Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perspectives prometteuses pour Ali Ghediri
LA COUR SUPRÊME ACCEPTE SON POURVOI EN CASSATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 12 - 2020

Le pourvoi en cassation introduit par la défense de Ali Ghediri a été accepté par la Cour suprême qui a décidé, hier, de renvoyer le dossier du général-major à la retraite devant la chambre d'accusation.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Une très grande satisfaction régnait mercredi matin au sein du collectif d'avocats chargé de la défense de Ali Ghediri. Me Khaled Bourayou évoque le soulagement de voir « la qualification du fait pour lequel il a été inculpé et placé sous mandat de dépôt remise en cause ».
Il rappelle que son client est poursuivi pour « participation à la déstabilisation de l'armée en temps de paix ». Le second chef d'inculpation sous le coup duquel il se trouvait, « intelligence avec l'ennemi », avait été, quant à lui, annulé par la chambre d'accusation en juillet dernier.
Les avocats de Ghediri estiment que la décision de la Cour suprême laisse désormais souffler un vent d'espoir puisqu'elle annule l'arrêt rendu par la chambre criminelle (qui avait retenu le principal chef d'inculpation) et renvoie l'affaire devant la chambre d'accusation. Cette dernière devra à nouveau statuer et rendre un verdict qui peut prendre trois formes, explique-t-on : requalifier les faits, ordonner un procès ou prononcer tout bonnement un non-lieu qui aboutira, de ce fait, nécessairement à la libération du prévenu.
Hier, il y avait également une grande joie au sein du collectif de soutien de Ali Ghediri. Plusieurs de ses membres ont d'ailleurs tenu à effectuer le déplacement à la Cour suprême. Ce collectif qui s'est mis en place au lendemain de l'incarcération de l'ancien candidat à la présidentielle de 2019 n'a eu de cesse d'informer et d'alerter l'opinion publique au sujet des derniers développements de ce dossier. Tout comme les avocats, ils considèrent Ali Ghediri comme étant un détenu politique ayant fait les frais de la conjoncture particulière que traversait le pays en 2019.
Interpellé le 12 juin de cette même année par des éléments des services de sécurité, il avait été conduit vers une caserne de la Direction de la sécurité intérieure où il a été interrogé avant d'être libéré, très tard dans la nuit muni d'une convocation indiquant qu'il devait se présenter le lendemain, 13 juin, au tribunal de Dar-el-Beïda.
Le juge qui instruit son affaire le place sous mandat de dépôt. Depuis, ses avocats n'ont eu de cesse de dénoncer une affaire qui relève, selon eux, d'un « règlement de comptes ». Le dossier de Ghediri a été qualifié de « vide » par Me Bourayou qui s'est aussi étonné «qu'on puisse faire croire qu'une personne seule puisse déstabiliser l'armée ».
Le général-major à la retraite a fait, lui aussi, entendre sa voix à partir de la prison. En juillet dernier, ses avocats ont rendu publique une lettre dans laquelle il annonçait sa décision d'entamer une grève de la faim «illimitée et irréversible » pour protester contre son statut de «confiné politique». « Ne laissons pas l'Algérie sombrer dans l'anarchie, écrivait-il encore, les survivants de l'ancien système en profiteraient.
Ils sont nombreux, ils sont parmi nous, ils sont à l'origine de mon confinement politique depuis 16 mois, ce sont eux qui manœuvrent dans l'ombre pour que j'y reste .» Moins de dix jours après avoir entamé sa grève de la faim, Ghediri est forcé d'y mettre fin en raison de sa contamination au coronavirus.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.