L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Verdict de la chambre d'accusation le 21 février
Affaire Ghediri
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 02 - 2021

La chambre d'accusation d'Alger rendra son verdict le 21 février prochain dans l'affaire Ali Ghediri, nous ont fait savoir, hier dimanche, ses avocats.
Le dossier de l'ancien candidat à la présidentielle a donc été étudié hier matin par des magistrats de la chambre d'accusation d'Alger. Ce moment était très attendu par ses avocats depuis l'annonce de la décision de la Cour suprême (en décembre dernier) d'accepter le pourvoi en cassation introduit par la défense.
Les plaidoiries étaient d'ailleurs essentiellement axées sur les points sur lesquels s'est basée cette haute instance de justice pour justifier l'annulation des charges retenues contre Ali Ghediri. Me Hatem Berache explique : «Ces points soulevés par la Cour suprême sont capitaux. Le magistrat qui a étudié le dossier a relevé que Ali Ghediri a été accusé sur la base d'éléments inexistants, c'est-à-dire qu'on lui reproche des faits sans dire de quoi il s'agit, et de ce fait, toute la procédure devient caduque et son incarcération injustifiée.
Dans l'autre point, tout aussi capital, il est dit que la décision dont il avait fait l'objet, à savoir sa poursuite pour des charges non justifiées, pouvait être perçue comme étant une manière de l'avoir déjà jugé, alors que cette prérogative n'est pas celle des personnes qui avaient le dossier entre les mains. En s'appuyant sur toutes ces raisons, nous avons demandé l'application de la loi et donc la prononciation d'un non-lieu. Si la justice s'est trompée, elle doit le reconnaître, ce sera tout à son honneur. A présent, nous demandons la libération de Ghediri».
Ce dimanche matin, des membres de la famille du général major à la retraite et des membres de son comité de soutien ont tenu à être présents à la cour d'Alger. Cette fois, il n'y avait pas autant de déception qu'il y en avait eu dimanche dernier après l'annonce du report de l'étude du dossier. Un vent d'optimisme soufflait au contraire, et tous espèrent que le 21 février apportera avec lui la nouvelle attendue.
Le principal concerné est toujours à la prison de Koléa où il se trouve incarcéré depuis le 13 juin 2019. Arrêté une journée auparavant, il avait d'abord fait l'objet d'un interrogatoire qui avait duré de longues heures chez les services de sécurité.
Ces derniers lui avaient ensuite remis une convocation le sommant de se présenter le lendemain au tribunal de Dar-el-Beïda, où décision avait été prise de le placer sous mandat de dépôt. Son inculpation a eu lieu sur la base de deux charges retenues à son encontre.
La première, à savoir «transmission à des parties étrangères d'informations susceptibles de porter atteinte à l'économie du pays», a été annulée deux mois après son emprisonnement.
L'abandon de cette charge est le résultat d'une rude bataille judiciaire menée par ses avocats pour prouver l'absence de preuves attestant de sa culpabilité. La justice retient, cependant, à son encontre un chef d'inculpation : «Atteinte au moral de l'armée.»
Au sein de l'opinion, Ali Ghediri est considéré comme étant un détenu d'opinion, incarcéré dans un contexte tumultueux où se sont exprimées ses idées dérangeantes.
La candidature de cet ancien haut gradé à des présidentielles très controversées figure d'ailleurs parmi les points forts de cette période. Dans une lettre, écrite au mois d'août dernier, dans sa cellule, il a tenu à prendre les Algériens à témoin, affirmant que sa mise en détention n'était «rien d'autre qu'un confinement politique, une conséquence de sa décision de se porter candidat à la présidentielle de 2019».
Ali Ghediri a eu recours à ce procédé, après avoir maintes fois réclamé un procès équitable durant lequel il aurait pu s'exprimer. A la même période, il avait également annoncé sa décision d'entamer une grève de la faim illimitée qu'il a cependant dû suspendre une dizaine de jours plus tard car étant atteint du Covid.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.