Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sit-in des paramédicaux de l'EPH Mohamed-Boudiaf
Bouira
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 07 - 2020

Plusieurs dizaines de paramédicaux de l'EPH Mohamed-Boudiaf de Bouira ont observé, hier à 10 heures, un sit-in de protestation contre les conditions de travail au sein de cet établissement. Sur place, les infirmiers présents dénonçaient l'attitude du directeur vis-à-vis de leur syndicat, le SAP ou le Syndicat algérien des paramédicaux, qui «déplore les conditions de travail à l'intérieur de cet hôpital».
Selon les présents, cette situation est induite par le «comportement irresponsable du directeur qui a fermé toutes les voies du dialogue avec le partenaire social, en privant ainsi les salariés de s'exprimer et de chercher des solutions à leurs problèmes socioprofessionnels».
Ainsi, ces protestataires évoquent, entre autres, des sanctions arbitraires contre certains travailleurs, le manque de la formation continue, le manque de moyens de protection contre le Covid-19, le refus de libérer les femmes enceintes et les malades chroniques, en foulant aux pieds le décret exécutif n°20-21 de mars 2020, la gestion unilatérale sans aucune concertation avec le partenaire social, la fermeture des voies du dialogue, le blocage de la commission des œuvres sociales, le non-paiement de la prime exceptionnelle liée au Covid-19, etc.
Les protestataires, qui rappellent que les services sensibles tels que le Covid-19, l'oncologie et l'hémodialyse sont épargnés par ce sit-in d'une heure pour des raisons humanitaires, se disent décidés à organiser cette action autant de fois qu'il le faudra jusqu'à ce que le directeur daigne s'asseoir autour d'une table pour discuter de tous ces problèmes dans le but de les solutionner définitivement.
Pour sa part, le directeur de l'EPH Mohamed-Boudiaf, M. Djamel Boutemeur, qui nous a reçus dans son bureau, dira d'emblée que «les protestataires qui ne représentent qu'une minorité, soit une quarantaine sur les 700 paramédicaux qui travaillent à l'EPH Mohamed-Boudiaf, veulent s'immiscer dans ses prérogatives, alors que la gestion incombe, selon les textes de la République, à la seule personne incarnée par le directeur de l'EPH».
Cette mise au point faite, notre interlocuteur dira que les paramédicaux qui travaillent au sein de l'EPH ont tous bénéficié de la prime liée au Covid-19 et, par conséquent, tous doivent accepter de travailler dans tous les services y compris celui dédié au Covid-19.
Plus explicite, le directeur dira que «la situation sanitaire exceptionnelle liée au Covid-19 nécessite beaucoup de personnels, médical et paramédical et, par conséquent, tous les soignants et les aides-soignants qui ne sont pas dispensés selon les décrets exécutifs, tels que les malades chroniques spécifiques et les femmes enceintes ayant dépassé 2 trimestres de grossesse, doivent être prêts à exercer au niveau du service Covid-19, afin de permettre à leurs collègues de se reposer».
Cela étant, le directeur de l'EPH Mohamed-Boudiaf reconnaît avoir mis le paquet pour le service de Covid-19, en se référant aux instructions du ministère de la Santé et de la Population, mais sans pour autant négliger les autres services ni les priver de personnels ou de quelques matériels de protection que ce soit.
Y. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.