Barcelone : Messi aurait lâché une bombe sur son avenir en interne !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition se démarque
Elle juge que le projet de révision de la Constitution n'est pas une priorité
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2015

Le projet de révision constitutionnelle n'emballe guère l'opposition. Pour le RCD, le MSP et Jil Jadid, la révision de la loi fondamentale "n'est pas une priorité" pour le pays qui traverse une conjoncture politique et économique des plus critiques de son histoire. "La révision de la Constitution n'est pas une priorité. La priorité, c'est plutôt d'aller vers une transition démocratique qui passe par l'installation d'une instance indépendante pour la préparation d'élections libres. Voilà ce qui doit précéder cette révision. Cette dernière doit intervenir après la tenue d'une élection libre sous la surveillance de cette instance indépendante, qui sera ensuite chargée d'organiser un référendum sur la Constitution", souhaite le président du RCD, Mohcine Belabbas, s'opposant, naturellement, à la révision constitutionnelle que prépare l'actuel pouvoir "illégitime". Ceci, tout comme il s'indigne du Parlement, également "non crédible", sur qui le pouvoir compte s'appuyer pour faire adopter la nouvelle Constitution. Partant, M. Belabbas refuse, par ailleurs, de commenter les "rumeurs" et les "fuites" concernant le contenu de la prochaine Constitution. "Un parti politique ne commente pas les rumeurs et les fuites", a-t-il précisé. Le leader du MSP, Abderrezak Makri, juge, quant à lui, que le pouvoir en place s'est toujours distingué par ses pratiques de "jeter des ballons d'essais pour occuper l'opinion publique".
Cette méthode, non transparente, ajoute-t-il, est l'essence même du système politique. Comme son allié de la CLTD sus-cité, M. Makri aimerait également voir le projet de révision constitutionnelle intégrer le processus de la transition démocratique. Sans quoi, dit-il, il ne peut y avoir de consensus. À moins que, dénonce-t-il, on veuille adopter une "Constitution de circonstance". M. Makri s'offusque davantage de voir la prochaine Constitution soumise à une APN "fabriquée par la fraude".
Pour lui, si cette révision constitutionnelle venait à être soumise à l'approbation de l'actuel Parlement, cela prouve que "le pouvoir a échoué dans la réalisation du consensus". Même son de cloche chez Djilali Soufiane, président de Jil Jadid, qui qualifie la révision constitutionnelle annoncée de "réforme cosmétique". "Aujourd'hui, Bouteflika se comporte comme un vendeur à la sauvette qui veut nous fourguer sa marchandise", a-t-il déploré, refusant de cautionner le principe de cette révision constitutionnelle partie, alerte-t-il, pour "briser les fondements même de l'Etat". Commentant les quelques changements avancés en prévision de la prochaine Constitution, tels que la réhabilitation du principe de limitation des mandats présidentiels à deux, le président de Jil Jadid, également membre de la CLTD, avertit contre cette facilité de manier la Constitution de manière à répondre aux seuls besoins du Président de l'heure. "Comme Bouteflika s'est permis, en 2008, de sauter le verrou des mandats limités à deux, il faut s'attendre à ce qu'il y ait un futur président qui pourrait refaire le même coup. Cela peut même devenir une jurisprudence", a-t-il alerté.
F. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.