L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    Un 53e vendredi grandiose à Alger    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à la mémoire de Matoub Lounes
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 01 - 2020

Une cérémonie d'hommage et de recueillement a été organisée vendredi à Taourirt-Moussa, dans la commune d'Aït Mahmoud, au sud de Tizi-Ouzou, à la mémoire du chanteur Matoub Lounes, à l'occasion du 64ème anniversaire de sa naissance.
La cérémonie organisée par la fondation qui porte son nom a été marquée par la présence de citoyens venus des quatre coins du pays, rendre hommage au rebelle. Une gerbe de fleur a été déposée à sa tombe et au lieu de son assassinat par un groupe terroriste à Tala-Bouanane sur le chemin menant de Tizi-Ouzou à son village le 25 juin 1998. "Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des morts dans la mémoire des vivants", une réflexion tirée de son livre "Le rebelle" édité en 1996, est inscrite sur une banderole ornant le fronton du siège de la fondation éponyme, témoigne de la vision prémonitoire de l'artiste.
Chanteur populaire engagé dans le combat démocratique pour, clamait-il, "une Algérie meilleure et une démocratie majeure", Matoub a consacré sa vie et son art à la défense de la dimension amazigh de l'identité nationale, de la démocratie, la laïcité et la liberté, faisant siennes toutes les causes justes. Né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa, Matoub Lounes a débuté sa carrière artistique en animant des fêtes familiales avant d'enregistrer son premier tube intitulé «Ayizem» (Le lion), suivi d'un premier album, en l'occurrence « Ahya thilawin » (Ah les femmes !), sorti à Paris, sous le label Azwaw, créé par Idir. C'est le début du succès pour le jeune artiste qui affiche dès le départ son engagement pour sa culture et son identité berbères.
Grièvement blessé lors des évènements d'octobre 1988, le chanteur s'était opposé au terrorisme qui a frappé l'Algérie en condamnant les assassinats perpétrés et en portant la voix des siens. Enlevé en 1994 par le GIA puis relâché suite à une immense mobilisation populaire, Matoub Lounes est assassiné le 25 juin 1998 par un groupe terroriste non loin de son village natal, Taourirt Moussa (commune de Beni-Douala, Tizi-Ouzou). Son épouse et ses belles-sœurs qui se trouvaient avec lui dans le véhicule ont été grièvement blessées.
Auteur, compositeur et parolier, le regretté Matoub Lounes a laissé derrière lui une trentaine d'albums dans la tradition chaâbi. Ses chansons sont encore reprise aujourd'hui par de nombreux des artistes. L'œuvre de Matoub se confond avec les joies et peines de sa vie d'homme, d'artiste, de militant et d'algérien.
Récipiendaire de plusieurs prix pour son combat, en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, le chanteur a continué à mettre son art et sa notoriété au service du combat contre le terrorisme, pour la démocratie et l'Algérie jusqu'à son assassinat le 25 juin 1998. Une exposition retraçant la vie et œuvre du rebelle est, par ailleurs, organisée au niveau du hall de la maison de la culture Mouloud Mammeri, à l'initiative de la direction locale de la culture en collaboration avec la fondation Matoub Lounes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.