Conflit au Sahara occidental : le Conseil de sécurité opte pour l'inaction    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Emouvantes obsèques de la moudjahida Annie Fiorio-Steiner à Alger    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Report du procès de Saïd Djabelkhir
Tribunal de Sidi-M'hamed
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 02 - 2021

De nombreux universitaires, dont des avocats, des journalistes, des citoyens anonymes ont affirmé leur soutien à l'islamologue, spécialiste du soufisme, Djabelkhir.
Ahmed Kessi - Alger (Le Soir) - Le procès intenté à l'universitaire chercheur Saïd Djabelkhir, spécialiste du soufisme, qui devait se tenir avant-hier au tribunal de Sidi-M'hamed, est reporté au 1er avril prochain. Le report est prononcé à la demande des avocats de l'accusé.
La plainte retenue contre l'islamologue a été déposée par un certain Abdelkader Boubedjra, enseignant à l'Université de Bel-Abbès, qui l'a accusé de porter atteinte «aux préceptes de l'Islam et aux rites musulmans» en s'appuyant sur l'article 144bis 2 du code pénal. L'alinéa a été introduit à l'article en 2006.
Dès que l'information sur ce procès fut connue, notamment sur les réseaux sociaux, de nombreux universitaires, militants et autres citoyens anonymes lui ont adressé des messages de soutien et des avocats se sont constitués pour le soutenir et le défendre.
De passage sur « LSA direct » (voir vidéo sur le site du journal), le chercheur est longuement revenu sur les dits et non-dits de cette plainte déposée contre lui. Il a, par ailleurs, regretté que le débat-critique qui devait prévaloir dans le milieu universitaire ait laissé place à la pensée unilatérale et figée.
D'emblée, le chercheur se penche sur l'article 144bis 2 qui, dans plusieurs de ses alinéas, concerne la diffamation sur le plan politique, religieux et même journalistique, et affirme que celui-ci n'est pas vraiment clair. «Le problème est que l'article n'est pas explicite.
On parle sur quelle base, quelle norme : malékite, achârite ou soufie (qui sont les normes de base dans le discours religieux en Algérie), ou soufi, salafiste ou wahhabite ? C'est ce qui n'est pas clair dans cette loi. Je cite notamment les citations de l'Emir Abdelkader dans son livre El Mawakif qui contreviennent directement alors au contenu de cette loi », tout en précisant qu'il ne connaît le plaignant qu'à travers les réseaux sociaux.
Sur la question d'une éventuelle incompréhension de ses initiatives de débat, de critique ouverts qui peuvent être assimilées à une «simple polémique», l'animateur du cercle «Pensée libre» dira : « Loin de moi l'idée de faire le buzz.
Ce sont des questions qui se posent à nous spontanément et au quotidien où nous sommes en contradiction avec certains aspects de la modernité par rapport à notre patrimoine religieux (entendre lecture du Coran et des Hadiths).
En tant qu'islamologue, on est appelé à donner notre avis et proposer de nouvelles lectures de ces textes qui puissent à même lever les contradictions qui existent aujourd'hui.»
A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.