Inter Milan-Milan AC : Les compositions d'équipes    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Charfi répond aux «petits» partis    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'Entente face au révélateur Médéen    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Le monde en bref...    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Paroles d'un porte-parole    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed
JUSTICE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 12 - 2020

Plusieurs anciens ministres et hauts responsables cités dans l'affaire Kouninef ont été auditionnés tout au long de ces derniers jours au niveau du pôle spécialisé près le tribunal de Sidi-M'hamed.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Ces auditions, prévues, en fait, de longue date, ont été reportées en raison du transfert des dossiers des concernés de la Cour suprême vers le tribunal de Sidi-M'hamed.
Le nouveau pôle économique a été, comme on le sait, mis en place pour pallier le vide généré par la suppression du privilège de juridiction dont jouissaient les membres des gouvernements précédents et ce dernier s'est retrouvé submergé par le nombre de dossiers liés à la corruption. Une trentaine d'affaires y sont actuellement traitées et l'une d'entre elles concerne donc le second volet lié au dossier des frères Kouninef. Ce qu'il faut comprendre est que ces derniers ont été jugés et condamnés en première instance sans la présence des ministres cités dans le rapport de l'enquête menée par la brigade de gendarmerie de Bab Jdid.
La liste des concernés est longue, elle est composée de quatorze personnalités parmi lesquelles on retrouve dix anciens ministres. Il s'agit de Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, de Mahdjoub Bedda, Abdelwahid Temmar, Abdeslam Bouchouareb, Amar Tou, Houda Feraoun, Amar Ghoul, Necib Hocine et Abdelghani Zaâlane. Ils ont tous été auditionnés entre la semaine écoulée et celle qui s'achève, apprend-on de sources généralement bien informées. Les deux dernières auditions concernent les ex-ministres des Travaux publics et des Télécommunications. Temmar Abdelwahid, qui se trouve en détention provisoire depuis le mois de février dernier, a été entendu sur des faits liés à « l'octroi de foncier » aux frères Kouninef, nous dit-on. Son audition a été suivie de celle de Houda Feraoun qui a été, elle, inculpée dans le même dossier pour passation de contrats irréguliers dans le marché de la téléphonie.
D'anciens responsables ont été, eux aussi, convoqués par la même instance, apprend-on également. Parmi les concernés on retrouve le nom de l'ancien wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, deux anciens walis de Jijel Bedrici Ali et Far Bachir, ainsi que l'ex-PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour.
Il faut savoir que d'autres anciens hauts responsables ont, cependant, été cités dans l'enquête menée.
Les relevés des appels téléphoniques ont révélé que plusieurs contacts ont eu lieu entre les frères Kouninef, Saïd Bouteflika, Ahmed Tartag, ex-coordinateur des services de sécurité au niveau de la présidence de la République, et Mokhtar Reguieg, ex-chef de protocole à la présidence. On ignore, pour l'heure, si tous les concernés ont été auditionnés dans cette affaire ou s'ils seront convoqués durant l'audience.
L'ancien conseiller de Abdelaziz Bouteflika et le coordinateur des services de sécurité de la présidence se trouvent, eux, incarcérés à la prison militaire de Blida. En septembre dernier, seul Saïd Bouteflika avait été interrogé sur ses relations avec les Kouninef, Réda en particulier, par une équipe d'enquêteurs qui s'étaient déplacés à Blida. « Saïd Bouteflika est mon ami, et je n'ai jamais profité de cette amitié, ce n'était pas une relation d'intérêt », avait déclaré Réda Kouninef au juge lors du procès qui s'est tenu en première instance.
`Des sources proches du dossier ont fait savoir que Saïd Bouteflika a, à son tour, confirmé ces déclarations et nié toute intervention en sa faveur. Jusqu'à l'heure, aucune information confirmant son audition une seconde fois par un juge d'instruction n'a été confirmée.
Aucune information n'a également filtré après le passage des anciens ministres devant le pôle pénal. L'instruction est placée sous le sceau du secret, et les propos tenus par les mis en cause ne pourront être dévoilés que lors du procès qui se tiendra à une date fixée très prochainement.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.