Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Conseil des ministres : le projet de la nouvelle loi relative à l'investissement adopté    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines au secteur de Mahbes    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Les bases de la transition énergétique    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    La Sonelgaz se met de la partie    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Est-ce l'impasse ?
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 02 - 2021


Tunis, Mohamed Kettou
Les deux chefs de l'Etat et du gouvernement continuent de tenir tête l'un à l'autre, bloquant la vie politique, économique et sociale en Tunisie.
Hichem Mechichi n'entend pas retirer certains ministres nommés au cours du récent remaniement, et Kaïs Saïed n'a pas l'intention de reculer pour permettre à quatre ministres soupçonnés de corruption et de conflit d'intérêts de prêter serment. Du coup, le pays est à l'arrêt. Entre-temps, les commentaires foisonnent et les diverses interprétations de la Constitution font couler beaucoup d'encre et de salive.
La crise latente qui s'est déclenchée la veille du passage du gouvernement Mechichi, en septembre dernier, devant le Parlement, s'est considérablement aggravée quand le chef du gouvernement a tourné le dos à celui qui l'avait désigné à ce poste et s'est mis à la recherche d'un «coussin» politique à l'Assemblée, coussin que ne peut gonfler que le parti islamiste qui se classe au premier rang au Parlement. Depuis, la mésentente s'est installée entre Mechichi et le président de la République qui ne voit Rached Ghannouchi (président d'Ennahdha et du Parlement) que d'un mauvais œil.
Cependant, pour des experts en droit constitutionnel, le président de la République n'a pas le choix et ne bénéficie d'aucun refuge constitutionnel pour refuser de recevoir les ministres récemment nommés et, qui plus est, ont reçu l'aval des députés, pour prêter serment, quelles que soient les raisons.
Les politiciens détracteurs du chef de l'Etat abondent dans le même sens. En revanche, d'autres analystes, constatant l'absence d'une cour constitutionnelle, accordent au chef de l'Etat le privilège de l'interprétation des lois.
Aujourd'hui, une semaine après le vote de confiance au profit des onze nouveaux ministres, chaque partie campe sur ses positions et le blocage se voit alimenté davantage par des déclarations qui ne font qu'attiser le feu. Le principal «ennemi» du chef de l'Etat, Rached Ghannouchi, n'a-t-il pas déclaré, il y a deux jours, que le président de la République n'est qu'un symbole sans prérogatives. Comme réaction, Kaïs Saïed n'a pas trouvé mieux que de quitter son bureau, mardi, pour battre le pavé de la célèbre avenue Bourguiba, symbole de la révolution et de tous les évènements que connaît la Tunisie. Symbole ? Oui. Puisqu'il s'est offert un bain de foule, une foule n'exigeant pas moins que la dissolution du Parlement. Car, en fait, l'intervention de Ghannouchi ne pouvait être rien d'autre qu'une nouvelle déclaration de guerre lancée par un homme dont les ambitions n'ont pas de limites, quitte à multiplier les bourdes. N'avait-il pas lancé à celui qui voulait bien l'entendre qu'il était le Président de tous les Tunisiens ? C'était le jour où il est monté au perchoir de l'Assemblée comme président du Parlement. C'était suffisant pour provoquer la colère de Kaïs Saïed et installer la mésentente entre les palais de Carthage et du Bardo.
Ainsi, cet état chaotique qui caractérise les relations entre ceux qui détiennent le pouvoir au sommet de l'Etat est de nature à bloquer tous les rouages à un moment critique. En effet, des dossiers qu'on ne peut plus compter attendent un traitement adéquat et des solutions urgentes. Il s'agit de l'activité économique paralysée, de l'année scolaire qui risque d'être déclarée «année blanche», de la détérioration du pouvoir d'achat et, cerise sur le gâteau, de la pandémie de Covid-19.
A tous ces problèmes est venue se greffer l'affaire du colis «empoisonné» adressé à la présidence de la République, affaire qui a empoisonné la vie des citoyens et qui fait l'objet d'une enquête qui ne donne pas encore ses résultats. Nul ne sait si cette affaire est vraie ou si elle a été montée de toutes pièces.
Cependant, il semble que parmi les têtes du pouvoir, seul Kaïs Saïed, en tant que spécialiste en droit constitutionnel, est en mesure de bien interpréter la Constitution qui, du reste, ne fait pas obligation au chef du gouvernement de demander la confiance du Parlement en cas de remaniement ministériel. En outre, en l'absence d'une cour constitutionnelle, le président de la République est en droit de s'y substituer pour donner son propre jugement. Certains lui contestent ce droit. Ne serait-ce que pour bloquer une situation déjà désastreuse.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.