LOURDE CHARGE    Lentement ou sans précipitation ?    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    USM Bel-Abbès: L'équipe montre le chemin à la direction    Secousse tellurique de 3,5 degrés à Oran: Peur panique et quelques dégâts matériels    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Grands corps «malades»    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    Réveil de la classe politique    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Système ou pratiques ?    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Le Care pointe l'absence de données économiques    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès
Tizi-Ouzou
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2020

Une cérémonie d'hommage et de recueillement a été organisée vendredi à Taourirt-Moussa, dans la commune d'Aït Mahmoud au sud de Tizi-Ouzou, à la mémoire du chanteur Matoub Lounès à l'occasion du 64e anniversaire de sa naissance. La cérémonie, organisée par la fondation qui porte son nom, a été marquée par la présence de citoyens venus des quatre coins du pays rendre hommage au Rebelle. Une gerbe de fleurs a été déposée sur sa tombe et sur le lieu de son assassinat par un groupe terroriste à Tala-Bouanane, sur le chemin menant de Tizi-Ouzou à son village, le 25 juin 1998.
«Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des morts dans la mémoire des vivants», une réflexion tirée de son livre le Rebelle, édité en 1996, est inscrite sur une banderole ornant le fronton du siège de la fondation éponyme, témoigne de la vision prémonitoire de l'artiste. Chanteur populaire engagé dans le combat démocratique pour, clamait-il, «une Algérie meilleure et une démocratie majeure», Matoub a consacré sa vie et son art à la défense de la dimension amazighe de l'identité nationale, de la démocratie, la laïcité et la liberté, faisant siennes toutes les causes justes.
Grièvement blessé lors des évènements d'octobre 1988, le chanteur s'était opposé au terrorisme qui a frappé l'Algérie en condamnant les assassinats perpétrés et en portant la voix des siens. Le 25 septembre 1994, au soir, il fut enlevé au lieudit Takhoukht, au sud de Tizi-Ouzou, par un groupe terroriste, puis libéré au bout de deux semaines sous la pression de la forte mobilisation populaire suscitée par son kidnapping, notamment dans sa région natale.
Auteur d'une riche discographie musicale produite durant sa carrière s'étalant sur 30 ans, encore reprise aujourd'hui par des artistes, l'œuvre de Matoub se confond avec les joies et les peines de sa vie d'homme, d'artiste, de militant et d'Algérien.
Récipiendaire de plusieurs prix, pour son combat, en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, le chanteur a continué à mettre son art et sa notoriété au service du combat contre le terrorisme, pour la démocratie et l'Algérie jusqu'à son assassinat le 25 juin 1998.
Une exposition retraçant la vie et œuvre du rebelle est, par ailleurs, organisée au niveau du hall de la maison de la culture Mouloud-Mammeri, à l'initiative de la direction locale de la culture en collaboration avec la fondation Matoub-Lounès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.