-là, le ministère de l'Education nationale n'a pas réagi à ce mouvement ni aux revendications soulevées.
Pourtant, l'ouverture du dialogue avec la tutelle est la condition imposée par les protestataires pour renouer avec le calme et sauver les examens du premier trimestre qui débutent dans dix jours.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.