Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Prophéties de chaos    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Baisse sensible en 2020    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Les travailleurs réclament leurs salaires    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique
TIPASA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 07 - 2020

Le barrage de Boukourdane est une retenue d'eau de la wilaya de Tipasa, qui se situe au sud-ouest de la ville de Tipasa. Il est l'un des 65 barrages opérationnels en Algérie, alors que 30 autres sont toujours en cours de réalisation à ce jour . Le barrage de Boukourdane est cerné par plusieurs villes et villages au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya de Tipasa.
Le déficit hydrique connu récemment est à l'origine de l'actuelle contestation citoyenne de cette région. En effet, les habitants de l'agglomération rurale des 452 logements de Bakoura, située près de Cherchell, se sont insurgés contre le manque flagrant d' eau potable. Le barrage de Boukourdane est situé dans une région qui, à l'origine, était à vocation vitivinicole appelée à se développer grâce à l'apport de ce barrage. Il convient de rappeler aussi que l'arrachage des vignes vinicoles dans les années 1970 n'avait pas aidé l'économie de cette région, axée essentiellement sur la production vinicole de Sidi-Amar, aujourd'hui démantelée. En marge de cette réalité, Boukourdane continuera d'affirmer sa présence et sa suprématie durant plusieurs décennies en perpétuant son interconnexion avec les barrages du Ghrib et de Bouroumi pour permettre l'acheminement de 50 000 m3 d'eau vers la capitale. Cet ouvrage, réalisé par des entreprises chinoises, a été réceptionné vers les années 1990, soit plus de 10 années après sa mise en chantier, avec des délais difficilement observés par la partie chinoise. S'il est vrai que sur le plan hydraulique les actions engagées jusqu'ici ont permis de réaliser plus de 23 forages dans la wilaya de Tipasa, de doter 50 autres forages d'équipements de secours et de pourvoir à la réalisation de 20 forages de remplacement, la mobilisation des ressources en eau, même appuyée par l'extension des stations de pompage de Sidi-Amar, de Kandouri, de Berbessa et de Koléa reste en deçà des besoins locaux. Il est toutefois heureux de constater que les stations de pompage de Hadjout, Meurad, Gouraya, Bakora et Menaceur ont réellement contribué à la satisfaction des besoins des populations locales. Le barrage reste un apport important en ce précieux liquide pour la population de la wilaya. Tandis que l'apport du projet du barrage de Kef-Eddir et celui de Taourira sera à même de satisfaire les besoins des citoyens de Tipasa. Selon des sources avérées, l'actuelle pénurie dans la distribution de l'eau potable qui a sévi dans l'agglomération rurale de Bakoura est due au faible débit des réservoirs d'eau existants et que la Seaal s'est engagée auprès des riverains à assurer une distribution régulière à raison d'un jour sur trois et que cette société s'efforce de mobiliser tous ses moyens pour faire face à ces besoins pour les jours qui viennent..
A ce titre, nous avons appris qu'il est procédé à l'extension de la station de traitement des eaux du barrage de Boukerdane pour alimenter la localité de Fadjana, touchée par le stress hydrique. Il est précisé, par ailleurs, qu'un important programme hydraulique est opérationnel, notamment à travers un réservoir de 500mɜ, de 2 stations de pompage et plus de 11 km de canalisations pour pourvoir en eau potable aux besoins de 3 000 habitants et permettre aussi d'augmenter la capacité à
1 500mɜ/jour des disponibilités actuelles. Dans ce cadre, un communiqué a précisé qu'il est prévu l'extension de la plage horaire de distribution de l'AEP actuelle, qui passera de
3 heures à 10 heures par jour. Il est précisé, qu'outre la baisse récente de son niveau d'eau, le barrage de Boukourdane, à Sidi Amar, a vu sa capacité actuelle diminuer de 18 millions de m3 sur 105 millions de m3 prévus, cette baisse s'expliquerait, selon des responsables, par la forte demande que l'équipement utilisé n'arriverait pas à résorber ; ces responsables se sont engagés à ce que le processus de distribution sera normalisé d'ici le mois d'août, avec le principe que le volume de distribution sera réduit de 24 heures à
18 heures, ou à intervalles d'un jour sur deux pour maintenir un débit régulier et afin que le volume actuel du barrage soit corrigé afin que le déficit soit contrôlé jusqu'au retour des pluies, tout en appelant les citoyens à faire preuve de sens de la responsabilité et de civisme afin ne pas gaspiller ce précieux liquide.
Houari Larbi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.