Juventus : Un international brésilien dans le viseur    Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dossiers Sonatrach II, Khalifa et autoroute Est-Ouest relancés
JUSTICE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 10 - 2020

Le processus devant aboutir à la réouverture des gros procès qui ont défrayé la chronique durant les années Bouteflika est très largement entamé, apprend-on de sources concordantes. De nombreuses auditions ont été effectuées depuis l'été dernier et les investigations judiciaires ont permis, dit-on également, de récolter de nouveaux éléments à même de permettre de rejuger bientôt les dossiers de l'autoroute Est-Ouest, Sonatrach II et Khalifa.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - L'affaire qui risque de faire le plus de bruit dans les prochaines semaines n'est autre que celle de Khalifa. Enrôlée au début du mois d'octobre dernier au niveau du tribunal criminel de Blida, elle a été, comme on le sait, programmée en procès pour le 8 novembre prochain. Ceci signifie que la Cour suprême, saisie en 2015 par les prévenus qui se sont sentis lésés par la condamnation dont ils ont fait l'objet, a tranché dans le pourvoi introduit en décidant non pas de confirmer les peines prononcées à cette époque, mais en offrant aux mis en cause une autre chance.
L'importance de cette étape réside cependant dans un autre fait : l'argument avancé par la Cour suprême pour étayer sa décision ! Les magistrats de la Cour suprême sont parvenus à la conclusion que le procès de 2015 a occulté l'audition de personnes citées à cette époque. L'argument permet à lui seul de mieux appréhender les événements à venir, nous dit-on, puisque le tribunal, doté d'une nouvelle composante, est d'emblée habilité à entreprendre une enquête complémentaire qui prendra effet à la suite du procès et nécessairement sur la base des propos qui seront tenus durant les auditions. L'on sait, dès lors, que la cassation concernera principalement Moumen Khalifa, condamné à dix-huit ans de prison, puisque tous les autres prévenus, plus d'une cinquantaine, ont déjà purgé la peine à laquelle ils ont été condamnés.
À ses côtés, apprend-on d'autre part, comparaîtra également un ancien responsable de la sécurité d'une entreprise mêlée à ce dossier qui, lui aussi, a déjà purgé sa peine mais qui a introduit un pourvoi dans l'espoir de pouvoir récupérer une maison qui lui avait été confisquée. C'est, bien sûr, du côté de Khalifa que le nouveau pourrait venir. Ce dernier a toujours imputé à Abdelaziz Bouteflika et certains de ses ministres d'avoir mené une cabale à son encontre. Le procès qui s'est déroulé cinq ans auparavant a, quant à lui, été perçu comme une parodie qui a permis à plusieurs anciens hauts responsables d'échapper aux mailles de la justice. En sera-t-il de même cette fois ?
À l'heure où les instances judiciaires de Blida seront penchées sur ce dossier, les deux autres rouverts seront programmés en procès, à Alger cette fois. Le nouveau pôle chargé des affaires de corruption mis en place au niveau du tribunal de Sidi-M'hamed est déjà en possession des documents relatifs à l'affaire de l'autoroute Est-Ouest et de Sonatrach II. Les magistrats instructeurs de la Cour suprême ont procédé à de nombreuses auditions durant l'été dernier avant de transmettre les dossiers à Sidi-M'hamed qui se chargera de la suite. Difficile, cependant, de s'attendre à du nouveau là-dessus. Dans l'affaire Sonatrach, l'on sait, par exemple, que les principaux mis en cause sont tous en fuite. Ce qui change, c'est que Chakib Khelil, Farid Bedjaoui et même les anciens responsables de Sonatrach cités dans ce dossier ont été inculpés et font aujourd'hui l'objet d'un mandat d'arrêt international. On apprend que des mandats d'arrêt internationaux ont également été lancés à l'encontre de l'épouse de Chakib Khelil et de ses deux enfants, et Mohamed Bayou, ancien responsable de la filiale SPC de Sonatrach, ainsi que sa fille. L'on sait, également, que depuis juin dernier, plusieurs anciens cadres de Sonatrach ont été auditionnés, permettant d'accumuler de nouveaux éléments versés au dossier transmis au tribunal de Sidi-M'hamed.
Ce qu'il faut savoir est que le nom de Farid Bedjaoui est, cependant, davantage associé au marché de construction de la centrale électrique de Hadjret Ennous, à Tipasa, et du rôle qu'il aurait joué pour son attribution par Sonelgaz au groupe canadien SNC Lavalin pour un montant de 800 millions de dollars.
Un autre dossier, celui de l'autoroute Est-Ouest, est également en cours de programmation au tribunal de Sidi-M'hamed. Le tribunal, doté d'une composante différente qui devra rejuger l'affaire, ne se suffira, cette fois, plus d'un témoignage écrit de Amar Ghoul. L'ancien ministre des Transports et des Travaux publics a été auditionné deux fois de suite et inculpé dans le cadre de ce dossier.
Le juge d'instruction a également inculpé Mohamed Bedjaoui, ex-ministre des Affaires étrangères qui avait introduit auprès des autorités algériennes Pierre Falcon, le sulfureux homme d'affaires et marchand d'armes français condamné dans une affaire de vente d'armes en Angola.
On apprend, enfin, qu'un autre dossier est actuellement en fin d'instruction, toujours au tribunal de Sidi-M'hamed. Il s'agit de l'affaire de l'ANBT (Agence nationale des barrages et transferts), qui a absorbé un montant de plus de dix milliards de dollars en l'espace de cinq ans, 2005-2010. Dans un communiqué rendu public, le parquet d'Alger avait informé l'opinion que Abdelmalek Sellal, trois walis (Tizi-Ouzou, Béjaïa et Mostaganem) font partie des personnes concernées par l'enquête qui se mène. La liste comporte, également, le nom de Hamid Temmar, l'ancien ministre des Participations et de la Promotion de l'investissement. L'audition des mis en cause se poursuivra dans la semaine avant clôture de l'instruction du dossier.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.