Coronavirus: le numéro vert 3030 mis à la disposition des citoyens    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    Report pour la seconde fois du procès en appel au 1er mars    COA : Mustapha Berraf confirme sa démission    Le Président Tebboune entame une visite d'Etat en Arabie saoudite    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Seddik Chihab conteste son exclusion    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    Dans le désordre    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption
Il refuse de renoncer à son immunité parlementaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 01 - 2020

Une nouvelle affaire de justice est en cours. L'ancien ministre et député FLN Abdelkader Ouali est, à son tour, dans la tourmente. Hier lundi, il a refusé de renoncer à son immunité parlementaire et ce, pour préparer sa défense, a-t-il justifié.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Le ministre de la Justice avait adressé il y a quelques jours une demande de levée de son immunité parlementaire, et qui devait être étudiée hier par la commission des affaires juridiques et administratives de l'APN. Cette dernière s'est cependant heurtée au refus du concerné de renoncer à son statut. Il a demandé à son tour qu'on lui octroie une période qui lui permettra de préparer sa défense.
Dix jours lui ont été de ce fait accordés. Au terme de ce délai, la commission en question se réunira à nouveau, et le député aura à renoncer de son plein gré à son immunité. Dans le cas contraire, une procédure de retrait sera entamée au niveau de la Chambre basse du Parlement. Il faut savoir que ce retrait dépend toutefois d'un vote favorable de la majorité en plénière.
Au cours des derniers mois, l'APN a été confrontée à des situations similaires. Ainsi, l'ancien député et homme d'affaires, Baha Eddine Tliba et l'ex-secrétaire général du FLN Mohamed Djemaï ont refusé de se défaire de leur immunité parlementaire, ils ont été déchus après un vote où la majorité a été atteinte.
Cette même Assemblée a cependant refusé de lever l'immunité de Smaïl Benhamadi. Le vote qui se déroule à bulletin secret a donné 156 voix contre. Sur 176 votants, 131 s'étaient prononcés en faveur de cette destitution alors que 45 se sont abstenus. Cette situation indique que l'opération de retrait de la protection dont bénéficient les députés n'est pas systématique.
L'attitude de Abdelkader Ouali laisse clairement entendre qu'un bras de fer s'est déjà amorcé. Il a fait savoir qu'il préparerait sa défense sur la base de preuves qu'il promet de présenter.
Ce député FLN a déjà occupé plusieurs postes importants. Ancien ministre des Travaux publics, des Ressources en eau dans le gouvernement de Abdelmalek Sellal, puis secrétaire général au ministère de l'Intérieur, il a également été plusieurs fois wali (Alger, Tlemcen, Sétif, Tizi-Ouzou, Batna).
Des sources concordantes laissent entendre que les faits pour lesquels il est poursuivi sont liés à sa gestion durant son passage au ministère des Travaux publics. Une période durant laquelle il aurait octroyé des avantages et marchés irréguliers à Ali Haddad.
Le nom de Abdelkader Ouali est d'ailleurs apparu dans l'enquête, toujours en cours, autour de l'ETRHB. Il figure également, nous dit-on, dans plusieurs autres affaires de corruption. Certaines seraient également liées à sa gestion durant son passage au ministère de l'Hydraulique.
On évoque, par ailleurs, des opérations de dilapidation de deniers publics, et de passation de marchés irréguliers.
Des informations proches du dossier font également savoir que son nom a été cité durant l'enquête déclenchée autour des irrégularités constatées durant l'évènement culturel «Constantine capitale de la culture arabe».
Abdelkader Ouali, nous dit-on, pourrait également être rattrapé par son passé au secrétariat général du ministère de l'Intérieur (2015-2016), une période durant laquelle, affirment des sources sûres, son nom a été mêlé à un sombre trafic de passeports pour le hadj, opéré par des membres de sa famille.
Cette raison, nous dit-on, lui a d'ailleurs valu d'être écarté de son poste.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.