Plus de 400 recours chez le Conseil constitutionnel    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    Hamid Lounaouci conseiller à la présidence    Pour mieux accompagner les opérateurs économiques    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Le Cnese recommande de tout revoir    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    La France mise en accusation    L'Allemagne sur un fil, le Portugal sur sa lancée    Glody Kilangalanga libéré    Coup de poker, coup de maître !    Dernière ligne droite pour 731 723 candidats    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Comment faire face à la désertification?    Actuculte    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    JSK-Coton Sport en présence du public ?    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Cinq étudiants primés    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    "La future APN aggravera la crise"    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Deux morts déplorés à Zéralda    Coupe de la CAF : La JS Kabylie à pied d'œuvre à Yaoundé    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Les Verts inaugurent le stade d'Oran par une belle victoire    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Groupe Centre: L'indécision jusqu'au bout    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Le dialogue comme seule alternative    Chanegriha reçoit une délégation russe    Bengrina souffle le chaud et le froid    Sonelgaz à pied d'oeuvre    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ghannouchi exclut la dissolution du parlement
En réponse aux appels des partisans du Président Saïed tunisien
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2021

Le parti islamiste, grâce à sa relative majorité au parlement, arrive à maintenir "en otage" la scène politique, rejetant toute possibilité de solution à la crise qui pourrait conforter le président Kaïs Saïed.
La crise au sommet de l'Etat en Tunisie prend une allure prononcée de duel à fleuret moucheté entre le président de la République, Kaïs Saïed, et le président du parlement, Rached Ghannouchi, où les deux protagonistes se livrent bataille par rue interposée, faisant corser davantage le blocage politique. Les deux parties campent sur leurs positions.
"Il n'est pas question aujourd'hui de dissoudre le parlement, sauf s'il n'est pas en mesure d'assurer l'une de ses principales fonctions, à savoir mettre en place un gouvernement", a déclaré dimanche le président du mouvement Ennahdha en Tunisie, Rached Ghannouchi.
Cette affirmation du leader du mouvement islamiste Ennahdha se veut une réponse implicite aux appels à la dissolution de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), lancés par les partisans du président de la République Kaïs Saïed, lors d'une marche organisée samedi dernier.
Une marche a été en effet organisée au centre-ville de Tunis par des partisans du président Kaïs Saïed, en provenance de différentes régions, notamment de Sousse, Sidi Bouzid, Kaïrouan, Kasserine, Gafsa et Sfax, pour dénoncer la situation de plus en plus difficile en Tunisie, ont indiqué de sources médiatiques tunisiennes.
Les manifestants ont réclamé que le "système politique passe de semi-parlementaire à présidentiel", appelant à la "démission" du chef du gouvernement Hichem Mechichi. Dans ce contexte, les manifestants, qui ont réaffirmé leur soutien au président tunisien, ont également scandé des slogans hostiles au parti Ennahdha et à son chef, Rached Ghannouchi.
Les contestataires ont, en outre, appelé "à prendre des mesures à l'encontre des partis politiques qui ont violé la loi et exploité l'immunité" et d'autres que la cour des comptes a épinglés pour "financements suspects".
Le leader islamiste pour qui le blocage est imputable à la décision du président Kaïs de ne pas procéder à la prestation de serment du gouvernement Mechichi n'en est pas à sa première réaction. Il y a quelques jours, Ghannouchi a rassemblé des dizaines de milliers de ses disciples lors d'une démonstration de force dans la capitale tunisienne pour le soutien à légitimité constitutionnelle et, de là, au gouvernement Mechichi.
Dimanche, en s'exprimant lors d'une conférence politique sur le thème "Fidélité aux valeurs de militantisme du mouvement de libération nationale", organisée par le bureau de la jeunesse du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi s'est aussi employé à lancer des piques contre ses détracteurs et à défendre son choix du système politique actuel.
"En 1938, le mouvement de libération nationale a appelé à la mise en place d'un parlement tunisien", a-t-il répliqué, ajoutant que "l'idée même d'un parlement a toujours existé dans le projet de l'indépendance du pays et dans la culture politique tunisienne", a-t-il dit. Et d'ajouter : "Aujourd'hui, il y a certains qui appellent à dissoudre le parlement, c'est paradoxal."
La crise politique liée au différend entre le président Kaïs Saïed et le chef du gouvernement Hichem Mechichi sur la nouvelle composante gouvernementale dure depuis plusieurs semaines en Tunisie, sans qu'aucune partie ne semble vouloir lâcher du lest. C'est dans ce contexte qu'interviennent aussi les appels à la dissolution du parlement, au motif qu'il est à dominance islamiste et que cela porterait en son sein un danger pour la cohésion du pays.

Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.