OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MOYENS DE PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS : Arrivage à Alger de la première commande de 8,5 millions de masques    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Alger: les Autorisations exceptionnelles prorogées suite au rallongement des horaires de confinement    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Les journées internationales reportées à fin mai    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    4 hirakistes relaxés    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Opérations coup de poing, une cinquantaine d'arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?
Les enseignants du primaire poursuivent la protestation
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2020

La Coordination nationale des enseignants du primaire est revenue, hier lundi, à la protestation. Samedi, le ministre de l'Education nationale a, pourtant, lancé une menace à peine voilée, à l'égard de ceux qui appellent à des mouvements de protestation sur les réseaux sociaux. Mohamed Ouadjaout décidera-t-il de passer aux sanctions pour mettre fin à ce mouvement qui risque de perturber l'année scolaire et l'avenir des élèves ?
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Certains établissements primaires ont décidé d'avancer la date des examens du deuxième trimestre au 25 février au lieu du 8 mars prochain. La décision a été prise afin d'éviter l'impact de la grève des enseignants sur ces épreuves.
La Coordination nationale des enseignants du primaire a, en effet, menacé d'entamer une grève illimitée à partir de ce mois de mars et de boycotter les examens pour faire pression sur les pouvoirs publics afin de répondre à leurs revendications. Une carte qui ne semble pas faire effet sur la tutelle qui campe sur sa position de refuser de lancer des négociations avec les grévistes.
Pis, dans un communiqué, le ministre de l'Education nationale a appelé, samedi, à la vigilance face aux appels, «tendancieux», lancés sur les réseaux sociaux, à enclencher des mouvements de protestation. Précisant que ces appels ne reposent sur aucun cadre juridique légal, outre leur non-respect des procédures et obligations juridiques prévues dans le règlement général et les statuts y afférents, Ouadjaout a exhorté toutes les parties concernées à ne pas suivre ces appels à la protestation. Une mise au point qui n'a pas dissuadé les enseignants du primaire. Dénonçant la déclaration du premier responsable du secteur, qu'ils qualifient de «provocation», les enseignants ont maintenu leur journée de grève, hier, ainsi que le rassemblement national devant l'annexe du ministère de l'Education. Ils ne comptent pas s'arrêter là, puisqu'ils menacent de radicaliser leur mouvement à partir de lundi prochain. D'ailleurs, affirment-ils, «toutes les options de radicalisation sont possibles». Une annonce qui n'est pas non plus du goût du président de la République qui a déclaré que ces mouvements de grève, qui sont l'œuvre de syndicats non agréés, ne sont pas innocents. Pour les grévistes, les pouvoirs publics «n'ont proposé aucune solution qui a été refusée par les enseignants pour les accuser de perturbateurs».
Les enseignants du primaire, qui continuent de faire front aux appels à la sérénité de leur tutelle, risquent-ils de subir des sanctions ? Mohamed Ouadjaout a affirmé que son département travaille pour satisfaire les préoccupations socioprofessionnelles des fonctionnaires du secteur.
Cette situation de perturbation risque de pousser le premier responsable du secteur à prendre des mesures radicales pour sauver l'année scolaire des élèves.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.