Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le sigle FLN doit être restitué au peuple»
Soufiane Djilali, président de Jil Jadid :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 10 - 2020

Le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali, affirme qu'il n'est pas surpris par le fait que les partisans de Bouteflika et du cinquième mandat soient des partisans de l'actuel chef de l'Etat et de son projet de révision constitutionnelle.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - « Ce n'est pas une surprise que ces partis soutiennent le projet de la révision de la Constitution. Ce sont des instruments pour soutenir celui qui est en poste : soit Bouteflika, soit l'actuel Président, soit un cadre... », a-t-il déclaré, hier, au forum du quotidien économique Le Maghreb et le site Dzertic24.
Soufiane Djilali répondait à une question relative au fait que la majorité des partis qui soutiennent le projet de révision constitutionnelle soient les mêmes qui ont fait la promotion du cinquième mandat, tels que le parti FLN, le RND, le TAJ, El Islah...
« Je n'attends rien de ces partis », a-t-il lancé, soutenant que « si le régime a l'intention de se reconstruire avec ces mêmes partis, la crise persistera toujours .»
Dans ce contexte, ­l'orateur a appelé à la restitution du sigle FLN, qui est devenu le symbole de la corruption et des déviations, au peuple.
Interrogé sur sa position suite à la levée de l'immunité parlementaire au député et président du RCD, Mohcine Belabbas, que le parti considère comme « une cabale politique », le président de Jil Jadid a affirmé qu'il ne peut pas s'exprimer sur cette affaire « dont je ne connais pas le fond ».
Soulignant qu'il s'agit « d'une affaire civile » qui « n'est pas en relation avec la politique », Soufiane Djilali a ajouté que s'il va s'avérer que le président du RCD « est accusé faussement, on sera les premiers à le soutenir ».
Toutefois, il a affirmé que le Parlement qui a déchu Mohcine Belabbas de son immunité « est un Parlement illégitime », s'étonnant « comment ceux qui luttent contre le régime sont restés au sein de l'APN et n'ont pas démissionné».
Concernant le référendum sur la Constitution du 1er novembre prochain, l'orateur a affiché l'adhésion de son parti à la démarche, tout en refusant de donner des consignes de vote aux citoyens.
« Nous n'avons pas décidé d'influencer le vote des citoyens. C'est à eux de décider de leur sort en toute responsabilité », a-t-il expliqué, en s'en prenant aux islamistes qui appellent à voter « non » contre le texte pour « des raisons infondées », selon lui.
À ces derniers qui refusent l'officialisation de tamazight et affirment que le projet profite aux laïcs, Djilali a rappelé que tamazight est déjà officielle dans la Constitution de 2016 et que l'article 2 du projet stipule que « l'Islam est la religion de l'Etat ». Refusant que l'école soit utilisée pour former des militants politiques, le conférencier a appelé les islamistes à s'expliquer s'ils considèrent que l'Islam est une idéologie. Il a, toutefois, regretté l'interdiction des activités des partisans du non.
Pour Soufiane Djilali, le changement interviendra lorsque les jeunes s'impliqueront dans la politique, s'organiseront et participeront aux élections.
« Les jeunes du Hirak, au lieu de sortir chaque vendredi, feront mieux de s'organiser sur le terrain et de participer aux élections afin de récupérer la gestion des institutions de la République », a-t-il expliqué.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.