Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Polémique au sommet de l'Etat à propos du vaccin anti-Covid-19
TUNISIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
«Nous avons besoin d'un vaccin anti-mensonge, bien que je doute de son efficacité.» C'est en ces termes que le Président tunisien Kaïs Saïed s'est adressé, lundi, à ses détracteurs et en particulier à ceux qui font circuler de fausses informations pour le discréditer aux yeux du peuple.
C'est une affaire relative à l'arrivée à la présidence de la République de mille doses de vaccin anti-Covid-19 en provenance des Emirats arabes unis qui a provoqué le courroux du Président, accusé d'avoir, dans un but inavoué, caché l'arrivée de cette livraison. En fait, l'information est avérée. Toutefois, la présidence avait acheminé les vaccins vers le ministère de la Défense nationale sans porter ce geste à la connaissance de l'opinion publique. Pour les médias et les réseaux sociaux, c'était une «bourde» de plus, commise par Carthage, et c'est l'occasion pour les «ennemis» de Kaïs Saïed de monter au créneau. Rached Ghannouchi nie être au courant de cette affaire, alors que ses collègues députés l'ont dénoncé, affirmant qu'il avait été vacciné.
De son côté, le chef du gouvernement qui, à son tour, nie être au courant, annonce avoir ordonné une enquête pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire. Comment le croire, s'interrogent les observateurs, alors que la pharmacie centrale qui accorde l'agrément est placée sous la tutelle du gouvernement ? C'est comme si la Tunisie manquait de problèmes, a rappelé le chef de l'Etat qui voit dans cette «cabale» un moyen de détourner l'attention du peuple qui souffre dans sa vie quotidienne, sans compter la «nonchalance» qui caractérise l'action du gouvernement dans le traitement de la pandémie de Covid-19. En effet, alors que la vaccination a été entamée dans un grand nombre de pays, la Tunisie est encore dans l'attente du «sésame» annoncé, en vain, pour la mi-février. Malgré une décrue relative du nombre des contaminations et des décès, la situation est encore plus qu'inquiétante, voire grave, selon les spécialistes. Lundi, Nissaf Ben Alaya, porte-parole du ministère de la Santé publique, avait lancé une mise en garde contre une nouvelle vague de contaminations au Covid-19. D'autant plus que la Tunisie n'est pas encore parvenue à maîtriser, comme il se doit, la situation sanitaire. Des cas de contamination du virus mutant auraient été détectés dans la région de Kasserine.
Si cela se confirme, le risque est grand de voir se dégrader tout le système sanitaire. Pour le directeur de l'Institut Pasteur, Hachemi Louzir, il faut attendre quelques jours pour mesurer les conséquences néfastes des autorisations accordées au Parti destourien libre (PDL) de Abir Moussi, et au parti islamiste de Rached Ghannouchi, d'organiser des meetings ayant réuni des dizaines de milliers de manifestants.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.