Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Algérie-Hongrie: approfondir le dialogue politique au service du partenariat bilatéral    L'état de santé du président Tebboune "n'inspire aucune inquiétude"    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    AG ordinaire de la FAF: adoption des bilans moral et financier    Le projet d'amendement de la constitution consacre un article important pour la protection des terres agricoles    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Révision de la Constitution: la loi organique relative au régime électoral fixe les règles du silence électoral    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Le Real de Madrid doit réagir    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    Erdogan appelle au boycott des produits français    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée
LUTTE CONTRE LA CORRUPTION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 09 - 2020

Un nombre impressionnant de dossiers liés à la corruption a pris le chemin du tribunal de Sidi-M'hamed où se dérouleront désormais les instructions des ministres et walis ayant servi durant la période de Abdelaziz Bouteflika.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Ces dossiers sont au nombre de vingt-cinq et leur transfert a naturellement eu lieu suite à la récente décision d'ôter aux anciens ministres et hauts responsables le privilège d'être écoutés uniquement par de hauts magistrats, ceux de la Cour suprême, en l'occurrence. L'on sait aussi que c'est à ce niveau qu'ont été auditionnés les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ainsi que les treize autres ministres incarcérés, d'anciens hauts fonctionnaires de la présidence de la République et plusieurs anciens walis. Mais il n'en sera pas de même pour le reste de la liste détenue par les instances judiciaires.
On apprend, en effet, que pas moins de douze autres ministres, quatorze si l'on doit tenir compte des fuyards Chakib Khelil et Abdeslam Bouchouareb, sont concernés par des auditions qui devaient au préalable se dérouler au niveau de la Cour suprême avant que leurs dossiers ne prennent une autre direction puisqu'ils ont été transmis au tribunal de Sidi-M'hamed.
Les noms les plus connus de la scène publique sont ceux de Necib Hocine, ex-ministre des Ressources en eau, Mohamed Hattab, ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, Temmar Abdelwahid, poursuivi en qualité d'ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Temmar Abdelhamid, ancien ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, Boudjemaa Talai, ministre des Travaux publics et Transports, Nouri Abdelwahab, ministre des Ressources en eau, Bouazghi Abdelkader, plusieurs fois wali et ancien ministre de l'Agriculture, Rahiel Mustapha Karim, ancien chef de cabinet de Sellal, Mohamed Ghazi, ancien ministre du Travail, Mohamed Bedjaoui, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien président du Conseil constitutionnel, Tamazight Djamila et Houda Feraoun, respectivement anciennes ministres de l'Industrie et des Télécommunications. Cette liste contient également plus d'une dizaine de noms d'anciens walis, de deux anciens P-dg de Sonatrach, Meziane Mohamed et Ould Kaddour ainsi que de hauts cadres de cette société.
Les dossiers les concernant vont être dispatchés à travers les quatorze chambres d'instruction que compte le tribunal de Sidi-M'hamed qui procéderont ensuite à la programmation des auditions.
L'opération est lourde, sensible, elle a d'ailleurs nécessité la prise d'une décision importante qui a consisté en la création d'un nouveau pôle spécialisé dans les affaires de corruption. Dans les présentes affaires, son rôle est de poursuivre le processus déjà entamé au niveau de la Cour suprême où plusieurs des ministres cités ont été déjà auditionnés une première fois. Certaines de ces auditions ont notamment été effectuées dans le cadre de la réouverture du dossier Sonatrach II, quant aux autres, elles sont en général liées aux hommes d'affaires poursuivis pour corruption et obtention d'indus avantages.
Il apparaît, cependant, que la clôture des dossiers déjà entamés en jugement se présente comme une nécessité qui permettra de passer à de tout autres affaires, nettement supérieures en nombre à celles qui se sont déjà déroulées. L'un de ceux qui pourra permettre de clore l'affaire Kouninef fait partie des priorités puisque les trois frères ont été jugés, et le verdict sera connu cette semaine, dans le cadre de la première partie de leur dossier.
La seconde, et sans doute la plus importante, concerne tous les noms de ministres et anciens hauts responsables cités durant l'enquête menée par les services de sécurité. Il s'agit de Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, Abdelhamid Temmar, Abdeslam Bouchouareb, Amar Tou, Houda Feraoun, Amar Ghoul, Hocine Necib, Mohamed Arkab, actuel ministre des Mines, qui occupait le poste de P-dg de la société d'engineering de l'électricité et du gaz, Arezki Berraki, actuel ministre des Ressources en eau, qui occupait le poste de directeur général des barrages et des transferts, Mohamed Loukal, ex-PDG de la BEA et ex-ministre des Finances, Abdelkader Zoukh, ex-wali d'Alger, et enfin Ali Bedrissi et Bachir Far, anciens walis de Jijel. Depuis peu, un quinzième nom s'ajoute, cependant, à cette liste : Saïd Bouteflika. Ce dernier a été auditionné à son tour sur la base des déclarations de Reda Kouninef qui a revendiqué devant le tribunal de Sidi-M'hamed les liens d'amitié qui le lient au frère et conseiller de Abdelaziz Bouteflika. Un magistrat s'est déplacé spécialement à la prison militaire de Blida pour l'écouter.
La question qui se pose depuis est de savoir si ce dernier a été inculpé ou pas. La réponse à cette interrogation demeure encore inconnue, mais des sources concordantes affirment, en revanche, que la décision a été prise de procéder à une nouvelle audition du mis en cause. Cette fois, elle devrait se dérouler au nouveau pôle mis en place au tribunal de Sidi-M'hamed.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.