Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ORAN : Saisie de plus de 3700 bouteilles de boissons alcoolisées    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Intoxication au CO : 30 personnes décédées et 273 autres secourues au cours de la première quinzaine de janvier 2020    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    L'ANC réitère son soutien au peuple sahraoui et à son droit à l'autodétermination    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Large vague d'indignation    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Crise libyenne: L'Algérie et l'Italie partagent «une vision commune»    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La vice-présidence confiée à l'Algérie    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du voyage chromatique à l'exploration de soi
Exposition «Une bougie, une vie» de Kamel Belhocine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 11 - 2019

L'artiste, expert de ses mains, a une façon originale de rendre l'art accessible à tous. Car kamel Belhocine décline l'art contemporain sur des objets du quotidien : les bougies. Ses œuvres, particulièrement belles, suscitent un véritable coup de cœur.
Le public a l'occasion de découvrir cet art particulier et bluffant au niveau de la Galerie d'art Mustapha-Kateb (5, rue Didouche-Mourad, Alger), et ce, jusqu'au 11 décembre 2019.
kamel Belhocine y expose une vingtaine d'œuvres (23 en tout) et qu'il appelle tout simplement des «bougies artistiques». Le visiteur va être ravi par la collection ainsi présentée, surtout qu'il a droit à du «trois-en-un» (si on peut dire). En effet, l'artiste a valorisé sa créativité en couplant les bougies proprement dites à des photographies et des textes de sa création. Autrement dit, chaque œuvre est accompagnée d'un tableau (la photo de l'œuvre) et d'une légende qui lui donne un sens, voire diverses interprétations. Comme le roi Midas, tout ce que touche Kamel Belhocine se transforme en or, lui qui a exécuté ces assemblages et ces combinaisons à la manière d'une mosaïque. L'univers de cette collection évoque un monde poétique, une vie métaphorique insufflée à des objets inanimés par essence et qui, comme par enchantement, invitent à voyager entre le réel et l'imaginaire. Il faut dire que l'artiste excelle dans les représentations abstraites et romantiques, les formes oniriques et l'aventure dans la jungle de l'imagination. Cocktail détonant que ce mélange protéiforme et artistique dont chaque œuvre est empreinte. Bougies de différentes formes, car moulées, démoulées, retaillées puis peintes et décorées. Bougies au chromatisme arc-en-ciel, aux dégradés parfois plus minimalistes, aux éclats colorés ou, encore, aux tons chauds et joyeux, aux tendres couleurs pastels et aux couleurs douces d'une aquarelle… La plupart de ces bougies forment comme des mini-sculptures chargées de motifs variés et peints eux aussi : motifs végétaux et même aquatiques (algues séchées), petits objets d'ornementation, mèches de bougies, bouts de ficelle, etc. Le visiteur a ainsi droit à la bougie artistique proprement dite, exposée à même le sol, à sa photographie accrochée à la cimaise et au texte d'accompagnement (la légende). Original et inédit !
Kamel Belhocine se trouve dans la galerie, entouré de ses bougies. L'artiste est du genre affable, modeste, discret, paraissant timide, mais ne tarissant pas de mots lorsqu'il s'agit d'expliquer au visiteur tout ce qu'il ne comprend pas encore, pour mieux le faire pénétrer dans le monde merveilleux des «bougies artistiques» et de l'art en général. Il nous parle de son travail : «Je suis artiste autodidacte, pharmacien de formation et de profession. J'ai une école de pharmacie à Constantine, j'y enseigne en même temps. Ces bougies ont été réalisées durant les deux dernières années, certaines sont récentes. Je les ai moulées en différentes proportions puis peintes et décorées comme des mini-sculptures avec les éléments que j'avais sous la main. Parmi les éléments disparates ajoutés, des mèches, des feuilles et bouts de plantes séchées, des algues…»
Kamel Belhocine, malgré son talent, est resté dans l'ombre.
Certes, il n'a pas besoin de vivre de son art, mais il n'a jamais été médiatisé ni fait connaître un tout petit peu au public.
«En fait, explique-t-il, j'ai fait de la peinture et j'ai déjà exposé à Constantine et Sétif notamment. C'était à la fin des années 1980 début des années 1990. C'était de l'abstrait, de la peinture à l'huile. En réalité, je n'ai pas arrêté de peindre. Il y a quinze ans, j'ai fait une exposition de tableaux et de bougies au centre paramédical de Constantine.
J'espère donc reprendre la peinture sur toile, moi qui ai la particularité de n'avoir jamais cherché à vendre un seul de mes tableaux.» Et cette idée d'exposer des photos légendée ? «C'est venu à la suite d'un projet de livre d'art qui intégrerait les photos des bougies et les textes qui vont avec. Les photos sont de Abdouldjalil Djarri, le jeune photographe à qui j'ai soumis l'idée et le projet de collaboration pour réaliser l'ouvrage.» Comme beaucoup d'autres artistes, Kamel Belhocine fait confiance à son imagination, voyageant dans la création sans idée et plan préétablis.
En partant d'une idée imprécise, il crée dans le désordre, s'abandonnant à ses fantasmes et à une force inconnue. «Je commence d'abord à façonner. C'est au milieu de la réalisation de l'œuvre que l'idée apparaît très nettement, que le thème surgit et que la structure de l'œuvre s'impose au fur et à mesure. La création se situe généralement juste après la première ébauche, lorsque je travaille le pied de la bougie. Après quoi, les couleurs, les formes, les motifs s'imposent», explique le créateur.
L'artiste invente et découvre son propre style. Sa «patte». Il crée simplement pour le plaisir d'exprimer des sensations neuves à travers la beauté plastique de ses œuvres. Il écrit, dans «L'art est l'expression de soi» (le titre d'une œuvre et d'un texte), «l'art est une discipline récréative, de recherche de soi, de l'autre, de l'inconnu, du beau, du laid aussi, de l'énigmatique».
Dans ce passionnant «voyage chromatique», Kamel Belhocine propose au visiteur une vingtaine d'escales fleuries et fraîches, parfois empreintes de l'identité culturelle algérienne.
Des bougies évoquent notamment le
«Tassili : parois parlantes» (titre) : «Sur ce plateau sculpté par le vent et le soleil, baigné de vie et de lumière vivaient les hommes bleus aussi rudes et fragiles que leur mère nourricière.» L'âme du poète, de l'explorateur de la vie intérieure se lit aussi dans les légendes des photos.
Ainsi, dans «Frissons» : «Une blessure béante traversa les champs de coquelicots endormis par une douce brise matinale et embauma la nature d'une odeur suave inexpressive, le ciel s'éclaira d'un rouge pourpre aveuglant, Mère terre expulsa dans un gémissement sourd des frissons.»
Le créateur vibre aux frissons de la terre, ce corps vivant. Alors, de sa palette «les bleus émergent discrètement pour épouser les verts rutilants afin de faire éclater les limites de l'immobilisme et de l'inertie et nous guider vers le sanctuaire de l'infiniment beau, de l'unité, de la folie chromatique». Cet art libérateur porté par l'esprit, les mains, les couleurs et les objets peut être représenté par ces mots-clés : quête, sentiments, libération, folie, orgie, énergie, chaleur, naissance, vie, floraison, bouillonnement, identité, tourbillon, joie, pureté, amour.
Chez l'artiste, la bougie est, naturellement, un puissant symbole. Elle est l'âme des anniversaires, certes, mais elle est surtout symbole d'énergie (le feu), de lumière, de purification, d'offrande, du lien entre le monde réel et le monde invisible de l'imaginaire.
«L'homme mérite qu'il se soucie de lui-même car il porte dans son âme les germes de son devenir», disait Jung.
Cette petite phrase à méditer éclaire certains côtés de l'œuvre de Kamel Belhocine. Dans «Le labyrinthe de la vie» (le titre d'une autre bougie légendée), ne disait-il pas qu'il fallait justement «s'affranchir de la peur de soi, cette dette insupportable »? Le voyage chromatique entraîne aussi dans des espaces cosmiques insoupçonnés.
Hocine Tamou


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.