Liga : Le Real se ressaisit face à Alavés avec un doublé de Benzema    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Des écarts de 500 dinars entre les villes du Nord et du Sud: Appel à réguler les prix des viandes rouges    Hassi Ameur et Bethioua: Plus de 120 milliards pour la mise à niveau des zones industrielles    La pâleur d'une façade    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Football - Changements d'entraîneurs: Un mouvement perpétuel    CS Constantine: Des défaillances criantes    Covid-19: «Le prix n'a jamais été un critère dans le choix du vaccin»    Nouvelles règles pour les auto-écoles    La prévention gravement négligée !    Selon des historiens: Le rapport Stora doit interpeller la classe politique française    Le lait en sachet sera mieux distribué    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    Les petites bourses à rude épreuve    Le rapport Stora doit "interpeller la classe politique française    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le procès de nouveau reporté    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Le Hirak réinvestit la rue    Le boy-scout révolté    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Bientôt des marchés de gros des dattes    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore
Les Adages à travers les âges de Mohamed Boudia
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 12 - 2020

Mohamed Boudia a commencé son étude (et son classement dans l'ouvrage) par le positivisme. 353 adages (de loin la majorité) figurent dans ce courant de pensée. 36 seulement sont répertoriés dans la partie de l'ouvrage réservée au courant de pensée négatif.
Les adages à travers les âges de Mohamed Boudia n'est pas un simple recueil des adages de notre pays. Les adages, dictons, proverbes, ne naissent pas du néant et par hasard. Ils sont le produit d'une société, d'une culture qui sont, parfois, influencées par des événements historiques.
L'auteur a, ainsi, procédé à une étude psychologique, « non exhaustive », précise-t-il, de la société qui les véhicule «afin de parfaire ce long cheminement à travers les âges », comme il le souligne au début de son ouvrage, paru chez Enag Editions. Il est arrivé à la conclusion que les adages (de notre pays et certainement du monde arabo-musulman) véhiculent deux courants de pensée populaire : le positivisme et son contraire, le négativisme.
«Après la décadence de Grenade en Andalousie ainsi que l'effritement de l'Empire ottoman, les populations ont été très prolifiques en matière de création des adages, de par leur négativisme dû à la situation politico-sociale qui prévalait après la décadence de la civilisation arabo-musulmane », écrit-il.
Mohamed Boudia a commencé son étude (et son classement dans l'ouvrage) par le positivisme. 353 adages (de loin la majorité) figurent dans ce courant de pensée. 36 seulement sont répertoriés dans la partie de l'ouvrage réservée au courant de pensée négatif. Les adages sont d'abord écrits en alphabet arabe, puis transcrits textuellement dans la phonétique de la langue arabe mais avec des lettres latines «pour les mettre à la disposition des francophones d'ici et d'ailleurs ». Chaque adage est, en outre, expliqué et parfois comparé, surtout quand ils veulent dire la même chose, avec un adage d'un autre pays, d'une autre culture ou d'une autre civilisation. C'est le cas, par exemple, de «elli yabghi yougtel kelbou igoul rah makloub », comparé à « quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage». «Elli yebghi ysafer yat'halla fi aoudou» (celui qui veut aller loin ménage sa monture» ou encore «elli zraâtou tahhassdou» (qui sème le vent, récolte la tempête). «Il n'est point dans mon intention de vous donner tous les adages populaires ayant jalonné la vie des Algériens durant les siècles antérieurs, mais je voudrais seulement donner une liste plus ou moins complète des adages que je connais et que j'ai entendus durant ma vie.»
En conclusion, et comme le fait remarquer Mohamed Boudia, «les adages populaires sont le patrimoine de l'Humanité tout entière», un bien à préserver et à transmettre aux futures générations.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.