L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Illizi: recensement de plus de 17.690 sites archéologiques depuis 2016    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    LDC : Le programme de ce mardi    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Tergiversations au Conseil de la Nation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    L'héritage    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Les habitants pris au dépourvu    Aigle Azur va rembourser ses clients    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    L'INVICIBILITE DU TEMPS    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perpétuer la tradition malgré le Covid-19
Célébration du mawlid Ennabaoui
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 10 - 2020

À l'instar d'autres pays musulmans, la fête de la naissance du Prophète (QSSSL) est célébrée aussi chez nous. Elle intervient en revanche dans un contexte particulier marqué par la recrudescence des cas de Covid. Henné, bougies, plats traditionnels, les ingrédients étaient tous réunis pour fêter l'événement mais loin d'une ambiance joyeuse regroupant les familles autour d'un dîner convivial, comme le veut la tradition. Cette année, rechta, couscous ou chekhchoukha sont dégustés dans un cercle des plus restreints.
Yasmine : «Circoncision de mon fils avec mes seuls youyous»
La plupart des familles algériennes procèdent durant la nuit du Mawlid Ennabaoui à la circoncision de leurs garçons. Ces derniers sont vêtus des tenues traditionnelles avec la rituelle cérémonie du henné aux parfums de bougies. Et toute la famille est réunie pour célébrer cet évènement. Sauf pour cette année ! «La plupart du temps, cela se fait durant le mois de Ramadhan. Et comme cette année, cela n'a pas été également évident durant le mois de carême, je l'ai retardé pour le Mawlid Ennaboui. Mais je ne peux pas attendre plus longtemps que cela. Mon fils grandit. Alors, avec mon mari nous avons fait le choix de le faire en comité restreint. Il n'y aura que nous deux ! Je serai seule pour le henné et pour les youyous. Je préfère cela du fait qu'au sein de ma famille, il y a eu récemment des cas de Covid et je ne voudrais prendre aucun risque», confie Yasmine, maman d'un petit garçon de 3 ans.
Souad, femme au foyer : «Pas de contact avec les voisins»
Fête populaire par excellence, la célébration de la naissance du Prophète garde encore et toujours son cachet festif. Familles et voisins se rencontrent pour s'amuser et échanger les plats et les diverses sucreries. Pas pour cette année, note Souad. «Durant les différentes fêtes, il y a une ambiance très festive et chaleureuse dans notre bâtiment et dans la cité. Ce sont surtout les enfants qui s'en donnent à cœur joie. Par exemple, mes filles ont l'habitude de se regrouper avec leurs copines au bas de l'immeuble pour chanter les chansons dédiées à cette circonstance Le son de la derbouka résonne et les enfants chantent des chansons de circonstance : tala3a el badr, haya ounzourou , bine mekka wel madina, zade ennabi.... Mais, pour cette année, il n'en est pas question. Il y a eu des suspicions de cas de Covid et en plus, l'ambiance n'y est vraiment pas. Nous avons célébré cet évènement mais entre nous sans faire beaucoup de tapage. Et pour vous dire, cette année, je n'ai pas acheté de pétards, à part les bougies et le henné. J'ai préparé de la chekhchoukha et nous avons regardé bien sûr le film Errissala.»
Tassadit, grand-mère : «Il y a toujours un grand vide»
Tassadit est très nostalgique des évènements célébrés les années passées. «Je me rends compte que nous avions beaucoup de chance de pouvoir nous rencontrer. Il y avait des fois où je me plaignais d'avoir beaucoup de travail pour préparer les plats. Par exemple, pour le Mawlid Ennabaoui, durant toute la journée, je me mettais à confectionner des quantités énormes de rechta pour que cela suffise pour tous les membres de ma famille. En tout, il fallait compter plus d'une vingtaine de personnes. Ce n'est plus le cas maintenant à cause du Covid. Mes enfants ont tellement peur pour moi qu'ils ne m'ont pas rendue visite. Je n'ai même pas ces fameuses pâtes. Je me suis contentée de la tamina et d'un bon verre de thé. Je fais plus de prières pour que ce virus maudit disparaisse.»
Elle continue : «Même dans la rue, il n'y avait pas vraiment l'ambiance de la fête. Le cœur n'y était pas pour beaucoup surtout qu'il y a une recrudescence des cas.»
Malik, cadre : «Au moins, le danger des produits pyrotechniques a diminué»
Malik est plutôt content que cette fête soit sous le signe du silence. «Depuis quelques dizaines d'années, la célébration du Mawlid Ennabaoui se traduit par la vente de produits pyrotechniques. D'habitude, à une semaine de la fête, les explosions et la vente de pétards sont légion. Cette année, il y en a moins, soit c'est une prise de conscience ou une indisponibilité des produits. J'espère franchement, Covid ou pas, que c'est la fin de cette tradition en Algérie. L'année dernière, un mois avant la fête, les villes et quartiers du pays se transformaient en champs de bataille par les jeux dangereux des enfants, adolescents, jeunes et moins jeunes. Et c'est pire durant la soirée du Mouloud. Il ne faut pas oublier les vidéos faisant état de scènes de guerre durant cette soirée. Pour cette année, je pense que nous n'allons pas subir cette violence. Le corona est plus dissuasif pour passer outre cette tradition. Je me suis toujours posé la question de savoir comment les parents pouvaient se permettre de faire de telles dépenses pour ce genre de produits. En tout cas, je profite de l'occasion pour souhaiter à tous les malades un prompt rétablissement et une bonne fête du Mawlid Ennaboui.»
Sarah Raymouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.