Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif
Peinture
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 01 - 2020

Une exposition de peinture contemporaine célébrant le jazz et jetant des passerelles entre la musique et les arts visuels a été inaugurée samedi à Alger par l'artiste peintre Noureddine Chegrane sous le titre : «Hommage au jazz».
Organisée par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) à la villa Dar Abdeltif, cette exposition célèbre le jazz par la liberté qu'il exprime, la fusion et l'importante place qu'occupe l'improvisation.
Dans une première collection, Noureddine Chegrane rend hommage à de grands noms du jazz américain comme Ella Fitzgerald, Louis Armstrong, Duke Ellington, ou encore Miles Davis par des toiles reproduisant de nombreux instruments (guitare, saxophone, batterie, piano...) et portent ces noms comme des graffitis.
L'artiste précise qu'il ne prétend pas reproduire les instruments de musique à l'identique mais «tel que je les perçois dans une symbolique de création».
Une seconde collection est dédiée aux origines africaines du jazz et des instruments de musique. Des musiciens, des instruments traditionnels et des danseurs du continent sont représentés avec une palette plus riche et plus chaude, portant une infinité de symboles de la culture et des noms de jazzmen afro-américains.
Noureddine Chegrane, qui a aussi été musicien de jazz dans sa jeunesse, explore la fusion musicale à travers les toiles Jazz in Algeria, Afro-Jazz et Jazz Gnawa. Dans ces œuvres, le bendir, le ney, le goumbri ou encore le tbel sont intégrés pour composer, avec des couleurs et des traits, une mélodie aussi harmonieuse que la fusion de styles musicaux.
Réputé pour son utilisation du symbole berbère et nord-africain dans ses œuvres, le peintre revisite le costume traditionnel, la tapisserie et les tatouages dans certains de ses travaux. Comme dans ces précédentes expositions, Noureddine Chegrane sort du conformisme du support et propose des toiles rondes et triangulaires. L'artiste, pour qui le jazz et la peinture sont «similaires du point de vue de la création et de l'improvisation», tente de restituer visuellement l'harmonie exprimée par cette musique avec le même processus de création.
Né en 1942, Noureddine Chegrane a étudié à l'Ecole d'architecture et des beaux-arts d'Alger auprès de M'hamed Issiakhem. Il appartient au groupe Aoucham (Tatouage), un courant artistique célébrant les patrimoines culturels algérien et nord-africain. Il a exposé dans de nombreuses villes du monde. Son «Hommage au jazz» est visible jusqu'au 7 février prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.