Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le calvaire des transporteurs privés de voyageurs
Ils sont plus de 140 mille au chômage forcé
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 05 - 2020

Au chômage forcé depuis près de deux mois, les transporteurs privés de voyageurs attendent désespérément une indemnisation ou une aide financière. L'accès à un prêt bancaire de consommation sera pour eux une bouffée d'oxygène afin de faire face à leurs obligations quotidiennes.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Soumis à l'interdiction des pouvoirs publics des transports collectifs de voyageurs dans les villes et entre les wilayas afin d'endiguer la propagation du coronavirus, plus de soixante mille transporteurs de voyageurs privés chôment depuis le 19 mars dernier. «Le parc des transports urbains, suburbains et inter-wilayas dépasse les 60 mille bus privés, actuellement à l'arrêt. Plus de 70 mille chauffeurs de bus et plus de 70 mille receveurs sont eux aussi au chômage forcé», précise Abdelkader Bouchrit, président de la Fédération nationale des transporteurs de voyageurs et de marchandises, affiliée à l'UGCAA (Union générale des commerçants et artisans algériens).
Selon notre interlocuteur, même le transport de marchandises, non concerné par l'arrêt d'activité, a été lui aussi impacté par la crise sanitaire. «De nombreux transporteurs de marchandises ne travaillent plus suite à l'arrêt des usines et à la baisse de l'activité d'importation. Aujourd'hui, les ports fonctionnent au ralenti», explique-t-il.
La suspension des transports privés n'a pas été sans conséquences économiques et sociales pour tous les travailleurs du secteur. Plus d'un mois et demi plus tard, ces professionnels entament des démarches pour tenter de trouver des solutions à leur situation. «Nous avons eu des rencontres avec le ministère des Transports, les différentes directions des transports et avec les walis. La semaine dernière, nous avons rempli des imprimés que nous avons remis à la Direction des transports afin d'évaluer une indemnisation ou bien une aide financière», note-t-il.
La Fédération nationale des transporteurs de voyageurs et de marchandises propose également l'exonération de la taxe sur l'activité professionnelle de l'année 2020 et le report du paiement des cotisations à la Casnos (Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés) jusqu'à la fin de l'année. «Les transporteurs de voyageurs sont à l'arrêt depuis plus d'un mois et demi, et nous ignorons la date de la reprise. Même après le déconfinement, la relance de cette activité sera difficile puisque les citoyens resteront prudents et réticents au recours aux transports en commun. Il faut aussi accorder aux transporteurs le temps nécessaire pour reprendre leur travail et avoir un peu d'argent pour payer leurs cotisations», dira le président de la fédération. Autre proposition des transporteurs de voyageurs : la suppression de la vignette automobile de l'année 2020 pour les bus. La fédération suggère aussi l'octroi de prêt bancaire de consommation sans intérêts aux transporteurs dont le montant varie entre 20 000 et 30 000 dinars par mois. «Ce prêt, qui sera remboursé ultérieurement, permettra aux bénéficiaires de faire face à leurs obligations financières mais il permettra également de soulager l'Etat», affirme Abdelkader Bouchrit. Convaincu que la relance de l'activité des transporteurs est tributaire de la disparition du Covid-19, il assure que celle-ci ne pourra se faire avant le mois de septembre prochain, voire un peu plus tard. «La reprise dépendra de la diminution du virus et sera très timide», dit-il.
Pour ce faire, il estime qu'une stratégie déterminant les mécanismes nécessaires pour la reprise de l'activité commerciale s'impose. «Le commerçant doit être sensibilisé et initié aux mesures de protection sanitaires à mettre en place, mais le consommateur, lui aussi, doit être sensibilisé au comportement à adopter dans les commerces qui seront rouverts», dit-il encore.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.