"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première apparition publique de Lyes Fakhfakh
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 01 - 2020

De Tunis, Mohamed Kettou
Pour sa première apparition publique, le nouveau chef du gouvernement, Lyes Fakhfakh, a choisi le mode «conférence de presse». Non pas pour présenter un programme qui apaiserait une population aux abois et qui l'attend de pied ferme, mais pour distiller des informations sur les consultations entamées, jeudi, avec les partis politiques à l'exclusion de Qalb Tounès de Nabil Karoui, finaliste malheureux de la présidentielle, et du parti Destourien libre (PDL) de Abir Moussi.
Lyes Fakhfakh était, face aux journalistes, sûr de lui. Sûr de réussir son examen au Parlement pour obtenir sa confiance. Pour y arriver, il lui faudrait une ceinture politique qu'il a été chercher auprès de huit partis dont le parti islamiste majoritaire au Parlement (54 sièges).
Concernant la structure du gouvernement qu'il entend former, il a précisé qu'il sera «restreint», ne dépassant pas les
25 ministres. Ce sera une réduction drastique en comparaison avec les cabinets précédents. «Je ferai le maximum pour me rapprocher de la parité ‘'hommes-femmes'' tant clamée dans tous les cercles politiques.»
L'exclusion remarquable de Qalb Tounès (38 députés) et du PDL (17 députés) serait une option dictée par le Président Kaïs Saïed, qui avait exhorté le malheureux Habib Jemli à former une équipe où Qalb Tounès ne serait pas représenté. Aujourd'hui, quelle voie suivra Fakhfakh dans la constitution de son gouvernement, sachant qu' il avait été rejeté par le peuple lors de l'élection présidentielle en n'obtenant que 0,6% des voix ? «Malgré cela, dit-il, je bénéficie de l'appui du président de la République qui avait réalisé un score historique avec plus de 70%. De ce fait, je tire ma légitimité et je m'appliquerai à mettre en œuvre les choix du Président.»
Abordant, superficiellement, son programme qu'il dévoilera avec détails, la semaine prochaine, il a lancé un nouveau concept. Depuis 2011, on ne parle en Tunisie que de «transition politique».
Aujourd'hui, Fakhfakh parle de «transition économique et sociale». «Tout en travaillant sur le court terme pour sauver, de la misère, une bonne tranche de la population, il faut introduire de profondes réformes dans tous les secteurs», a-t-il dit. Ainsi, le pays aura encore recours à l'emprunt extérieur. Ce sera pour relancer le développement économique et non pour la consommation, comme il a été le cas, à ce jour. D'autant plus que la dette a atteint des proportions considérables. Elle se chiffre, aujourd'hui, à 75% du PIB. De quoi s'attendre à des jours durs, très durs même.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.