Koléa : la CNAS dévoile son espace El Hanna    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    OL - Rudi Garcia : "Slimani sera avec nous dimanche"    Souk El Had (Boumerdès) : 100 locaux à l'abandon    Mascara : Les accouchements dans le privé sont remboursables    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Chlef: Le versement des pensions de retraite étalé sur 10 jours    Les faits têtus de la réalité    Football - Ligue 1: La palme à l'OM et l'USMBA    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    LRF Saïda: Benhamza Yacine plébiscité    Importation de véhicules: Les agréments provisoires délivrés dès demain    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Distribution prochaine de 1.500 unités dans la daïra d'Aïn El Turck: Plus de 15.000 mal-logés en attente d'un relogement    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Le confinement partiel reconduit    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Le rabatteur    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Bientôt finalisé    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat
Patrimoine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 11 - 2020

Première étape d'un chantier de plus de trois ans pour redonner voix à Notre-Dame de Paris, la console du grand orgue symphonique est précautionneusement chargée sur une palette puis descendue jusqu'aux pavés, treize mètres plus bas.
«C'était une phase très délicate, pour nous tous une source de grand stress !» avoue Christian Lutz, technicien-conseil auprès des monuments historiques, mandaté pour la maîtrise d'œuvre, tout comme Mario d'Amico, facteur d'orgue et chef de chantier de l'Atelier spécialisé Quoirin.
Le soulagement est visible sur leurs visages après cette première opération réussie, plus compliquée que prévu. La console, c'est un poste de pilotage de taille modeste par rapport à l'ensemble, mais crucial : cinq claviers pour les mains, un clavier pour les pieds et 115 jeux. Sa dépose n'est que le démarrage de ce «chantier dans le chantier» et qui doit s'achever à temps pour que soit célébré en musique un Te Deum voulu par le président Emmanuel Macron, dans la cathédrale, le 16 avril 2024, dans le délai de cinq ans après l'incendie.
L'orgue de Notre-Dame, le plus grand de France, a résonné dans sa nef depuis 1733. Sa restauration ne pose pas de problèmes techniques insurmontables mais est rendue complexe par les contraintes du chantier beaucoup plus vaste dans lequel elle s'insère. Le majestueux orgue a été épargné par le feu le 15 avril 2019 mais couvert de poussière de plomb. Il a aussi souffert des canicules.
«Opération minutieuse»
Le gros du travail, ce sera de «démonter chacun des 8 000 tuyaux des 115 jeux de l'instrument» pour les nettoyer, souligne le général Jean-Louis Georgelin, président de l'Etablissement public chargé de la restauration de Notre-Dame. Cette phase démarrera le 24 août. Certains ont dix mètres de haut, d'autres sont de la taille d'un stylo. Il y a quelques pièces gothiques, les autres des XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles. «Cette opération minutieuse, nous l'avons longuement préparée et planifiée de telle sorte que le grand orgue puisse résonner le 16 avril 2024», souligne le général mélomane, qui s'est mobilisé pour la «voix» de la cathédrale. Pour ce faire, il a fallu préalablement monter en juillet un échafaudage spécial, très haut, pour atteindre tous les tuyaux. Et ce lundi matin, c'est enfin le coup d'envoi du démontage : quatre facteurs d'orgue, aidés de quelques échafaudeurs, déplacent la console de 500 kg en chêne qu'ils posent sur une palette, en évitant qu'elle ne bascule, au-dessus d'une «sapine», un puits aménagé dans l'échafaudage. Les facteurs retiennent leur souffle quand elle amorce sa descente, heurtant parfois les barres, ce qui oblige à la débloquer à chaque fois. Elle atteint le sol pavé en douceur. Le tout bouclé en 25 minutes.
La dépose de la console libère l'espace nécessaire pour installer un plateau au pied de l'orgue sur lequel les plus grands tuyaux pourront être nettoyés sans être descendus. L'échafaudage devra être rehaussé dans les prochaines semaines pour l'installer.
Préserver l'harmonie
95% des tuyaux seront au total démontés. Resteront fixés les dix plus grands tuyaux de bois, les grands tuyaux métalliques de la façade de l'orgue, sans compter le buffet et les grands soufflets. Il y a 250 caisses de contreplaqué qui ont été construites pour entreposer les pièces démontées.
Elles seront placées dans quatre containers étanches sur le parvis de Notre-Dame, avant d'être emmenées dans un centre de stockage en banlieue parisienne.
Pour Mario d'Amico, chef de chantier, «le défi majeur, ce sera de stocker ces tuyaux de manière que toute l'harmonie, tout le son d'origine de l'orgue restent intacts après la manipulation». Car certains sont très fragiles et peuvent se déformer.
«Toute l'histoire de l'orgue français est résumée en un seul orgue», remarque avec émotion Christian Lutz, qui a «soigné» dans sa carrière près de 160 orgues divers dans toute la France.
Le chantier, pour lequel plusieurs sociétés se passeront le relais, est prévu jusqu'en avril 2024 : décontamination approfondie au plomb, restauration de certains éléments, remontage sur site, et, dans les six derniers mois, les opérations les plus délicates (harmonisation, accordage), qui devraient se faire dans le silence, si possible de nuit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.