Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amira Bouraoui, Karim Tabbou et Samir Benlarbi libérés
Leurs demandes de mise en liberté provisoire acceptées
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 07 - 2020

Les choses se sont accélérées pour plusieurs détenus du Hirak, ce week-end, à la veille de la Fête de l'indépendance. Pas moins de 10 détenus ont, en effet, retrouvé la liberté entre mercredi et jeudi soir.
Karim Aimeur – Alger (Le Soir)- Jeudi après-midi, une foule importante s'est constituée devant la prison de Koléa (Tipaza) pour attendre la sortie de Karim Tabbou, le détenu le plus acclamé par le mouvement populaire. Le matin, la Cour d'Alger a prononcé sa décision par rapport à la demande de la défense du détenu, relative à sa mise en liberté provisoire. La demande a été acceptée et Karim Tabbou, qui a déjà passé près de neuf mois dans cette prison, retrouvera sa liberté dans l'après-midi. Dans sa toute première déclaration à la presse, le porte-parole de l'UDS, entouré de ses parents, a rendu hommage à tous les Algériens qui l'ont soutenu durant la dure épreuve qu'il a passée.
Condamné dans un premier temps par le tribunal de Sidi-M'hamed à un an de prison dont six mois fermes et six mois en sursis, Karim Tabbou, poursuivi pour «atteinte à l'unité nationale» et «atteinte au moral de l'armée», verra sa peine alourdie par la même Cour lors d'un procès en appel qualifié de «scandaleux» par ses avocats. En cette veille du 5 juillet, fête de l'indépendance, Karim Tabbou n'est pas le seul détenu à avoir quitté la prison de Koléa. Samir ben Larbi et Amira Bouraoui ont eux également quitté cette maison d'arrêt pour retrouver leurs familles, au grand soulagement des militants et organisations de défense des droits de l'Homme.
L'autre activiste ayant quitté la prison est Slimane Hamitouche qui était incarcéré à El-Harrach. Ces trois détenus poursuivis pour plusieurs chefs d'inculpation ont bénéficié de la liberté provisoire, en attendant la tenue de leur procès. La libération de ces détenus, du moins de Karim Tabbou et de Samir Benlarbi, était attendue depuis début juin dernier, lorsque Soufiane Djillali, président du parti Jil Jadid, avait annoncé sa rencontre avec le chef de l'Etat qui avait accepté la libération des deux détenus. La veille, soit mercredi soir, six autres détenus dont Malik Riahi, ont été libérés après avoir bénéficié de la grâce présidentielle. En réaction à cette vague de libération de détenus, plusieurs activistes ont rappelé le caractère «arbitraire» de leur détention, appelant à réparer l'injustice dont ils étaient victimes et à leur réhabilitation. Les appels se sont multipliés en même temps pour la libération des autres détenus du Hirak, dont le journaliste Khaled Drareni, arrêté en plein exercice de son travail et détenu à la prison de Koléa. Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a recensé plus de 70 détenus du Hirak qui sont encore en prison. Dans un communiqué, jeudi matin, en réaction à l'annonce de la libération de Karim Tabbou, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) a appelé à la libération de l'ensemble des détenus du Hirak et de la levée des poursuites judiciaires contre ceux qui sont encore en attente de jugement ou en liberté provisoire. «Un grand soulagement. Le pays en a tellement besoin pour aborder les solutions à la crise dans la sérénité», a lancé l'organisation qui, à l'occasion de la fête de l'indépendance, le 5 juillet, dit «encourager le pouvoir à entreprendre d'autres gestes d'ouverture pour une solution politique globale, démocratique et à la hauteur des espoirs suscités par le peuple algérien à travers son Hirak pacifique». Pour sa part, le président du RCD, Mohcine Bellabas, a soutenu «seuls, un acquittement suivi d'une réhabilitation de tous les détenus politiques et d'opinions sans distinction aucune et la cessation des arrestations pourront constituer un signal d'une prise de conscience des dirigeants sur le fait que la répression, les atteintes aux libertés ou la violence ne sont jamais venues à bout de la détermination du peuple à vivre dans une Algérie libre et démocratique».
K. A.
Appel à la libération de Khaled Drareni
Parmi les détenus, au nombre de 73, selon le CNLD, toujours en prison, figure le journaliste Khaled Drareni incarcéré à la prison de Koléa à Tipasa. A l'annonce jeudi de la libération de quelques détenus, qui ont bénéficié de la libération provisoire en attendant leur procès, plusieurs journalistes ont dénoncé le maintien en détention abusive de leur confrère arrêté en plein exercice de sa fonction. Il couvrait, en effet, une manifestation populaire lors de son arrestation, le 7 mars dernier à Alger. Placé dans un premier temps sous contrôle judiciaire, le journaliste sera mis sous mandat de dépôt le 27 mars. Les appels à sa libération et à mettre fin à l'injustice qui le frappe se sont multipliés jeudi et hier vendredi.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.