Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    L'AC Milan et Tottenham de retour    Macron et l'arabe    Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le port de Skikda renforcé    La liberté dans le respect de l'autre    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Musulmans de France, tous coupables ?    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 4 samedis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 09 - 2020

La semaine a été pénible. Khaled Drareni a été condamné à deux ans de prison ferme. Un pays où on met un journaliste en prison est toujours inquiétant quand les faits qui lui sont reprochés n'ont rien à voir avec un délit ou un crime de droit commun. Et ce qui a été officiellement retenu contre Khaled Drareni n'a pas convaincu grand monde. Le juge réduit la peine requise par le ministère public et il se susurre que notre confrère sera gracié à l'occasion du 1er Novembre. Ce n'est pas plus rassurant pour autant.
La semaine a été pénible. Un pays où on coupe internet est aussi inquiétant. Surtout quand on ne donne aucune explication. De toute façon, il n'y a aucun argument qui puisse convaincre. Quand on « coupe », l'explication devient évidente de fait. Sinon, on appellerait ça une panne technique et jusqu'à preuve du contraire, personne ne l'a désignée ainsi. Pourtant, les « incidents techniques » en l'occurrence, ce n'est pas ce qui manque. Ajoutez à cela le débit déjà rachitique à la base, le maigre niveau des installations, la maîtrise technologique qui ne vole pas haut, l'incurie managériale et surtout la « gestion »... politique et vous aurez une explication à tout.
La semaine a été pénible. Il y a vraiment des coïncidences qui, quand elles ne sont pas vraiment « heureuses »... tombent bien quand même. Une quasi-simultanéité qui, si elle a de quoi troubler, ne peut quand même pas être provoquée. C'est au moment où se déroulait le procès de Djamel Ould Abbès dont les « révélations » faites par son fils et l'innommable Tliba sur la vente, l'achat, les négociations et les prix en milliards des « candidatures sûres » aux législatives que l'Assemblée issue de ces belles et vertueuses transactions a adopté le projet de Constitution à soumettre au référendum qui aura lieu le 1er novembre. Rien à dire, il n'y a pas que la semaine qui a été pénible.
En plus d'être pénible, la semaine a été douloureuse. Abdelmadjid Merdaci vient de nous quitter et dans un pays où les hommes de sa trempe ne courent pas les rues, la perte devient moins surmontable. Bien évidemment, on peut ne pas partager ses idées. Mais il a tellement compté dans certains débats qu'il a fini par devenir incontournable dans l'espace qui est le sien. On retiendra de lui d'abord l'intellectuel ancré dans sa ville (Constantine) tout en étant en plein dans la pensée universelle. Ensuite, l'enseignant resté fidèle à l'université algérienne et dans le contexte du pays, ses conditions de travail et les tentations d'ailleurs plus cléments, c'est loin d'être rien. Ensuite, le sociologue et l'historien qui s'est toujours « mêlé de ce qui le regarde » même si son ton apaisé et son engagement tranquille ne lui ont pas valu que des amitiés. Adieu Madjid, tu manqueras à l'Algérie, c'est sûr.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.