Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Droit d'inventaire vs changement de serrures    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    La prison se charge des convictions !    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février
Réda Tir l'affirme :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 01 - 2021

Le grand chantier des réformes auquel est confronté le pays ne laisse guère plus d'autre alternative que de procéder à la revue des attributions et missions, entre autres, des institutions chargées de suivre et d'évaluer «la qualité de la décision publique», tel le Conseil national économique, social et environnemental, la nouvelle dénomination du Cnes.
Désormais doté d'un statut qui en fait «une force de proposition, de contrôle et d'évaluation de toutes les politiques publiques», le Cnes pourra anticiper, surveiller et juger quant aux risques qu'encourt le pays sur le plan économique, social et donc même environnemental, expliquait son président, Réda Tir, hier lundi, lors de son passage à la rédaction de la Chaîne 3.
En fait, le «nouveau» Cnes peut désormais jouir de son autonomie, ce que lui confère le décret présidentiel signé le 6 janvier, pour juger de la «qualité de la décision publique, l'évaluation des décisions et la proposition de mesures». Une autonomie, a précisé le président Tir, exigée même par les instances internationales et à laquelle a répondu favorablement le premier magistrat du pays lors d'une visioconférence avec l'Organisation internationale du travail (OIT), l'été dernier. Le Cnes ne se réunira plus sur décision du chef du gouvernement ou de quiconque.
Affranchi, il aura ainsi toute l'autorité pour se réunir en session et s'offre toute latitude d'initier de son propre chef ou contribuer aux études ayant pour objectif d'évaluer l'action des pouvoirs publics destinées à l'économie nationale et son développement, et ne plus se contenter donc du rôle qui a été le sien, celui d'intermédiaire entre les pouvoirs publics et les opérateurs sociaux et économiques, pour ne pas dire de simple outil entre les mains de ceux qui avaient le pouvoir de décision, comme c'était le cas dans un passé très récent encore. Pour mener ses missions, et mettre ainsi en pratique son autonomie, le Cnes dispose d'outils d'investigation «sophistiqués», selon son président. Dans l'immédiat, un portail, dénommé Tahat, sera disponible et dans lequel seront exposées toutes les données macro et microéconomiques du pays.
Le Cnes fera également dans la «simulation économique», en développant des outils sophistiqués, assure un Réda Tir très prolixe sur ce que compte accomplir comme travail le Cnes qui, affirme-t-il, planche sur de nombreux chantiers de recommandations sur, entre autres, le marché financier, comme par exemple comment capter l'argent de l'informel, et de nombreux thèmes encore pour lesquels ont été retenues des recommandations, à l'exemple de la finance et du potentiel marché afférent. «On doit aussi assurer et favoriser la concordance et le rapprochement entre les différents acteurs économiques, sociaux et environnementaux et ce, en associant les partenaires de la société civile, de sorte à concourir à l'apaisement du climat économique et social», a ajouté Réda Tir dont l'institution qu'il préside remettra au président de la République, au plus tard au début du second trimestre, le rapport annuel de conjoncture pour 2020, actuellement en phase d'élaboration.
Ceci en plus du rapport sur l'état de la Nation, consacré à une évaluation des 10 dernières années, ainsi que des rapports semestriels de conjoncture. Jusque-là, le Cnes a ficelé cinq rapports mis à la disposition du gouvernement dont les mesures à court terme ont été évaluées.
En principe, c'est le mois prochain que le Cnes tiendra sa première session de la nouvelle ère. Elle devrait être ouverte par le premier magistrat du pays, a confié Réda Tir.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.