Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Lazhari élu à la présidence du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme à Genève    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    Journée du chahid: le moudjahid "Cheikh" se remémore les souvenirs de combat    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    CONSEIL DE LA NATION : Appel à la mobilisation derrière le Président    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    L'ultimatum de Tebboune aux walis    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    La victoire qui change tout ?    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès
Tizi-Ouzou
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2020

Une cérémonie d'hommage et de recueillement a été organisée vendredi à Taourirt-Moussa, dans la commune d'Aït Mahmoud au sud de Tizi-Ouzou, à la mémoire du chanteur Matoub Lounès à l'occasion du 64e anniversaire de sa naissance. La cérémonie, organisée par la fondation qui porte son nom, a été marquée par la présence de citoyens venus des quatre coins du pays rendre hommage au Rebelle. Une gerbe de fleurs a été déposée sur sa tombe et sur le lieu de son assassinat par un groupe terroriste à Tala-Bouanane, sur le chemin menant de Tizi-Ouzou à son village, le 25 juin 1998.
«Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des morts dans la mémoire des vivants», une réflexion tirée de son livre le Rebelle, édité en 1996, est inscrite sur une banderole ornant le fronton du siège de la fondation éponyme, témoigne de la vision prémonitoire de l'artiste. Chanteur populaire engagé dans le combat démocratique pour, clamait-il, «une Algérie meilleure et une démocratie majeure», Matoub a consacré sa vie et son art à la défense de la dimension amazighe de l'identité nationale, de la démocratie, la laïcité et la liberté, faisant siennes toutes les causes justes.
Grièvement blessé lors des évènements d'octobre 1988, le chanteur s'était opposé au terrorisme qui a frappé l'Algérie en condamnant les assassinats perpétrés et en portant la voix des siens. Le 25 septembre 1994, au soir, il fut enlevé au lieudit Takhoukht, au sud de Tizi-Ouzou, par un groupe terroriste, puis libéré au bout de deux semaines sous la pression de la forte mobilisation populaire suscitée par son kidnapping, notamment dans sa région natale.
Auteur d'une riche discographie musicale produite durant sa carrière s'étalant sur 30 ans, encore reprise aujourd'hui par des artistes, l'œuvre de Matoub se confond avec les joies et les peines de sa vie d'homme, d'artiste, de militant et d'Algérien.
Récipiendaire de plusieurs prix, pour son combat, en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, le chanteur a continué à mettre son art et sa notoriété au service du combat contre le terrorisme, pour la démocratie et l'Algérie jusqu'à son assassinat le 25 juin 1998.
Une exposition retraçant la vie et œuvre du rebelle est, par ailleurs, organisée au niveau du hall de la maison de la culture Mouloud-Mammeri, à l'initiative de la direction locale de la culture en collaboration avec la fondation Matoub-Lounès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.