Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ghannouchi exclut la dissolution du parlement
En réponse aux appels des partisans du Président Saïed tunisien
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2021

Le parti islamiste, grâce à sa relative majorité au parlement, arrive à maintenir "en otage" la scène politique, rejetant toute possibilité de solution à la crise qui pourrait conforter le président Kaïs Saïed.
La crise au sommet de l'Etat en Tunisie prend une allure prononcée de duel à fleuret moucheté entre le président de la République, Kaïs Saïed, et le président du parlement, Rached Ghannouchi, où les deux protagonistes se livrent bataille par rue interposée, faisant corser davantage le blocage politique. Les deux parties campent sur leurs positions.
"Il n'est pas question aujourd'hui de dissoudre le parlement, sauf s'il n'est pas en mesure d'assurer l'une de ses principales fonctions, à savoir mettre en place un gouvernement", a déclaré dimanche le président du mouvement Ennahdha en Tunisie, Rached Ghannouchi.
Cette affirmation du leader du mouvement islamiste Ennahdha se veut une réponse implicite aux appels à la dissolution de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), lancés par les partisans du président de la République Kaïs Saïed, lors d'une marche organisée samedi dernier.
Une marche a été en effet organisée au centre-ville de Tunis par des partisans du président Kaïs Saïed, en provenance de différentes régions, notamment de Sousse, Sidi Bouzid, Kaïrouan, Kasserine, Gafsa et Sfax, pour dénoncer la situation de plus en plus difficile en Tunisie, ont indiqué de sources médiatiques tunisiennes.
Les manifestants ont réclamé que le "système politique passe de semi-parlementaire à présidentiel", appelant à la "démission" du chef du gouvernement Hichem Mechichi. Dans ce contexte, les manifestants, qui ont réaffirmé leur soutien au président tunisien, ont également scandé des slogans hostiles au parti Ennahdha et à son chef, Rached Ghannouchi.
Les contestataires ont, en outre, appelé "à prendre des mesures à l'encontre des partis politiques qui ont violé la loi et exploité l'immunité" et d'autres que la cour des comptes a épinglés pour "financements suspects".
Le leader islamiste pour qui le blocage est imputable à la décision du président Kaïs de ne pas procéder à la prestation de serment du gouvernement Mechichi n'en est pas à sa première réaction. Il y a quelques jours, Ghannouchi a rassemblé des dizaines de milliers de ses disciples lors d'une démonstration de force dans la capitale tunisienne pour le soutien à légitimité constitutionnelle et, de là, au gouvernement Mechichi.
Dimanche, en s'exprimant lors d'une conférence politique sur le thème "Fidélité aux valeurs de militantisme du mouvement de libération nationale", organisée par le bureau de la jeunesse du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi s'est aussi employé à lancer des piques contre ses détracteurs et à défendre son choix du système politique actuel.
"En 1938, le mouvement de libération nationale a appelé à la mise en place d'un parlement tunisien", a-t-il répliqué, ajoutant que "l'idée même d'un parlement a toujours existé dans le projet de l'indépendance du pays et dans la culture politique tunisienne", a-t-il dit. Et d'ajouter : "Aujourd'hui, il y a certains qui appellent à dissoudre le parlement, c'est paradoxal."
La crise politique liée au différend entre le président Kaïs Saïed et le chef du gouvernement Hichem Mechichi sur la nouvelle composante gouvernementale dure depuis plusieurs semaines en Tunisie, sans qu'aucune partie ne semble vouloir lâcher du lest. C'est dans ce contexte qu'interviennent aussi les appels à la dissolution du parlement, au motif qu'il est à dominance islamiste et que cela porterait en son sein un danger pour la cohésion du pays.

Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.