Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intrigant silence du ministre de l'Education
ALORS QUE LE SECTEUR EST EN EFFERVESCENCE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 01 - 2020

Le cycle primaire est toujours perturbé par la grève des enseignants. Les réunions bilatérales prévues avec les syndicats autonomes ne sont toujours pas entamées. La fiche de l'évaluation scolaire qui doit entrer en vigueur cette année, en prévision de la réorganisation du bac en 2021, n'est pas à l'ordre du jour. Mohamed Ouadjaout, qui a été installé il y a presque un mois à la tête du ministère de l'Education nationale, n'a toujours pas réagi face aux problèmes qui secouent son secteur. Pourtant, son silence a laissé place à beaucoup d'intox.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Les enseignants du primaire ont bouclé, hier mercredi, leur troisième jour de grève de la semaine. Un nouveau sondage sera lancé ce week-end pour décider de la prochaine étape de protestation, à partir de la semaine prochaine. Les appels à la radicalisation du mouvement se multiplient suite au silence de la tutelle. Dans certaines wilayas, les enseignants ont informé, par écrit, les directeurs des établissements de leur boycott, depuis lundi, des tâches dites non pédagogiques.
Les enseignants refusent ainsi d'accompagner leurs élèves aux cantines ou de les surveiller pendant la récréation. Ils estiment que ces tâches ne font pas partie de leur mission pédagogique. Dans leur plateforme de revendications, ils demandent une prime de 20 000 dinars pour assurer ces deux tâches. Les écoles primaires ne sont certes pas paralysées, mais elles restent perturbées et les parents d'élèves sont inquiets du sort de l'année scolaire.
Depuis sa nomination, début janvier dernier, à la tête du ministère de l'Education, Mohamed Ouadjaout n'a pas évoqué le problème de la grève du primaire, ni pris des mesures pour arrêter le mouvement. La seule déclaration officielle par rapport à ce mouvement a été faite par le président de la République.
Les directeurs du cycle moyen rejoignent la scène de la protestation et comptent tenir un rassemblement le 4 février prochain devant l'annexe du ministère de l'Education. Ils contestent les dernières informations qui circulent concernant les augmentations de salaire. Pourtant, les acteurs du secteur ne savent pas encore s'il s'agit d'une information ou d'une intox. La tutelle n'a pas confirmé ni infirmé cette rumeur rapportée par des médias. Ouadjaout, qui a rencontré les syndicats autonomes, deux semaines après sa nomination, s'est engagé à fixer un calendrier de rencontres bilatérales pour se pencher sur les problèmes du secteur. Pourtant, depuis, c'est le silence radio.
Le ministère de l'Education nationale s'est contenté de rendre public un communiqué pour annoncer qu'une commission a été installée afin de prendre en charge les préoccupations administratives et pédagogiques posées par les acteurs du secteur. « Ce mutisme est inacceptable », lance Boualem Amoura, secrétaire général du Satef. « Nous nous demandons tous où est le ministre de l'Education. Le secteur bouillonne, il y a de nombreux problèmes, et le ministre garde un silence assourdissant à un moment comme celui-là ! Nous ne l'avons même pas vu organiser des vidéo-conférences avec les directeurs de l'éducation pour donner des instructions, ou organiser des rencontres avec les syndicats. Qu'il nous donne au moins sa feuille de route et sa vision de l'école », a déclaré M. Amoura.
Le syndicaliste rappelle également que la fiche d'évaluation continue pour les élèves de la deuxième année secondaire devrait être appliquée cette année, en prévision de la réorganisation de l'examen du bac, prévue pour 2021. Pourtant, aucune instruction n'a été donnée dans ce sens.
Aucune solution, poursuit-il, n'a été encore trouvée au dossier des œuvres sociales, dont le mandat a expiré en décembre dernier.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.