2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tout sur la production de Spoutnik V en Algérie
Covid-19
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 03 - 2021

Le groupe pharmaceutique public Saidal assurera exclusivement, sur son site de Constantine, la production du vaccin anti-Covid-19 en partenariat avec le Fonds d'investissement direct russe (RDIF) qui exploite la commercialisation de Spoutnik V développé par l'Institut de recherche d'épidémiologie et de microbiologie (Gamaleya). Le conditionnement et le flaconnage des futures doses du vaccin Spoutnik V se feront par l'unité Saidal de Constantine.
L'Algérie a besoin de 40 millions de doses de vaccin anti-Covid-19 pour atteindre les 70% de la population, seuil indispensable à l'immunité collective voulue. En ces temps de crise mondiale, aucun laboratoire ne pourra assurer la fabrication des énormes quantités demandées, d'où le recours à la production locale sous licence.
Dans une première étape, le vaccin sera conditionné en Algérie selon les déclarations du directeur général de l'agence sanitaire, le Pr Kamel Senhadji, qui avait indiqué qu'«il est possible dans une première phase d'acquérir le vaccin en vrac auprès du partenaire russe pour le mettre en flacons afin de couvrir les besoins du marché national».
Les autorités sanitaires qui font de la production du vaccin russe une priorité ont estimé que la production sera entamée dans un délai de deux mois, soit vers la fin du mois de mai 2021, selon le procédé suivant : la production locale à partir de la matière première devant être fournie par la partie russe, ensuite la production de la matière première en Algérie, puis la production locale de ce vaccin dans sa totalité. Le ministre de l'Industrie pharmaceutique Lotfi Benbahmed avait noté que «la production de la matière première grâce à la technique biotechnologie sera une première en Algérie et dans le continent africain».
Quant aux quantités de vaccin à produire localement, aucun chiffre n'a été avancé pour le moment par les responsables sanitaires. Ils préfèrent à chaque fois préciser que «l'objectif est de produire des quantités suffisantes pour couvrir la demande nationale». Mais, partant des capacités de l'unité de Constantine, l'on pourra, d'ores et déjà, prétendre à pas moins de 5 millions d'unités dans une première étape, avant d'arriver au double une fois que le processus sera achevé et, dans une seconde phase, à une production selon la demande.
Il s'agit de la production du vaccin dans ses 4 étapes de réalisation, le full processus, c'est-à-dire le procédé complet de A à Z qui nécessite des équipements spéciaux, une technologie particulière et une formation spécifique pour le personnel de Saidal qui durera quelques mois.
Il est à préciser que le ministre de l'Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, avait détaillé déjà le processus de fabrication du vaccin russe. Selon lui, il y a deux manières pour fabriquer le vaccin : la première, en amont, «est celle où on part de la lignée cellulaire, c'est de la réelle biotechnologie, c'est-à-dire qu'on va produire la matière première». La seconde est «celle où on reçoit la matière première. Il y a un système de filtration de dilution et de répartition aseptique. C'est complexe, mais cela est déjà maîtrisé par plusieurs opérateurs privés et aussi par Saidal depuis une trentaine d'années». Cette dernière option dépendra de la disponibilité de la matière première.
Cependant, le choix du site de Saidal de Constantine a été validé, ainsi que le processus (espaces, équipements, fourniture de cuves, flacons, matériels...) Il reste la validation de l'assurance qualité du conditionnement qui devra se faire incessamment en présence d'experts russes et de représentants du département de Lotfi Benbahmed.
Le site constantinois a été choisi également en raison de son expérience puisqu'il était destiné à fabriquer le vaccin contre l'hépatite B développé par le groupe cubain Heber Biotic. Un accord de partenariat a été signé en 2009 entre les deux parties et prévoyait, dans une première phase, un transfert de technologie, puis, dans une seconde phase, la construction d'une usine mixte pour la fabrication de vaccins, d'une capacité de 5 millions de doses la première année.
En plus, « l'unité de Constantine possède les équipements nécessaires comme les espaces de stockage et de lyophilisation », selon les experts, donc la mise en place du processus sera facile, surtout que le partenaire russe procédera au transfert de technologie et prendra en charge la formation des cadres algériens de Saidal en Russie en matière de formulation du vaccin, sa répartition, les analyses biologiques et les méthodes de contrôle et d'assurance qualité.
Selon des sources proches du dossier, une assistance technique sur le site de Saidal sera garantie par des experts russes dans le processus de formulation et de répartition, ainsi que les méthodes de contrôle qualité.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.