Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Risque d'une seconde vague avec un "virus plus virulent"
Le dg de l'institut pasteur d'Algérie prévient
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 04 - 2020

Le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) a insisté, hier, sur le respect strict sanitaire du confinement dans le cadre de la prévention contre le Covid-19 et recommande de prendre le temps de la réflexion à propos du déconfinement au risque de connaitre une 2evague de l'épidémie
Le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) a insisté, hier, sur le respect strict sanitaire du confinement dans le cadre de la prévention contre le Covid-19 et recommande de prendre le temps de la réflexion à propos du déconfinement au risque de connaitre une 2evague de l'épidémie
D'après Fawzi Derrar, qui s'exprimait sur la Chaîne 3 de la Radio algérienne, revenir à des regroupements de masse reviendrait à "réveiller le virus de nouveau" et compromettre les efforts qui ont été fournis jusque-là. Les messages rassurants lancés par des membres du Comité scientifique de surveillance et de suivi de l'épidémie du Covid-19 et de certains spécialistes ont, semble-t-il, provoqué une sorte de relâchementau sein de la population. Mais pour Dr Derrar, le discours qui est avancé par les autorités sanitaires est davantage un discours réaliste basé sur la réalité des chiffres sur le terrain. "En réanimation, il y a moins de cas.
On enregistre même une phase de plateau en matière d'hospitalisations, ce qui dénote qu'il y a une évolution qui est favorable", a-t-il souligné. Selon le virologue, le spectre d'une seconde vague de l'épidémie n'est pas écarté en cas de relâchement dansle respect du confinement. "Une population qui ne suit pas le confinement est une population qui est en train de mener son pays vers une deuxième vague", prévient Dr Derrar avant de préciser que le pays connaît une situation de "stabilité précaire qui peut être mise à rude épreuve par des comportements de non respect des mesures de distanciation sociale et de confinement par la population". Dr Derrar prévient qu'une deuxième vague de l'épidémie pourrait être encore plus sévère que la première. "Scientifiquement parlant, un virus qui circule beaucoup a une plus grande probabilité de muter. Cette mutation peut mener vers des changements en termes de sévérité. Si les citoyens ne respectent pas le confinement et font redémarrer l'épidémie, cela veut dire qu'on donne la chance au virus de recirculer et par conséquent on lui donne la chance de changer, d'être plus résistant et donc plus grave", alerte le DG de l'IPA. La phase de déconfinement doit être bien réfléchie même si elle devait durer.
1.000 tests par jour
Le DG de l'IPA a indiqué que le nombre de dépistages réalisés actuellement est de l'ordre de 1.000 dépistages par jour dont 500 effectués par l'IPA. A noter que desantennes de l'IPAont été ouvertes dans différentes régions et des CHU s'y sont également mis avec la dissémination géographique de l'épidémie. Par ailleurs, le DG de l'IPAa appelé à la nécessité de créer une direction des laboratoires, parallèlement de l'agence de sécurité sanitaire qui, elle, sera "la carte météorologique" en matière d'événements épidémiques.
"Il y a beaucoup de matériel qui rentre en Algérie, vu l'urgence de la situation, qu'il va falloir valider comme il va falloir avoir une politique de standardisation. Tout cela c'est la Direction des laboratoires qui le fait en hiérarchisant le laboratoire-conseil pour les décideurs politiques. Ces laboratoireslà sont les Centre de référence, accompagnés par les laboratoires périphériques. Et à la fin nous aurons un tissu de laboratoires tellement bien réparti que vous pouvez répondre à n'importe quel événement sanitaire", précise Dr Derrar.
D'après Fawzi Derrar, qui s'exprimait sur la Chaîne 3 de la Radio algérienne, revenir à des regroupements de masse reviendrait à "réveiller le virus de nouveau" et compromettre les efforts qui ont été fournis jusque-là. Les messages rassurants lancés par des membres du Comité scientifique de surveillance et de suivi de l'épidémie du Covid-19 et de certains spécialistes ont, semble-t-il, provoqué une sorte de relâchementau sein de la population. Mais pour Dr Derrar, le discours qui est avancé par les autorités sanitaires est davantage un discours réaliste basé sur la réalité des chiffres sur le terrain. "En réanimation, il y a moins de cas.
On enregistre même une phase de plateau en matière d'hospitalisations, ce qui dénote qu'il y a une évolution qui est favorable", a-t-il souligné. Selon le virologue, le spectre d'une seconde vague de l'épidémie n'est pas écarté en cas de relâchement dansle respect du confinement. "Une population qui ne suit pas le confinement est une population qui est en train de mener son pays vers une deuxième vague", prévient Dr Derrar avant de préciser que le pays connaît une situation de "stabilité précaire qui peut être mise à rude épreuve par des comportements de non respect des mesures de distanciation sociale et de confinement par la population". Dr Derrar prévient qu'une deuxième vague de l'épidémie pourrait être encore plus sévère que la première. "Scientifiquement parlant, un virus qui circule beaucoup a une plus grande probabilité de muter. Cette mutation peut mener vers des changements en termes de sévérité. Si les citoyens ne respectent pas le confinement et font redémarrer l'épidémie, cela veut dire qu'on donne la chance au virus de recirculer et par conséquent on lui donne la chance de changer, d'être plus résistant et donc plus grave", alerte le DG de l'IPA. La phase de déconfinement doit être bien réfléchie même si elle devait durer.
1.000 tests par jour
Le DG de l'IPA a indiqué que le nombre de dépistages réalisés actuellement est de l'ordre de 1.000 dépistages par jour dont 500 effectués par l'IPA. A noter que desantennes de l'IPAont été ouvertes dans différentes régions et des CHU s'y sont également mis avec la dissémination géographique de l'épidémie. Par ailleurs, le DG de l'IPAa appelé à la nécessité de créer une direction des laboratoires, parallèlement de l'agence de sécurité sanitaire qui, elle, sera "la carte météorologique" en matière d'événements épidémiques.
"Il y a beaucoup de matériel qui rentre en Algérie, vu l'urgence de la situation, qu'il va falloir valider comme il va falloir avoir une politique de standardisation. Tout cela c'est la Direction des laboratoires qui le fait en hiérarchisant le laboratoire-conseil pour les décideurs politiques. Ces laboratoireslà sont les Centre de référence, accompagnés par les laboratoires périphériques. Et à la fin nous aurons un tissu de laboratoires tellement bien réparti que vous pouvez répondre à n'importe quel événement sanitaire", précise Dr Derrar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.