Belhimer trace au marqueur le rôle futur du Hirak    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Pagaille à l'aéroport d'Alger    "Proche du véhicule neuf", selon Ferhat Aït Ali    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Karim Younès nommé médiateur de la République    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lyes Fakhfakh, nouveau chef du gouvernement
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 01 - 2020

De Tunis, Mohamed Kettou
Accrochés toute la journée du lundi à la radio ou à la télévision dans l'attente de l'annonce de l'identité du nouveau chef du gouvernement, les citoyens tunisiens n'ont été satisfaits qu'à moitié. Cette annonce a été faite, mais tard dans la soirée, par le palais de Carthage qui a fait durer le suspense sans répondre aux attentes.
En effet, le choix du Président Kaïs Saïed est tombé sur M. Lyes Fakhfakh, soutenu par deux partis politiques siégeant en minorité au Parlement. Le nouveau chef du gouvernement était parmi un trio reçu ces derniers jours par le président de la République dans des séances ressemblant à des examens oraux, avant de faire son choix et de confier la primature, à la surprise générale, à M. Fakhfakh. Ingénieur de formation et se voulant «social-démocrate», celui-ci, âgé de 48 ans ,n'a fait son entrée dans la politique qu'après le départ de Ben Ali en 2011, par le biais du parti Attakattoul de Mustapha Ben Jaâfer, président de la Constituante.
Entre 2011 et 2014, il a été ministre du Tourisme d'abord et des Finances, ensuite, dans les gouvernements des islamistes Hamadi Ben Ali et Ali Larayedh. Dès l'annonce de cette désignation, les principaux partis politiques (Qalb Tounès et Ennahdha en particulier) ont manifesté leur opposition à cette nomination qui «ne ferait que perdurer» la crise. En effet, depuis trois mois, le pays est dirigé par un gouvernement chargé des affaires courantes, sans possibilité de prendre des mesures engageant l'avenir. C'est tout simplement un blocage dont la Tunisie est en droit de faire l'économie. Aujourd'hui, le fait est là et l'article 89 de la Constitution accorde un délai d'un mois (renouvelable une fois) au nouveau chef du gouvernement pour former son équipe et tenter de gagner la confiance du Parlement. En cas de rejet, il ira rejoindre son malheureux prédécesseur Habib Jemli aux oubliettes, et exposera le pays à une crise sans précédent. Le président de la République procédera alors à la dissolution du Parlement et de nouvelles législatives seront organisées dans un délai allant de 45 à 90 jours. Cependant, il y a fort à parier, estiment les observateurs, que ce scénario soit évité par les députés. Ceux-ci finiront par accorder leur confiance au gouvernement pour ne pas risquer la perte de leur députation en cas d'un nouveau scrutin. Ironie du sort et en cas de succès au Parlement, M. Fakhfakh, classé 16e à l'élection présidentielle, aura plus de pouvoir que Kaïs Saïed, élevé à la magistrature suprême avec plus de 70% des voix.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.