Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle
Etats-Unis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 08 - 2020

Le Président Donald Trump a provoqué un tollé dans la classe politique américaine en laissant entendre que la présidentielle de novembre prochain pourrait être reportée en raison notamment de la crise sanitaire de Covid-19, les camps républicain et démocrate ayant catégoriquement rejeté cette idée perçue par des observateurs comme une preuve que les Etats-Unis traversent une «grave crise politique».
«Reporter l'élection jusqu'à ce que les gens puissent voter normalement, en toute sécurité», a tweeté Donald Trump, en invoquant la crise sanitaire de Covid-19 ainsi que des «risques de fraudes liés à la mise en place du vote par correspondance dans de nombreux Etats». Interrogé lors d'un point de presse jeudi à la Maison Blanche, le Président américain a, par la suite, entretenu l'ambiguïté sur le scrutin. «Est ce que je veux une autre date? Non. Mais je ne veux pas voir une élection truquée», a-t-il répondu, assurant redouter, en raison du vote par courrier, de devoir attendre les résultats pendant «des semaines», «des mois», voire «des années».
La proposition de Donald Trump, une première dans l'histoire des Etats-Unis, a suscité un tollé dans la classe politique et a été condamnée jusque dans le camp des républicains. La Constitution américaine est claire, le Président n'a pas le pouvoir de décider du report d'une élection. La date des élections est fixée par une loi fédérale, seul le Congrès peut prendre une initiative en ce sens. Ainsi, plusieurs ténors républicains ont rapidement et clairement marqué leur désaccord avec le Président, écartant un éventuel report du scrutin. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a rappelé que «jamais dans l'histoire des Etats-Unis une élection n'avait été repoussée, que ce soit pendant la guerre civile ou au cœur de graves crises économiques. Nous nous assurerons que cela soit de nouveau le cas le 3 novembre», a-t-il ajouté. Son homologue à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, rejette également l'idée. «Jamais dans l'histoire n'ont été annulées des élections fédérales. Nous devons aller de l'avant avec notre élection», a-t-il déclaré. Pour sa part, la représentante démocrate, Zoe Loren, qui préside la commission de la Chambre chargée de la sécurité électorale, a également rejeté un délai. «En aucun cas, nous n'envisagerons de décaler l'élection pour s'adapter à la réponse inepte et désordonnée du Président en matière de Covid-19. Nous ne voulons pas donner de crédit aux mensonges et aux informations erronées qu'il répand», a-t-elle déclaré dans un communiqué cité par l'agence Reuters.
Quant à l'ex-Président Barack Obama, il a réagi en indiquant que «peu d'élections ont été aussi importantes que celle-ci à de nombreux niveaux», ajoutant que «les votes par courrier seront cruciaux dans ce scrutin». Pour les observateurs, le fait que le Président lui-même évoque l'hypothèse d'un report de la présidentielle pourrait cependant contribuer à alimenter, au sein de sa base électorale, les doutes sur la «légitimité» du scrutin. Le doute est aussi perçu comme un «aveu de fébrilité de la part de Donald Trump, qui redoute une humiliante défaite qui ferait de lui le premier Président d'un seul mandat depuis plus d'un quart de siècle». «Nous sommes en Amérique. Nous sommes une démocratie, pas une dictature. La Constitution fixe la date des élections en novembre. Rien de ce que le Président dit, fait ou tweete ne peut changer cela», a réagi Dale Ho, de l'organisation de défense des droits civiques (ACLU).
Derrière cette annonce «inédite» se cache une «stratégie électorale bien réfléchie», analyse Françoise Coste, professeure de civilisation américaine à l'Université Toulouse Jean-Jaurès. «C'est vraiment historique, ce n'est jamais arrivé auparavant. Non seulement il est impossible de reporter les élections, mais qu'un Président le dise à voix haute, c'est une nouvelle preuve que les Etats-Unis traversent une grave crise politique, qui est en train de devenir une crise constitutionnelle». Il ne s'agit plus seulement d'une «bataille entre démocrates et républicains, c'est une crise des institutions», dit-elle.
«La coïncidence est d'ailleurs intéressante : ce tweet de Donald Trump a été publié quelques minutes après la parution des statistiques économiques du second trimestre 2020. Et elles sont catastrophiques puisqu'il s'agit de la pire chute de la croissance économique depuis qu'il y a des statistiques aux Etats-Unis. Donald Trump voit donc que la situation est très tendue pour lui et il essaie de se rattraper», estime-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.