Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Constantine: plus de 50 % des accidents de la circulation sont survenus dans des virages dangereux    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Une demande de levée d'immunité introduite contre une sénatrice FLN    AIN EL BIA (ORAN) : 549 kg de viande impropre à la consommation saisis    BAGARRE RANGEE ENTRE GANGS A TIARET : La police arrête 11 personnes    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Benabdi, nouvelle recrue    Sénat: présentation du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    Transfert de 700 migrants depuis l'île de Lesbos    La France va organiser une conférence internationale    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Larbi Ouanoughi a fait long feu    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    40% des Maghrébins n'ont pas de comptes bancaires    Vu en France    Lancement prochain du transport de fret roulant    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Saisie de marchandises interdites à l'importation, évaluées à 912 millions de centimes    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    Energie: Pourquoi le «Super» va être supprimé    ES Sétif: Un bain de jouvence pour l'effectif    Nouvelle opération de rapatriement: 181 Subsahariens transférés vers leur pays en début de semaine    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    Institut français d'Algérie: La cérémonie du choix Goncourt Algérie 2020, le 03 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 08 - 2020

De Tunis, Mohamed Kettou
Les détracteurs de Rached Ghannouchi semblent décidés à le déloger du perchoir de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP). Selon le député Hassouna Nasfi, Ghannouchi, qui a conservé, jeudi, son poste de président de l'Assemblée, ferait l'objet d'une deuxième motion de destitution qui serait, déjà, en préparation.
Malgré un vote massif contre lui (97 voix), Ghannouchi est sorti vainqueur car il fallait 109 voix pour le destituer. Le comble est que cette victoire a été remportée sans la participation de son propre parti Ennahdha, dont les députés ont brillé par leur absence au cours de la plénière de jeudi.
Etant sûr de l'échec de cette tentative de ses opposants, Ghannouchi avait prédit que le vote équivaudrait à un renouvellement de confiance. Là, il a gagné son pari et aurait lui-même donné ordre aux députés de son parti de s'abstenir. Il est vrai qu'il pouvait compter sur les voix de certains partis, même minoritaires , pour faire pencher la balance en sa faveur. D'autant plus que le scénario avait été préparé à l'avance comme le laisse voir et comprendre le nombre des votants (133 contre 217 députés).
Cet absentéisme a, sans doute, condamné la motion à l'échec en attendant la rentrée parlementaire dans deux mois. Deux mois qui donneront à réfléchir aux députés des divers blocs pour affûter leurs armes. Les uns pour conforter Ghannouchi dans son poste, les autres pour poursuivre leur tapage et tenter de le déloger. Quant à Ghannouchi, avec un flegme britannique, il continue à narguer ses farouches opposants en leur proposant une entente sans fissure pour œuvrer en faveur de la Tunisie et non pour les intérêts des partis politiques. L'entendront-ils de cette oreille ? Rien n'est moins sûr. D'autant plus que sa principale adversaire, Abir Moussi (PDL) , n'a d'autre préoccupation que le départ de Ghannouchi et, pourquoi pas, la dissolution de son parti islamiste. «Retirer la confiance à Ghannouchi est un devoir national» ou «Ghannouchi est un danger pour la sécurité nationale», et d'autres slogans du même genre sont brandis par les députés du PDL d'une manière ostentatoire à l'Assemblée. Ces députés, qui ne cachent pas leur mépris à l'encontre du président de l'Assemblée, ne s'arrêteront pas «en si bon chemin», disent-ils. Dans deux mois, ils comptent reprendre leur bâton de pèlerin pour rendre «irrespirable» l'air du Parlement et l'atmosphère plus suffocante pour Ghannouchi et son parti. C'est dire toute la désinvolture qui marquera les travaux d'une Assemblée appelée à être, plutôt, bienveillante envers un peuple dont les intérêts sont bafoués par ses représentants qu'il avait lui-même portés aux nues, il y a environ une année. Aujourd'hui que ce vote atteste de la division presque à parts égales, en deux blocs de l'Assemblée, la tâche de Hichem Mechichi de former le gouvernement sera-t-elle facile ? Décidera-t-il de se démarquer de tous les partis politiques pour sortir aux Tunisiens une équipe indépendante dont le seul objectif est de les servir ? Avec l'appui dont il bénéficie de la part du Président Kaïs Saïed, il pourrait emprunter cette voie qui lui garantirait, peut-être paradoxalement, la confiance du Parlement. Entre-temps, il fait face à une situation plus chaude que la vague de chaleur qui sévit depuis une dizaine de jours dans le pays. Car il n'y a aucun doute que la «victoire» remportée par Ghannouchi aura des conséquences notables sur la formation du nouveau gouvernement, c'est-à-dire sur l'avenir immédiat du pays.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.