Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Coronavirus: 182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès    Grandiose marche nocturne à Akbou    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Manojlovic, nouvel entraîneur    Le MJS invalide l'élection de Labane    Le MJS met la pression sur les élus    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    Le Cnese fait peau neuve    Evolution technologique    Paré pour l'aventure    Youcef Bouzidi apporte ses précisions    Brahmia succède à Almas    Programme national des énergies renouvelables: création d'une société mixte Sonatrach/Sonelgaz    Le front social s'emballe    Installation d'un nouveau directeur des douanes    L'Algérie à la 146e place    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Chlef: Les infrastructures seules ne font pas le tourisme    La tomate n'a pas partout le même goût    Marche pacifique à Béjaïa    Le FMI livre ses prévisions    Les oligarques sont-ils de retour?    La Turquie maintient le flou    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Joe Biden et l'héritage empoisonné laissé par Donald Trump
Sahara occidental
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 02 - 2021

A moins que la position de Trump ne soit immédiatement inversée, Biden risque de perdre le soutien au sein de son propre parti, parmi les principaux leaders républicains, et dans plus de 80 pays qui reconnaissent la République arabe sahraouie démocratique.
Les villes sahraouies occupées connaissent une escalade dangereuse des agressions menées par les autorités d'occupation marocaines contre les civils et militants sahraouis. Même les enfants ne sont pas épargnés. Ainsi «des soldats de l'occupation marocaine, en tenue civile, ont enlevé deux mineurs et les ont conduits à une destination inconnue». Il s'agit de Zakaria al-Rijibi et Akram Al-Hanafi. Dans le sillage de la répression au Sahara Occidental, le gouvernement sahraoui réitère son appel à la communauté internationale, particulièrement l'ONU, pour assumer ses responsabilités juridiques et morales quant aux pratiques ignobles du régime marocain, commises contre le peuple sahraoui. Dernier exemple en date, celui de la militante Soltana Sidi Brahim Khaya qui a subi des blessures au niveau de la tête et l'œil gauche. A son tour, sa sœur El Ouaara n'a pas échappé à la violence des forces de sécurité marocaines et reçu des coups sur la bouche et d'autres endroits de son corps devant son domicile familial. Solidaire avec la famille Khaya, la militante sahraouie Fatima Mohamed El Hafed a été battue et réprimée par les mêmes agents de sécurité. Le secrétaire général de l'ONU et le haut-commissaire aux Droits de l'Homme sont interpellés pour dépêcher une commission d'enquête dans les territoires occupés, appelant à l'ouverture de la région aux organisations et aux instances internationales des droits de l'Homme pour s'enquérir de la situation déplorable de ces droits.
Même les enfants
Pour rappel, la Commission sahraouie des droits de l'Homme (Conasdh) a déjà dénoncé, dimanche dernier, la répression barbare dont fait l'objet la militante Soltana Khaya et le mutisme international face au mépris affiché par le régime marocain, à l'égard de la population sahraouie dans les villes occupées. La Conasdh a appelé, dans ce sens, la conscience humanitaire mondiale, les institutions internationales, l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE), le Parlement européen et les institutions de l'ONU à faire pression sur le régime marocain pour l'arrêt de ses agressions contre les civils sahraouis, la libération de tous les détenus politiques sahraouis, et l'autorisation de missions d'enquête internationales. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a également été interpellé sur la protection des civils sahraouis sous occupation, et l'envoi d'une mission pour constater sur le terrain les violations du droit international humanitaire. Le domicile de la famille de la militante des droits de l'Homme, Soltana Khaya est assiégé par un dispositif intense de la répression marocaine, dans le but de dissuader les militants sahraouis de manifester pacifiquement en vue d'exiger le droit à la liberté et à l'indépendance. La militante sahraouie des droits de l'Homme, Soltana Sid Ibrahim Khaya réaffirme, plus que jamais, son engagement à poursuivre la lutte. Au plan diplomatique, de plus en plus de voix appellent à l'annulation de la décision de l'ancien Président Trump de reconnaître la « marocanité» du Sahara Occidental. Joe Biden a beaucoup à perdre «s'il n'annule pas» cette décision, a indiqué dimanche dernier Shannon Ebrahim, du groupe Foreign Editor for Independent Media (Afrique du Sud).
«A moins que la position de Trump ne soit immédiatement inversée, Biden risque de perdre le soutien au sein de son propre parti, parmi les principaux républicains» et dans plus de 80 pays qui reconnaissent la République arabe sahraouie démocratique, dont beaucoup en Afrique, a estimé Shannon Ebrahim, dans un long article publié par le site d'information IOL. «Biden devra maintenant choisir s'il respectera la tradition bien établie de la politique américaine sur le Sahara Occidental et le respect déclaré du droit international, d'autant plus que les Etats-Unis ont été le détenteur de la plume de toutes les résolutions sur le Sahara Occidental et l'autodétermination, ou s'il permettra le non-respect du droit international par Trump», a-t-elle ajouté. La même source a estimé que l'une des premières choses que le Président Biden aurait dû faire lors de son entrée en fonction est «d'annuler» la proclamation de l'ex-Président Donald Trump, reconnaissant la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. «Cela faisait partie d'une longue liste de mesures de politique étrangère dangereuses prises par Trump avec de graves ramifications pour la région et pour les intérêts américains», a-t-elle affirmé. Elle a souligné que «non seulement Trump a accru les tensions» dans la région, mais il est allé à l'encontre de la politique de l'Union africaine qui reconnaît la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en tant que membre souverain de l'organisation panafricaine.
Joe Biden interpellé
Joe Biden, a-t-elle rappelé, avait déjà indiqué qu'il souhaitait une relation «forte» avec l'UA et s'est même adressé au récent sommet de l'organisation, a rappelé la même source, estimant que cet objectif sera «difficile à réaliser à moins qu'il n'agisse rapidement pour renverser la déclaration de Trump et ramener les Etats-Unis à leur position historique de soutien à un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental en vertu de la Résolution 690 de l'ONU de 1991». Dans une récente allocution à Chatham House, le ministre sud-africain des Relations internationales et de la Coopération, Naledi Pandor, a identifié le fait de renverser la reconnaissance par Trump de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental, «comme la partie la plus urgente de la politique américaine envers l'Afrique qui doit être abordée» par le nouveau Président Joe Biden. Le 24 janvier, le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui était alors président en exercice de l'UA, a appelé M. Biden à annuler la «reconnaissance illégale» de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental. Le Sahara Occidental est la dernière colonie d'Afrique et fait partie du programme de décolonisation depuis plus de 55 ans. L'OUA, puis l'UA ont poussé, au fil des ans, à faire avancer le référendum d'autodétermination du peuple sahraoui, rappelle la même source, notant que le Maroc a «non seulement ignoré sa responsabilité d'organiser le référendum, mais a installé une partie de sa population» dans les territoires occupés du Sahara Occidental. «Son intérêt à maintenir son occupation est de contrôler les riches ressources du territoire qui fait la taille du Royaume-Uni.» Des organisations de défense des droits humains affirment que le Maroc viole les droits politiques et humains des Sahraouis depuis 1975. Human Rights Watch et Amnesty International ont alerté à maintes reprises qu'il y a eu une escalade notable de la répression dans les territoires sahraouis occupés, depuis que Trump a conclu son accord avec le Maroc, relatif à la reconnaissance de la prétendue souveraineté sur le Sahara Occidental en échange d'une normalisation des relations avec l'entité sioniste. Depuis novembre de l'année dernière, des organisations de défense des droits de l'Homme et des journalistes ont rapporté que le Maroc exerce une pression intense sur les militants des droits de l'Homme et les journalistes dans les territoires occupés. Beaucoup ont été assignés à résidence et sont interdits de visite.
B. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.