Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées
Iran : Selon la commission des droits de l'homme de l'ONU
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 12 - 2019

Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées suite aux protestations qui ont débuté le mois dernier en Iran, a alerté vendredi le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, réclamant la libération des personnes arbitrairement détenues.
«Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées dans 28 des 31 provinces iraniennes depuis le début des manifestations qui ont éclaté le 15 novembre», a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat, Rupert Colville, lors d'un point de presse à Genève. La haut commissaire, Michelle Bachelet, «est extrêmement préoccupée par leurs conditions de détention, le traitement physique qui leur est infligé et par les violations de leur droit à une procédure régulière ainsi que par la possibilité qu'un nombre important d'entre eux soient accusés d'infractions passibles de la peine de mort», a-t-il ajouté. «J'exhorte les autorités à libérer immédiatement tous les manifestants qui ont été arbitrairement privés de leur liberté», a souligné pour sa part Mme Bachelet dans un communiqué.La contestation a éclaté le 15 novembre dès l'annonce d'une forte hausse du prix de l'essence, en pleine crise économique aggravée par les sanctions américaines, et a touché une centaine de villes. Les autorités, qui avaient bloqué internet durant les manifestations, ont dit avoir rapidement ramené l'ordre. «Jusqu'à maintenant, des informations suggèrent qu'au moins 208 personnes ont été tuées, dont 13 femmes et 12 enfants. Il existe également des informations, que nous n'avons pas encore pu vérifier, suggérant que le nombre de tués serait deux fois plus élevé», a relevé Rupert Colville. Amnesty International a aussi estimé qu'au moins 208 personnes avaient été tuées par les forces de l'ordre iraniennes, tout en affirmant que «le bilan réel» de cette «horrible tuerie» était «vraisemblablement supérieur». Les Etats-Unis ont eux accusé jeudi le régime de Téhéran d'avoir tué plus de 1 000 Iraniens lors de la répression «brutale» de la contestation. L'émissaire américain pour l'Iran Brian Hook a reconnu que ce bilan n'était «pas certain, car le régime bloque l'information». Téhéran, qui qualifie de «mensonges absolus» ces chiffres fournis par des «groupes hostiles», n'a confirmé à ce jour que cinq décès: quatre membres des forces de l'ordre tués par des «émeutiers» et un civil. afp

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.