Man City s'empare de la tête du championnat. Mahrez entré en jeu en deuxième période    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois urgences pour un mandat transitionnel
BENFLIS LORS DE SON DERNIER MEETING À ALGER
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 12 - 2019

C'est à Alger que le candidat Ali Benflis a clôturé, hier dimanche, son périple électoral en animant son 36e et ultime meeting.
Devant ses partisans venus de nombre de wilayas du pays qui se sont retrouvés en milieu d'après-midi à la Coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf de la capitale, le président du parti des Avant-gardes des libertés a, de prime abord, insisté sur l'Etat national.
Un Etat national, fruit de sacrifices de nos aïeux est basé sur trois constantes nationales que sont l'amazighité, l'islamité et l'arabité. Une mixture noble qu'il faudra sauvegarder et consolider. Ce qui constitue le socle du programme électoral du candidat qui dira venir en rassembleur de tous les Algériens. Pour Benflis, seule une parfaite communion entre le peuple et ses gouvernants à travers l'exercice démocratique pourra consacrer l'Etat national. Affirmant que le patriotisme au lendemain du recouvrement de l'indépendance nationale signifiait un Etat national et le patriotisme actuellement consiste à consacrer la démocratie, le candidat soutiendra le prochain mandat présidentiel qu'il qualifiera de mandat transitionnel à trois urgences. D'abord politique en conférant aux institutions de la République la légitimité qui mettra un terme à la pharaonisation et la personnalisation du pouvoir. Ceci via une nette séparation des pouvoirs avec une évaluation hebdomadaire de l'action de l'exécutif issu d'une majorité parlementaire dans le cadre d'un système semi-présidentiel avec un statut de choix pour l'opposition, qui, dans un exercice démocratique, pourra prendre la majorité dans le sillage d'une alternance au pouvoir sereine. Et pas que cela puisque le président du parti des Avant-gardes des libertés s'engage également à œuvrer pour une justice indépendante et des médias réellement libres.
Et à Benflis de saluer la dynamique populaire du 22 février sans laquelle, avouera-t-il sous les acclamations de l'assistance, je ne serais pas parmi vous pour vous entretenir.
Un mouvement dont il se réclame, précisant n'être pas convaincu d'une solution autre que l'élection présidentielle de jeudi. «S'il y avait une autre solution à la crise du pays, personne ne m'y aurait précédé», dira-t-il, se référant même à la religion qui, ajoutera-t-il, n'autorise pas qu'une nation comme la nôtre demeure sans guide aussi longtemps. Le candidat Benflis abordera l'urgence économique qu'il préconise dans son programme électoral. Une urgence économique basée sur la libre initiative, la dépolitisation et la débureaucratisation de l'acte économique. Affirmant la disparition des couches moyennes, Benflis promet un fichier national des démunis avec la perspective de rehausser les aides.
D'autres franges de la société et corporations ne sont pas omises par le candidat qui s'engagera à ouvrir plusieurs chantiers dédiés, entre autres, aux gardes communaux, Patriotes, retraités de l'armée...
Autres priorités du candidat Benflis, l'école et la santé dont il s'engagera à régler les problèmes à travers la concertation et le dialogue permanents avec les partenaires sociaux.
Le président du parti des Avant-gardes des libertés aura également une pensée aux cadres à la retraite, s'engageant à ouvrir le dossier des retraites. Des cadres pas que ceux partis à la retraite puisqu'il louera les mérites des cadres en exercice qui ont fait face et résisté aux campagnes de dénigrement, d'insultes et d'invectives et de poursuites judiciaires. «On leur doit un grand respect et une grande considération», dira-t-il.
Tout un programme qui ne peut être mis en application sans être au gouvernail du pays. D'où sa candidature à la présidentielle du 12 décembre prochain et à l'occasion de laquelle il vient solliciter les suffrages du peuple.
Enfin, le candidat Benflis dira prendre acte de l'engagement renouvelé du vice-ministre de la Défense nationale et chef d'état-major et du président de l'Autorité nationale indépendante des élections quant à se mettre en travers de tous ceux qui tenteraient d'entraver le processus électoral en cours.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.