Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Les zones d'ombre "au premier plan des priorités" dans le programme du gouvernement    3ème édition du salon du bâtiment et des travaux publics à Constantine: une opportunité de promotion du produit local    Man City : Mauvaise nouvelle pour Fernandinho    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Djerad: "L'Algérie nouvelle est l'Algérie des jeunes"    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    La peur au ventre    Musulmans de France, tous coupables ?    Communication et impérialisme    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Tlemcen: Les droits et libertés en question    Procès de manifestants: Des libérations, des condamnations et des reports    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Rentrée scolaire: Quelques couacs et des interrogations    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Général Chanegriha : "Le devoir des nationalistes est de contribuer à la réussite du référendum"    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Règlement de comptes au FLN    Djerad donne le coup d'envoi à partir de Batna    Le bilan poursuit sa hausse en Algérie    Le wali d'Oran botte en touche    Les satisfactions de Bensmaïn    Oulmi condamné à 10 ans de prison ferme en appel    Coronavirus : 252 nouveaux cas, 136 guérisons et 7 décès    NAHD : Leknaoui fait le point sur la préparation    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    AGO de la FAF : plusieurs points seront débattus le 27 octobre à Alger    PLF 2021: la Commission des finances de l'APN appelle à alléger la pression fiscale    Washington prêt à des discussions avec Moscou    La LFP rejette la demande d'annulation de la licence de Rooney    Fiat Chrysler investira 1,5 milliard de dollars au Canada    Porsche affiche des chiffres solides    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    "La formation pour élever le niveau de la chanson"    Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence    Une romance méconnue entre Roosevelt et une princesse norvégienne    Tissemsilt: Une exploration prochaine des capacités hydriques de la région    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





76 harragas interceptés en 24 heures
Annaba
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2020

Les gardes-côtes de Annaba n'ont pas chômé durant les dernières 24 heures.
En effet, après les 19 harragas dont 2 mineurs, interceptés aux premières heures de la matinée de mardi, d'autres groupes formant au total 57 candidats à l'émigration clandestine ont été arrêtés en pleine mer, dans la journée de mardi et vers 1 heure du matin de ce mercredi. Tous de nationalité algérienne, ils sont âgés de 3 à 36 ans.
Les 43 harragas, âgés de trois à 36 ans, avaient parmi eux un enfant d'à peine 3 ans qu'accompagnait sa génitrice. Ils ont utilisé plusieurs embarcations artisanales pour détourner l'attention des gardes-côtes.
Les passeurs croyaient qu'au moment où ces derniers s'occupaient de la première embarcation, les autres, pourraient poursuivre tranquillement leur aventure.
Malgré ce subterfuge, ils n'ont pas échappé à la vigilance des gardes-côtes. Les concernés ont tous été ramenés sur la terre ferme où, après avoir été auscultés par le médecin de la Protection civile, les ayant déclarés en bonne santé, les gardes-côtes les attendaient pour un interrogatoire, avant de les présenter devant la justice.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.