La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Le projet d'amendement constitutionnel est bâti sur des bases garantissant l'équilibre des pouvoirs"    Projet d'amendement de la Constitution : assurer la construction de la confiance citoyen-institutions de l'Etat    L'amendement constitutionnel érige la société civile en porte-voix du peuple    Ces aliments trop sucrés qu'on ne soupçonne pas forcément    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Real : Benzema égale un record de Messi    Liverpool : la blessure de Fabinho inquiète Klopp    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    Le Vote Des Expatriés En Question    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    287 nouveaux cas en Algérie    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Actucult    Mine de Phosphate à Bir El Ater (Tébessa) : Un projet pour décongestionner le trafic routier    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le Real de Madrid doit réagir    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises
Colombie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2020

Rodrigo Londonño, le chef de l'ex-guérilla des Farc qui a signé la paix en Colombie, a déclaré mardi qu'il en était arrivé à «haïr» son organisation pour les atrocités commises pendant cinq décennies de conflit.
Le leader de ce qui fut la guérilla la plus puissante du continent américain a réitéré les demandes d'excuses publiques formulées lundi pour les plus de 20 000 enlèvements perpétrés par l'organisation et les recrutements de mineurs dans ses rangs.
«L'enlèvement a été une très grave erreur dont nous ne pouvons que nous repentir», avait déclaré lundi dans un communiqué la direction de ce qui est maintenant un parti politique sous le nom de Force alternative révolutionnaire commune.
Il s'agissait de la demande de pardon la plus forte exprimée par l'ex-guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) depuis qu'a été signé en 2016 un accord de paix avec le gouvernement colombien.
En écoutant les victimes et en reconnaissant la vérité sur ce qui s'est passé, «j'en viens à haïr la Farc que j'ai en face de moi et qui ne ressemble en rien à celle que j'ai rejointe», a déclaré lors d'une interview à la radio Rodrigo Londonño, alias «Timochenko».«Nous faisons notre introspection (...) on intériorise les choses, c'est difficile quand on a défendu quelque chose pendant tant d'années, qu'on y a cru, et qu'il faut dire qu'on avait tort, que c'était mal», a admis le dirigeant.
Fondées en 1964, les Farc ont reconnu que «les enlèvements (....) ont blessé à mort» la «légitimité et la crédibilité» de son soulèvement armé contre l'Etat colombien et ont exprimé leurs regrets pour la «douleur» et les «humiliations» infligées aux victimes.
«Ce fardeau (...) pèse aujourd'hui sur la conscience et le cœur de chacun d'entre nous», est-il ajouté dans le communiqué.
L'ex-guérilla répond de ses actes devant un tribunal spécial pour la paix (JEP) créé par l'accord de paix qui a permis la démobilisation d'environ 13 000 rebelles des Farc, dont 7 000 combattants.
Les principaux chefs de l'ex-guérilla se sont engagés à avouer leurs crimes devant la JEP et à dédommager les victimes ou leurs familles, en échange de peines alternatives à la prison. S'ils ne tiennent pas leur engagement, ils seront traduits devant la justice ordinaire.
Timochenko s'est dit «frappé» par «la générosité des victimes» et a souligné que le poignant témoignage d'Ingrid Betancourt, lundi en visioconférence devant le JEP, a «influencé» son repentir.
La Franco-Colombienne, kidnappée par les Farc, a témoigné sur les six années qu'elle a passées aux mains des rebelles.
«L'enlèvement n'a pas de date d'expiration, il ne se termine pas le jour de la libération. C'est un meurtre parce que la personne qui le subit, même si elle a la chance d'être libérée, est déjà quelqu'un d'autre lorsqu'elle sort de captivité», a déclaré l'ancienne candidate à la présidence, libérée lors d'une opération militaire en 2008.
L'ancienne rébellion doit aussi répondre du recrutement de milliers d'enfants et d'adolescents pendant plus d'un demi-siècle de conflit armé. Rodrigo Londonño a admis que ces enrôlements forcés ont été «une erreur».
Le complexe conflit armé interne que vit la Colombie a fait plus de neuf millions de victimes (morts, disparus et déplacés internes), selon des chiffres officiels.Le désarmement des Farc a permis de faire diminuer l'intensité du conflit, mais le pays reste confronté à la violence de l'Armée de libération nationale (ELN), dernière guérilla active, ainsi que des narcotrafiquants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.