Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grandiose marche des femmes à Alger
Célébration du 8 Mars
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2021

Des centaines de femmes, rejointes par plusieurs autres citoyens, ont battu le pavé, hier lundi, à Alger, à l'occasion de la Journée internationale de la femme. Aux cris de « Algérie libre et démocratique » et d'autres slogans du mouvement populaire, elles ont sillonné le centre-ville faisant entendre, en même temps, leurs revendications liées au droit à l'égalité homme-femme.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - C'est aux environs de 14h que le rassemblement a été entamé devant la Grande-Poste, ce lieu hautement symbolique du mouvement populaire du 22 février 2019. Sous un dispositif sécuritaire important, la marche pacifique s'est ébranlée au rythme des mots d'ordre du Hirak.
Au slogan réclamant l'édification d'une Algérie libre et démocratique, succèdent d'autres, comme celui affirmant que les manifestantes ne sont pas venues célébrer le 8 Mars mais pour exiger le départ du système politique. En même temps, une autre marche moins importante et organisée par des femmes portant des revendications spécifiques a été lancée à partir de la place Audin. Ces dernières réclamaient, dans leurs slogans, banderoles et pancartes, l'abrogation du code de la famille, l'égalité en droits homme/femme et des lois civiles et égalitaires.
« Pas de démocratie sans les droits des femmes. Non aux violences faites aux femmes », lit-on sur l'une de ces nombreuses pancartes. Les deux processions humaines se sont croisées au niveau de la Faculté centrale, fondant en seule marche. Au moment de la rencontre fuse le strident « le peuple veut l'indépendance ».
La manifestation pacifique et unitaire laisse, cependant, apparaître au grand jour les différences idéologiques des uns et des autres, se distinguant par les slogans que lançait chaque groupe. Parmi les manifestantes, plusieurs militantes des droits des femmes comme la professeure Fadéla Boumendjel-Chitour et l'avocate Fetta Sadat, ainsi qu'une des figures de la révolution
algérienne : Louizette Ighilahriz.
À la Grande-Poste, les manifestantes ont fait une longue halte, ponctuée par des débats entre manifestantes au moment où d'autres scandaient leurs mots d'ordre. Pour Fadéla Boumendjel-Chitour, connue pour son engagement de longue date en faveur des droits de la femme, la célébration du 8 Mars cette année se fait en deux manières. « En se fondant dans les revendications populaires, et en montrant que les femmes sont partie prenante de ce mouvement, mais aussi il y a eu une tentative d'exprimer les revendications plus spécifiques, en particulier les droits des femmes à l'égalité en droits avec les hommes. Pour cela, c'est positif, c'est un pas de plus pour que les femmes soient à la fois, et resteront toujours, dans le Hirak mais elles n'hésiteront plus à poser leurs revendications spécifiques. Le côté négatif, c'est qu'on est beaucoup moins nombreuses que...»
Pendant ce moment, un jeune, bien habillé et portant une petite barbe bien taillée, tente d'arracher la banderole qu'arborent Mme Chitour et d'autres femmes. Sur cette banderole, il est écrit « Pour l'égalité entre les femmes et les hommes », un slogan qui dérange, semble-t-il. Ce jeune sera rapidement repoussé par des présents dont Ali Brahimi, militant des droits de l'Homme et ancien détenu du Printemps berbère de 1980, venu apporter son soutien à la cause féminine. Avant de ranger la banderole, Mme Chitour poursuit : « Les revendications sur l'égalité entre les hommes et les femmes ont été mal reçues par certains, on a entendu la phrase habituelle : ce n'est pas le moment d'exprimer et de poser ces revendications, tant que le pays n'est pas pacifié et sécurisé. Ça veut dire que cette bataille de l'égalité ne fait que commencer .»
Les manifestants ont été dispersés par les services de l'ordre, qui ont interpellé quelques jeunes à la fin de la marche.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.