Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hirak, quels débouchés politiques ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2021

Faut-il conclure à une reprise du Hirak après les marches de lundi dernier et celle de mardi pour les étudiants ? Certes, la mobilisation populaire a été exceptionnelle. C'était inattendu. Cela faisait un an que l'on n'avait pas vu de telles images. Le Hirak a touché pas moins de 30 wilayas et a pris de court même les plus avertis. Les revendications sont les mêmes qu'il y a deux ans, ce qui signifie qu'un grand nombre d'Algériens ne s'est pas satisfait du seul départ de Bouteflika. Aussi, ceux qui ont cru que le confinement sur fond de rétrécissement des libertés aurait eu raison du Hirak, au point de se demander ce qu'il restait de ce mouvement, se sont trompés. La mobilisation de lundi dernier a de nouveau rebattu les cartes et remis les pendules à l'heure.
Mais tous les observateurs ne sont pas sur la même ligne. Il y a ceux qui vont passer au crible le nombre de manifestants, minimiser la mobilisation, moins forte à leurs yeux que les mobilisations massives du printemps 2019. Et affirmer que l'on est loin du compte. A l'inverse, il y a ceux pour qui le fait même que les Algériens soient sortis en masse lundi dernier constitue en soi une victoire, surtout avec tout ce qui s'est passé pendant l'arrêt du Hirak, période sur laquelle il est inutile de s'étendre.
Abdelmadjid Tebboune, qui était attendu après son retour d'Allemagne, a donné le sentiment de vouloir désamorcer la crise et de tourner la page. Pourtant, ses annonces – dissolution de l'APN, cap sur les élections, libération de détenus du Hirak, remaniement restreint du gouvernement – n'ont pas eu l'effet escompté. Aux yeux des Algériens sortis en masse lundi dernier, l'offre politique était en deçà de leurs attentes. Ce qui est sûr, en revanche, c'est qu'après le référendum constitutionnel du 1er novembre dernier qui a enregistré moins de 24% de participation électorale, et après ce lundi 22 février 2021 de forte mobilisation, convaincre les Algériens d'aller aux urnes en juin prochain si les élections ont lieu à cette date-là, paraît plus compliqué qu'on ne le pense ! Le pouvoir politique va-t-il dès lors modifier en conséquence sa feuille de route axée prioritairement sur la convocation des élections législatives ou dispose-t-il d'un plan B ?
Côté Hirak, et sans préjuger de la suite, pour nombre de ses acteurs, le mouvement populaire ne peut plus se confiner à un face-à-face sans perspective autre que le tout ou rien, jeter le bébé avec l'eau du bain. Le « tous pourris » prôné par certains courants mène vers l'impasse. Aussi le besoin de doter le Hirak d'un horizon politique est-il posé par de nombreux acteurs de la société civile et politique comme en atteste ce nombre d'analyses, d'écrits, de propositions parus dans la presse et les réseaux sociaux, et insuffisamment débattus.
Avant le confinement, il y a même eu un début de convergence autour de diverses propositions portées par une myriade d'acteurs et de collectifs que le Hirak a fait surgir, et de premières clarifications sur fond d'un début de décantation politique. Car il ne s'agit pas d'un mouvement politiquement homogène. Il offre l'image d'un éventail atomisé en une multitude d'acteurs allant du PAD (Forces pour l'alternative démocratique) aux islamistes de Rachad qui cherchent à se faire une place et à rassembler les déçus de l'islam politique, en passant par cette myriade de courants d'expression, organisés ou non, nés dans le feu de la dynamique populaire. Certains, qui sont déjà dans la négociation avec le pouvoir politique, seront tentés par un dialogue avec les autorités dans la perspective des élections législatives ; d'autres, à l'image de Nida 22, tenteront d'agréger les divers courants en un large front incluant les islamistes ; enfin, il y a ces courants – le Nouveau courant national (NCN), Massar el Djadid... - qui se situent dans une logique participationniste et qu'encourage en sous-main le pouvoir politique... Et à l'arrière-plan, il y a ces personnalités qui ont accompagné le Hirak et qui ont leur mot à dire et ces partis politiques, à l'instar des islamistes du MSP et d'El-Binaa, connus pour leur proximité avec l'ancien régime et qui monnaient aujourd'hui leur place auprès d'un pouvoir politique lui-même en quête d'une base sociopolitique crédible.
A suivre et à jeudi.
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.