Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes
Situation sanitaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 10 - 2020

Le ton rassurant a laissé place à un discours empreint de plus de prudence. Le ministre de la Santé exprime son inquiétude vis-à-vis de la situation sanitaire en raison, dit-il, du dangereux relâchement constaté dans de nombreuses wilayas. L'acquis est encore «fragile» estime le Pr Benbouzid et peut à tout moment être remis en cause.
Nawal Imés - Alger (Le Soir) - Le répit semble avoir été de courte durée. La situation sanitaire est de nouveau, source d'inquiétudes. Le bilan quotidien établi par les services du ministère de la Santé ne constitue pas l'unique source de craintes.
La banalisation inquiète d'avantage. Le ministre de la Santé qui, jusque-là, affichait un ton plutôt rassurant, n'a pas caché lors de son passage sur la télévision publique, ses appréhensions.
Pour le Pr Benbouzid, la situation est «inquiétante». Il dit craindre ce que peut réserver l'avenir. Les rasions ? Pour le ministre de la Santé, le bilan, même en dépassant la barre des 200 à nouveau ne reflète pas une situation ingérable. Ce qui inquiète d'avantage le ministre, c'est le relâchement qu'il dit avoir constaté.
En visite dans une wilaya, dit-il, il a pu observer que «personne» ne portait de masque. Pourtant, assure-t-il, l'heure est à la préservation des acquis après des mois de lutte contre le coronavirus qui, dit-il, a ébranlé les certitudes des scientifiques et mis à genou des pays dits développés qui ont vu leurs économies et leurs systèmes de santé ébranlés.
Si le système de santé semble encore en mesure de faire face, le ministre de la santé dit s'inquiéter de l'apparition de nouveaux foyers dans les wilayas de Jijel et de M'sila par exemple qui étaient jusque-là plutôt épargnées contrairement à Alger, Blida, Batna, Oran, Constantine ou Sétif qui étaient déjà répertoriées comme wilayas à grande incidence.
Des enquêtes épidémiologiques sont en cours dans les villes qui enregistrent une flambée. Le but est d'éviter que les hôpitaux ne soient à nouveau submergés par une nouvelle vague de personnes développant des complications, mettant davantage de pression sur un personnel de santé épuisé par une mobilisation qui dure depuis sept mois déjà.
Selon le ministre, le nombre de contaminations parmi les personnels de santé a atteint 7 100 dont 103 décès depuis l'apparition de la pandémie en Algérie. Ces dernières semaines, de nombreux décès sont venus endeuiller un peu plus le personnel de la santé qui exprime depuis quelques jours déjà la crainte de revivre le scénario des mois précédents avec des services saturés.
Le ministère de la Santé, tout comme celui de l'Intérieur a mis en garde en début de semaine dernière contre tout relâchement dans l'observation des mesures barrières, rappelant que si la situation l'exigeait, les pouvoirs publics seraient contraints de renouer avec les mesures restrictives qu'ils avaient déjà eu à décider il y a tout juste quelques mois.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.