Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moins de pression sur les hôpitaux
Recul de la pandémie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 12 - 2020

Les signes d'une décrue de la pandémie de Covid-19 se confirment. Le nombre de patients admis en réanimation poursuit sa diminution dans les structures de santé. Après avoir dépassé la barre des 1000 cas de nouvelles contaminations par jour, le pic de la seconde vague semble avoir été franchi. Plusieurs spécialistes confortent ce constat et augurent une amélioration de la situation dans les jours qui viennent, si, toutefois, les gestes barrières continuent d'être respectés dans la société.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - Pour la première fois depuis plusieurs semaines, tous les indicateurs de la pandémie de Covid sont en baisse. La décrue est désormais visible dans la quasi-totalité du pays. La pression s'allège progressivement sur les hôpitaux.
Le docteur Mohamed Yousfi, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital de Boufarik, témoigne de cette tendance à l'échelle nationale. Il atteste que le taux de remplissage des hôpitaux continue de fléchir. A l'hôpital de Boufarik en particulier, on reçoit de moins en moins de patients Covid dans les unités de soins intensifs. « Le nombre d'hospitalisations a diminué d'au moins 50% », a-t-il assuré. Le professeur souligne, en outre, que cette décrue permet aux équipes médicales de souffler un peu. « Après 10 mois de lutte acharnée contre le Covid-19, le personnel soignant laisse paraître des signes d'extrême fatigue », rappelle-t-il.
Mohamed Yousfi ajoutera qu'une grande partie de l'effectif a été infecté par le virus, avec plus de 50% des médecins atteints par le Sars-Cov2. Le recul du nombre d'hospitalisations est, par conséquent, « un soulagement pour les équipes médicales », relève-t-il.
Cependant, malgré ces assurances, le chef de service des maladies infectieuses n'exclut pas un éventuel « regain de nouveaux cas de Covid-19 ». Une hypothèse qu'il avancera en évoquant les scénarios vécus récemment. « Nous avons déjà assisté deux fois à la décrue de la pandémie avant de constater un rebond des nouveaux cas de contamination », relève-t-il.
La saturation des hôpitaux est souvent la conséquence du relâchement qui suit presque instantanément la décroissance des cas de contamination. Même si la situation est pour l'heure rassurante, « ce n'est pas pour autant que nous sommes en mesure d'affirmer que nous contrôlons le virus », explique-t-il. C'est pourquoi, insiste-t-il, les mesures restrictives doivent être toujours de mise, « et les pouvoirs publics se doivent d'appliquer la loi pour les faire respecter». Car même avec l'arrivée d'un vaccin contre le Covid-19, il faudra encore du temps pour immuniser toute la population. De ce fait, « il n'y aura certainement pas un retour à la normale avant l'été 2021 », prédit-il.
À l'image du docteur Mohamed Yousfi, une grande partie des spécialistes appelle à la prudence malgré la nette amélioration de la situation épidémiologique. Certains n'excluent même plus l'apparition d'une nouvelle vague aux conséquences plus ravageuses pour les structures sanitaires.
Le docteur Bekkat Berkani, membre du comité de suivi de l'évolution du Covid-19, prévient qu'au « moindre petit relâchement, la situation pourrait être irréversible ». La troisième vague menace toujours, estime-t-il, en rappelant que le nombre des cas journaliers importe peu, « le virus demeure actif », rendant son évolution imprévisible. Un tel scénario pourrait être évité uniquement « si les citoyens s'appliquent dans le respect des gestes barrières », a-t-il souligné.
En parallèle à cette décrue, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, choisit lui aussi la prudence. Il a d'ailleurs rappelé, récemment, que la bataille n'est pas encore gagnée. Il a, néanmoins, avancé que le taux d'occupation des lits est de 26,06%, assurant que dans le cas de figure où le pays serait confronté à une nouvelle vague, « on serait armé pour riposter de manière efficace ».
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.