réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelles options pour le déconfinement ?
LE COMITE SCIENTIFIQUE ETUDIE PLUSIEURS VARIANTES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 04 - 2020

Tout en élaborant les bilans quotidiens sur l'évolution de la pandémie de Covid-19, le Comité scientifique installé au niveau du ministère de la Santé réfléchit aux scénarios possibles pour sortir du déconfinement. Pour le directeur de l'Institut Pasteur, le retour progressif à la normale ne peut se faire sans stratégie au risque de faire redécoller la courbe des contaminations. Plusieurs pistes sont en phase d'être étudiées.
Nawal Imès - Alger (le Soir) - Le Comité scientifique installé au niveau du ministère de la Santé réfléchit à la meilleure manière de sortir progressivement du confinement imposé par l'épidémie de coronavirus. Si pour le moment aucune date n'est retenue, plusieurs pistes sont d'ores et déjà à l'étude. Pour le Dr Fewzi Derrar, les données scientifiques servent de base à toute prise de décision. Il évoque, par exemple, celles relatives au peu de cas de contamination observés chez les tout petits enfants tout comme l'immunité acquise chez les personnes déjà infectées et guéries. Le déconfinement, dit-il, peut, dans un premier temps, concerner ces deux populations. Suivront par la suite, dit-il, d'autres franges de la société en fonction de l'évolution de la situation. Autre probabilité : un déconfinement par région, assure l'invité de la rédaction de la Chaîne 3 de la Radio nationale. Les wilayas qui n'enregistrent plus de cas ou des cas « ponctuels » pourraient connaître une levée des mesures restrictives. Une vingtaine de wilayas n'avaient pas enregistré mardi de nouvelles contaminations. Ce que le Dr Derrar exclut, c'est un déconfinement par quartier car, dit-il, il sera impossible de garantir une totale étanchéité et il faudra, dit-il, donc garder une « vision à l'échelle de la wilaya ». Le directeur de l'Institut Pasteur avertit, cependant : le déconfinement doit se faire de manière progressive et réfléchie pour éviter ce qu'il qualifie de « seconde vague ».
La stabilité relative du nombre de contaminations reste, dit-il, « précaire » et doit absolument être consolidée par un maintien de la vigilance et des gestes barrières puisque, avertit-il, les recontaminations sont souvent plus virulentes en raison de la possibilité qu'a le virus de muter et d'engendrer, donc, des symptômes plus sévères. Il ne s'agit pas, selon le Dr Derrar, de crier victoire trop tôt en dépit des raisons d'espérer qui, dit-il, sont dues à une stabilisation des admissions au niveau des hôpitaux tout comme celles des personnes en réanimation. Un optimisme empreint de prudence car, estime-t-il, au niveau mondial, le virus reste actif. Une raison de plus, dit-il, pour continuer le dépistage, non seulement des populations « cibles ». Si au départ, l'Institut Pasteur d'Alger était seul à faire face à la demande d'analyses, il travaille à une meilleure répartition géographique des laboratoires et a atteint actuellement une capacité de 1 000 dépistages par jour. À long terme, le Dr Derrar plaide pour la mise en place de la direction des laboratoires qui va de pair avec l'Agence nationale de santé. Sa mission principale sera axée autour de l'architecture des laboratoires à valider, la standardisation des protocoles avec des centres de références et des laboratoires périphériques pour qu'à terme le pays puisse disposer d'un tissu de laboratoires en mesure de répondre à toute situation épidémiologique et aux événements sanitaires exceptionnels. Pour que ces structures soient efficaces, il propose l'installation de comités scientifiques et de comités de pilotage pour tracer des objectifs, élaborer des cahiers des charges. L'erreur, avertit-il, serait de les doter de moyens financiers sans aucune stratégie.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.