Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Algérie Poste : La grève déclarée illégale, installation d'un comité pour la mise en place du syndicat    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le gouvernement français «regrette»...    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Amara, un plébiscite et des promesses    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    4 décès et 176 nouveaux cas    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Tous les indicateurs sont en hausse    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Plus de 1000 policiers mobilisés    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Installation du Comité de préparation de la conférence nationale élective du Syndicat d'Algérie Poste    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Ligue 1- Mise à jour: Un quatuor à la relance    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Guelma: Hommage au chahid Souidani Boudjemâa    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Quand Goudjil séparait le bon grain de l'ivraie    Le club se prépare à faire table rase    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il y a alliance entre les résidus de la bande et des extrémistes»
SOUFIANE DJILALI ACCUSE :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 03 - 2021

Soufiane Djilali dénonce ce qu'il qualifie de «résidus» de la bande, «embusqués» dans les arcanes des institutions de l'Etat, à tous les niveaux, ou agissant en dehors, de mener, de concert avec des extrémistes, une «contre-révolution» pour «empêcher», ou, tout au moins, «entraver le processus de changement engagé par le président de la République».
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Le président de Jil Jadid, qui était, hier mercredi, le tout premier invité du forum de journal électronique Algérie Maintenant, en collaboration avec la chaîne de télévision Beur TV, accuse ouvertement et tout aussi vertement des résidus de la bande, encore en fonction à l'intérieur de l'Etat ou en retrait, mais influençant de l'extérieur, de mener ce qu'il considère comme étant une contre-révolution.
À l'effet, selon lui, de «gripper» le processus de changement engagé par le chef de l'Etat dès sa prise de fonction il y a plus d'une année, et empêché d'être mené à son terme. Et d'inscrire la dernière attaque dont il a fait l'objet en compagnie de deux autres ex-membres du CNT (Conseil national de transition), installé durant la crise aiguë des années 1990 du siècle dernier, dans ce processus contre-révolutionnaire. Il accusera nommément l'ex-parti unique d'être derrière cette sortie de son sénateur d'Alger, un FLN qui n'arrive pas, selon lui, à «digérer» sa non-invitation dans le cadre des concertations menées par le chef de l'Etat.
Pour Soufiane Djilali, cette cabale du parlementaire du FLN ne vise qu'à saper le dialogue engagé par Abdelmadjid Tebboune, évoquant, dans ce sillage, une alliance objective entre les résidus de la bande et des extrémistes qu'il ne nommera pas, pour exclure les partis et ainsi instaurer un vide qui permettra le retour de la bande, d'une manière directe ou via l'anarchie.
Et cette contre-révolution, en plus de saborder le dialogue engagé par le chef de l'Etat, vise également d'attenter aux institutions de la République, allusion au Conseil national de transition dont il a fait partie, une institution provisoire qui a épargné à l'Etat son effondrement dont il était menacé.
Pour le président de Jil Jadid qui, soit dit en passant, renouvellera sa doléance de «retirer la dénomination du FLN» qui, selon lui, relève d'un «patrimoine commun à tous les Algériens, présent qu'il est dans l'hymne national et dans la Constitution», la sortie du sénateur Abdelouahab Benzaïm, en sus d'émaner d'un membre qui était au «cœur de la corruption» pour avoir bénéficié, durant le règne de la bande, de projets et de biens immobiliers, vise la «diversion», de par son «timing et le profil des personnalités visées». Et de démentir les montants cités par ledit sénateur, affirmant que ce sera à la «justice de trancher dans ces accusations infondées».
Le président de Jil Jadid montrera du doigt certains «extrémistes» au sein du mouvement populaire du 22 février, qu'il accusera de «menacer l'Etat et le processus électoral et ce, au nom de leurs idéologies».
La même accusation, Soufiane Djilali la signifiera à la face des partisans d'une période de transition, dont il a été un des membres par un passé pas lointain.
Pour lui, les porteurs de cette démarche «manquent de feuille de route», et ne peut, donc, être la solution à la crise qu'endure le pays. Une démarche qui mènera droit le pays vers l'anarchie», ajoutera le président de Jil Jadid.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.