Une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,5 enregistrée à Mila    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les quinze prochains jours seront cruciaux»
Selon le Pr Ryad Mahyaoui :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 07 - 2020

Ce membre du Comité scientifique attribue la recrudescence du nombre de cas positifs au Covid-19 au relâchement des citoyens, dont une bonne partie, dit-il, est dans le «déni».
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - «Les deux premières semaines du mois de juillet seront décisives» a d'emblée avancé le professeur Ryad Mahyaoui, hier mercredi, sur les ondes de la Chaîne 3. Il estime que si pendant ce laps de temps, on arrive à endiguer le virus, «on sera tirés d'affaire». Mais pour ce faire, dit-il, «les gens doivent impérativement prendre conscience que le danger nous guette toujours».
Sur le pourquoi de la hausse significative du nombre de cas positifs au Covid-19, il répondra que «l'ouverture des commerces et la reprise de nombreuses activités ont mis les citoyens en confiance». Par conséquent, la baisse de vigilance a naturellement suivi. Mais encore, il se dit d'autant plus inquiet en constatant que nombreux sont ceux qui ne croient même pas en l'existence de cette pandémie. «Les gens sont dans le déni absolu», s'étonne-t-il.
Cette situation, d'après lui, a amené le citoyen à «renouer avec les habitudes qu'il avait avant l'apparition du Covid-19 ». Il cite, entre autres, les regroupements dans les marchés et dans la rue, ou encore le non-respect des gestes barrières comme le port du masque et la distance de sécurité.
Parlant des wilayas qui ne cessent d'enregistrer au quotidien des records du nombre de personnes infectées par le virus, à l'image de Sétif et Batna, il fait savoir que les autorités ont mis en place un dispositif à même de contrer cette tendance. A Sétif, par exemple, il a indiqué qu'une «cellule opérationnelle se trouve déjà sur les lieux». Par conséquent, des mesures plus strictes et rigoureuses conduiront les enquêtes épidémiologiques, impliquant «le testing, le traçage des cas, le confinement...».
Le professeur relève, en outre, qu'afin de désengorger les hôpitaux qui sont saturés, «les autorités envisagent de transférer les malades qui ne nécessitent pas une prise en charge immédiate vers des centres de formation ou même des hôtels».
Sur la possibilité d'un confinement strict de la population dans cette même région, le professeur Mahyaoui souligne que chaque wilaya est classée selon le nombre de cas enregistrés quotidiennement.
Les autorités locales ont ainsi été instruites d'isoler tout quartier, toute région présentant des risques de contamination pour le reste de la population. Il explique, pour le cas de Sétif, que si les contaminations poursuivent leur courbe ascendante, il «n'est pas exclu d'aller vers un confinement général». Il a d'ailleurs salué la «décision» du wali de cette même wilaya d'avoir fermé «certains marchés de bétail et de gros», lesquels, estime-il, ont été en grande partie les vecteurs de la propagation du virus à grande échelle. Le membre du Comité scientifique a, par ailleurs, appelé à relativiser la situation, sans pour autant baisser la vigilance. Il considère que pour l'heure, «on ne peut parler d'une deuxième vague», considérant qu'il s'agit simplement «d'une continuité» de la pandémie qui poursuit sa propagation.
Interpellé sur le manque de moyens dans les établissements de santé, notamment au niveau des unités Covid-19, le professeur Mahyaoui a affirmé que «la Pharmacie centrale des hôpitaux a réitéré son engagement à répondre à la demande du personnel de la santé», à condition que les quantités demandées «soient raisonnables», a-t-il enfin souligné.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.