Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abir Moussi plébiscitée à Sousse
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 02 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
«Le peuple est avec toi, ya Abir», «Le peuple a été affamé et le pays vendu», et d'autres slogans appelant au changement du régime en place étaient brandis, dimanche, à Sousse (centre du pays) lors d'un meeting, le premier du genre organisé par le Parti destourien libre (PDL) que préside Abir Moussi.
Cette dernière, qui a fait de la lutte contre le parti islamiste son cheval de bataille est, aujourd'hui, sur le podium. Selon les sondages d'opinion, elle talonne Kaïs Saïed pour la présidentielle, alors que son parti se trouve aux premières loges pour les législatives. Sachant que ces scrutins sont programmés pour 2024, elle travaille d'arrache-pied pour gagner la confiance du peuple. Dimanche, elle a repris les termes de ses discours précédents pour stigmatiser Ennahdha et son président Rached Ghannouchi. Ce dernier se trouve, d'ailleurs, dans une situation inconfortable puisqu'il est ciblé par une motion de retrait de confiance qui l'éjecterait de son poste au perchoir de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP). Au même moment, elle n'a pas ménagé le président de la République qui «fait partie du problème» tout comme Ghannouchi qui, a-t-elle dit, lorgne le fauteuil de Carthage en faisant tout pour destituer Kaïs Saïed.
En présidant ce meeting, Abir Moussi caressait l'espoir de voir ses images arriver en direct dans toutes les régions. Mais, ce fut la déception suite à une panne d'internet dont elle a accusé le ministre des Technologies. Elle n'a pas manqué d'adresser des critiques acerbes à ceux qui détiennent les rênes du pouvoir, en s'attaquant à son principal «ennemi», Rached Ghannouchi qui, estime-t-elle, assume la responsabilité de tous les déboires que connaît la Tunisie depuis dix ans.
Traitant du bras de fer entre le président de la République et le chef du gouvernement, elle considère qu'il «n'a jamais porté sur les principes». Il s'agit, dit-elle, d'une guerre de positionnement sur l'échiquier politique.
Cependant, galvanisée par le succès de ce meeting à Sousse, Abir Moussi ne compte pas s'arrêter en «si bon chemin». D'autres manifestations «pacifiques» sont programmées par son parti, sans exclure une forme d'escalade, par le passage aux marches populaires. Le but est de faire disparaître le parti islamiste de la scène politique tunisienne.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.