Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Le procès de Mira Moknache renvoyé au 16 novembre    Le délibéré remis à la semaine prochaine    Le transport aérien s'ouvre aux capitaux privés    L'Algérie ne fournira plus de gaz au Maroc    La pomme de discorde    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Perte de production de 500 000 véhicules pour Renault    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Medouar : "Officiellement, nous n'avons encore rien reçu"    Lancement d'une campagne de plantation de plus de 4 000 arbres    Prolifération des constructions illicites à Bou-Sâada    Tiaret : Des cliniques privées et un centre anti-cancer en renfort    «On a facilité aux clubs le retrait de leurs nouvelles licences»    Salah Eddine savait, mais lui pouvait    Une troisième dose disponible pour tous    Les syndicats de la santé font front    Les élèves ferment le lycée de Sidi-Boudraham    Interroger une profession sur ses abandons    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (2e partie)    Un cinéma vivant et amoral    Lutte contre le terrorisme : Le Niger se félicite de la signature d'un accord de coopération avec l'Algérie    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    La campagne de vaccination compromise ?    "Une preuve que le pays est sur la bonne voie", estime Belhimer    Un colloque national prévu le 8 novembre prochain    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Secteur public marchand: Une alliance public-privé pour aller de l'avant    Tourisme: L'Algérie veut séduire les touristes russes    Ouargla: Perpétuité pour un narcotrafiquant    Un pied à terre et dos au mur    Grave manque d'eau à Oran    Le Makhzen humilié à Kigali    Nouveau risque de report?    Zidane pas intéressé    Brèves Omnisports    Lamamra - Le Drian: un duel à distance    Le virage numérique mal négocié    Le cartel du commerce extérieur    Les dernières cartouches des imposteurs    Un mémorial pour les amis de l'Algérie    Les liens cimentés aux Lieux saints    Commémoration du 67e anniversaire de la guerre de Libération nationale    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Polémique au sommet de l'Etat à propos du vaccin anti-Covid-19
TUNISIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
«Nous avons besoin d'un vaccin anti-mensonge, bien que je doute de son efficacité.» C'est en ces termes que le Président tunisien Kaïs Saïed s'est adressé, lundi, à ses détracteurs et en particulier à ceux qui font circuler de fausses informations pour le discréditer aux yeux du peuple.
C'est une affaire relative à l'arrivée à la présidence de la République de mille doses de vaccin anti-Covid-19 en provenance des Emirats arabes unis qui a provoqué le courroux du Président, accusé d'avoir, dans un but inavoué, caché l'arrivée de cette livraison. En fait, l'information est avérée. Toutefois, la présidence avait acheminé les vaccins vers le ministère de la Défense nationale sans porter ce geste à la connaissance de l'opinion publique. Pour les médias et les réseaux sociaux, c'était une «bourde» de plus, commise par Carthage, et c'est l'occasion pour les «ennemis» de Kaïs Saïed de monter au créneau. Rached Ghannouchi nie être au courant de cette affaire, alors que ses collègues députés l'ont dénoncé, affirmant qu'il avait été vacciné.
De son côté, le chef du gouvernement qui, à son tour, nie être au courant, annonce avoir ordonné une enquête pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire. Comment le croire, s'interrogent les observateurs, alors que la pharmacie centrale qui accorde l'agrément est placée sous la tutelle du gouvernement ? C'est comme si la Tunisie manquait de problèmes, a rappelé le chef de l'Etat qui voit dans cette «cabale» un moyen de détourner l'attention du peuple qui souffre dans sa vie quotidienne, sans compter la «nonchalance» qui caractérise l'action du gouvernement dans le traitement de la pandémie de Covid-19. En effet, alors que la vaccination a été entamée dans un grand nombre de pays, la Tunisie est encore dans l'attente du «sésame» annoncé, en vain, pour la mi-février. Malgré une décrue relative du nombre des contaminations et des décès, la situation est encore plus qu'inquiétante, voire grave, selon les spécialistes. Lundi, Nissaf Ben Alaya, porte-parole du ministère de la Santé publique, avait lancé une mise en garde contre une nouvelle vague de contaminations au Covid-19. D'autant plus que la Tunisie n'est pas encore parvenue à maîtriser, comme il se doit, la situation sanitaire. Des cas de contamination du virus mutant auraient été détectés dans la région de Kasserine.
Si cela se confirme, le risque est grand de voir se dégrader tout le système sanitaire. Pour le directeur de l'Institut Pasteur, Hachemi Louzir, il faut attendre quelques jours pour mesurer les conséquences néfastes des autorisations accordées au Parti destourien libre (PDL) de Abir Moussi, et au parti islamiste de Rached Ghannouchi, d'organiser des meetings ayant réuni des dizaines de milliers de manifestants.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.