La résolution du Parlement européen, une ingérence flagrante dans les affaires de l'Algérie    Energies renouvelables: M. Chitour et l'ambassadeur de Chine examinent les perspectives de coopération bilatérale    Disparition : Henri Teissier est décédé    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Madjer revient sur son limogeage de l'EN    VIH Sida: plus de 2000 nouvelles infections dont 150 décès en Algérie depuis 2019    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : "L'Algérie fait l'objet d'un flot d'agressions verbales''    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'hommage du procureur à... Abassi Madani    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    L'UGTA s'oppose à l'arrêt technique décidé par la direction    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le sigle FLN doit être restitué au peuple»
Soufiane Djilali, président de Jil Jadid :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 10 - 2020

Le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali, affirme qu'il n'est pas surpris par le fait que les partisans de Bouteflika et du cinquième mandat soient des partisans de l'actuel chef de l'Etat et de son projet de révision constitutionnelle.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - « Ce n'est pas une surprise que ces partis soutiennent le projet de la révision de la Constitution. Ce sont des instruments pour soutenir celui qui est en poste : soit Bouteflika, soit l'actuel Président, soit un cadre... », a-t-il déclaré, hier, au forum du quotidien économique Le Maghreb et le site Dzertic24.
Soufiane Djilali répondait à une question relative au fait que la majorité des partis qui soutiennent le projet de révision constitutionnelle soient les mêmes qui ont fait la promotion du cinquième mandat, tels que le parti FLN, le RND, le TAJ, El Islah...
« Je n'attends rien de ces partis », a-t-il lancé, soutenant que « si le régime a l'intention de se reconstruire avec ces mêmes partis, la crise persistera toujours .»
Dans ce contexte, ­l'orateur a appelé à la restitution du sigle FLN, qui est devenu le symbole de la corruption et des déviations, au peuple.
Interrogé sur sa position suite à la levée de l'immunité parlementaire au député et président du RCD, Mohcine Belabbas, que le parti considère comme « une cabale politique », le président de Jil Jadid a affirmé qu'il ne peut pas s'exprimer sur cette affaire « dont je ne connais pas le fond ».
Soulignant qu'il s'agit « d'une affaire civile » qui « n'est pas en relation avec la politique », Soufiane Djilali a ajouté que s'il va s'avérer que le président du RCD « est accusé faussement, on sera les premiers à le soutenir ».
Toutefois, il a affirmé que le Parlement qui a déchu Mohcine Belabbas de son immunité « est un Parlement illégitime », s'étonnant « comment ceux qui luttent contre le régime sont restés au sein de l'APN et n'ont pas démissionné».
Concernant le référendum sur la Constitution du 1er novembre prochain, l'orateur a affiché l'adhésion de son parti à la démarche, tout en refusant de donner des consignes de vote aux citoyens.
« Nous n'avons pas décidé d'influencer le vote des citoyens. C'est à eux de décider de leur sort en toute responsabilité », a-t-il expliqué, en s'en prenant aux islamistes qui appellent à voter « non » contre le texte pour « des raisons infondées », selon lui.
À ces derniers qui refusent l'officialisation de tamazight et affirment que le projet profite aux laïcs, Djilali a rappelé que tamazight est déjà officielle dans la Constitution de 2016 et que l'article 2 du projet stipule que « l'Islam est la religion de l'Etat ». Refusant que l'école soit utilisée pour former des militants politiques, le conférencier a appelé les islamistes à s'expliquer s'ils considèrent que l'Islam est une idéologie. Il a, toutefois, regretté l'interdiction des activités des partisans du non.
Pour Soufiane Djilali, le changement interviendra lorsque les jeunes s'impliqueront dans la politique, s'organiseront et participeront aux élections.
« Les jeunes du Hirak, au lieu de sortir chaque vendredi, feront mieux de s'organiser sur le terrain et de participer aux élections afin de récupérer la gestion des institutions de la République », a-t-il expliqué.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.