Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les financements des campagnes électorales désormais à la loupe»
Mohamed Charfi insiste :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 02 - 2021

A l'occasion des futures échéances électorales, l'Autorité nationale indépendante de surveillance des élections (Anie) aura la lourde tâche de garantir la transparence de tout le processus électoral, de la campagne jusqu'à la proclamation définitive des résultats.
Ahmed Kessi - Alger (Le Soir) - L'origine des financements de la campagne électorale, lors des prochaines élections, sera «sous le microscope et la surveillance de l'Autorité nationale indépendante de surveillance des élections (Anie), c'est ce qu'a affirmé son président, Mohamed Charfi, hier dimanche, sur les ondes de la Radio nationale.
Invité au Forum de la Chaîne 1, l'ex-ministre de la Justice a expliqué qu'en vertu de la nouvelle loi, une commission indépendante, composée de membres des différentes institutions et de personnalités de la société civile, veillera à superviser et à vérifier la légalité des sources de financement, après une enquête de six mois. Par ailleurs, a-t-il ajouté, «la commission veillera, en outre, à garder la «chkara», l'argent sale, le plus loin possible des élections». Autrement dit, la notification a été faite aux entreprises et aux institutions publiques qui sont sommées de ne pas s'impliquer lors des campagnes électorales. Les financements seront limités aux personnes physiques et se feront à travers les banques exclusivement.
Interrogé sur le rôle que jouera l'institution qu'il préside dans le remboursement de l'argent de la campagne électorale, M. Charfi dira que dans le cas des prochaines élections, « l'Anie a hérité de la mission du Conseil constitutionnel (CC) qui supervisait toute l'opération des élections, avant que l'Autorité ne prenne le relais pour accomplir sa mission et valider les résultats. Désormais, c'est tout le contraire : d'une part, c'est l'Anie qui s'assure de la transparence des élections, de la validité des dossiers de candidature et de la légalité de l'origine des financements des campagnes électorales. D'autre part, ce sera le Conseil constitutionnel qui finalisera la tâche. Enfin, l'opération sera bouclée avec le quitus de l'Anie».
Sollicité à donner son avis sur les amendements proposés dans le cadre de l'avant-projet de loi portant sur la révision de la loi électorale, l'invité de la Radio nationale espère voir lesdits amendements apportés entérinés.
«J'espère que les amendements seront entérinés par la loi pour que le coordinateur de la commission élections (locales et législatives) ait la latitude de choisir les meilleures candidatures», a-t-il dit. Se voulant plus explicite, Charfi ajoute : «Le coordinateur de la commission a une lourde responsabilité dans la mesure où il a un droit de regard sur les candidatures. De ce fait, son choix est déterminant et doit se faire de manière responsable. Les anciennes pratiques n'intéressent plus personne !»
Quant à une question relative à la pollution du champ politique qui a précédé jusque-là l'avènement des échéances électorales et qui est à l'origine du fort taux d'abstention au vote lors des élections et la bouderie totale qu'affichent les citoyens vis-à-vis des échéances électorales, le président de l'Anie tranche d'emblée : «Cela est dû à la relation entre les électeurs et la classe politique, donc des candidats aux élections. Le manque de confiance entre les deux parties dénote le désir de changement qui anime les citoyens et la revendication légitime d'aller vers un réel Etat démocratique.»
A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.