Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 4 samedis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 08 - 2020

La semaine a été pénible. Le procès d'un journaliste est toujours un mauvais signe pour un pays qui ambitionne de se reconstruire dans les valeurs de démocratie et de liberté. Khaled Drareni est certes un justiciable comme les autres mais c'est le journaliste et non la personne qui est arrêté et mis en prison. On a beau dire que c'est bien pour ses activités professionnelles qu'il est poursuivi et ce ne sont même pas ses soutiens, par ailleurs très nombreux, qui le disent. C'est le déroulement de son procès même et la nature des questions qui lui sont posées qui le démontrent. L'intitulé des chefs d'inculpation, la gravité du réquisitoire et l'énormité de la peine requise ont fait le reste. En attendant le verdict, l'opinion est partagée entre l'inquiétude et l'optimisme. La justice étant imprévisible pour les raisons qu'on connaît, les deux ne manquent pas d'arguments. Ils partagent tout de même ceci : la place de Khaled Drareni n'est pas en prison.
La semaine a été pénible. La terrible explosion qui a frappé Beyrouth a suscité une vague d'émotions et de solidarité à travers le monde. En Algérie, l'élan de sympathie, très large, trouve ses explications au-delà de la réaction humaine que peuvent ressentir et exprimer des femmes et des hommes envers leurs semblables en situation de tragédie. Le Liban et les Libanais sont tout ce que les autres pays « arabes » ne sont pas, ne veulent peut-être pas être. Mais le Liban est aussi, paradoxalement, le pays qui fait rêver les autres Arabes. Un pays ouvert, multiconfessionnel et culturellement émancipé. Les Algériens sont d'autant plus touchés par cette tragédie qu'ils y voient une similitude de conjoncture. En crise sociopolitique aiguë, les Libanais n'avaient pas besoin de ce drame et les Algériens s'y sont naturellement identifiés.
La semaine a été pénible. Dans cette terrible épreuve du Covid-19, il y a toujours au moins une chose qu'on ne comprend pas. Après les masques dont on ne savait pas s'ils étaient obligatoires ou non, après certains commerces dont on avait du mal à comprendre le fonctionnement... voilà maintenant les plages. Bien malin celui qui nous dira si elles sont ouvertes ou fermées. À l'ouest d'Alger, c'est en tout cas le chat et la souris entre la police et les baigneurs. On vient les chasser du sable et quelque temps après, il y a une nouvelle... vague qui arrive. Il paraît qu'on cherche toujours un protocole pour une « vraie » ouverture. En attendant, ça fait déjà des... vagues !
La semaine a été moins pénible, histoire de terminer sur une note gaie qui n'est pas vraiment la marque de fabrique de cet espace. Quand la mode était au gain facile et la prédation, Hakim Alilèche, un jeune retraité, a choisi d'entreprendre. Et il a vraiment entrepris en allant... planter des oliviers à Djelfa. Avec l'audace, la détermination et l'ambition des pionniers, il a fait pousser 15 000 arbres sur 40 hectares en culture bio. Le voilà qui tient sa première récompense en obtenant la médaille d'argent au concours national de la meilleure huile extravierge, la catégorie la plus prestigieuse au monde. Bravo.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.